Magazine Cinéma

La isla minima: bien plus qu'un simple True Detective espagnol!!

Par Filou49 @blog_bazart
24 juillet 2015

lac

Bien que j'étais présent lors de la dernière édition du Festival du film Policier de Beaune et que j'y ai vu pas mal de bons films, j'ai raté les deux films qui ont été jugé comme les véritables évènements de cette édition 2015 : "Victoria", ce film coup de poing allemand sorti le 1er juillet dernier, et "La Isla Minima" (qui à l'époque du festival portait le nom de "Marchland") un film espagnol primé lui aussi, et dont pas mal de festivaliers qui l'avaient vu là bas n'ont pas tari d'éloges sur lui.

Depuis j'ai rattrapé mon retard concernant ces deux films, et si je reviendrais prochainement sur "Victoria" qui m'a un peu déçu malgré son incontestable tour de force cinémaographique,  je confirme l'enthousiasme général pour "La Isla Minima" qui a d'ailleurs tout raflé ou presque lors des dernières cérémonies des Goya, les césars espagnols, dont celui de meilleur scénario original, du meilleur acteur pour Javier Gutierrez ainsi que celui de meilleur réalisateur.

Enthousiasme quasi général devrais je plutot préciser, car quelques grincheux ont trouvé que le film rmarchait un peu trop sur les plates bandes de la série True Detective (mais la série a été crée quasiment en même temps que la génèse du film), cette série américaine avec Mathew Mc Conaughey et Woody Harrelson,  tandis que certains critiques ou blogueurs plus cinéphiles ont vu pas mal d'amalgame avec le film coréen Murderies Of Murder 

2826_Isla_Minima___c_Atipica_Films_Foto-fija_JulioVergne_

N'ayant vu ni la série d'HBO ni le film de Bong Joon-ho,  et même si sur le papier, on peut effectivement y trouver quelques similitudes (il s'agit  à chaque fois d'un duo de policiers opposés qui doivent enqueter sur une série de meurtres dans une zone à la fois calme et  avec une ambiance assez hynotque.je n'ai eu aucune comparaison à faire ( si quand même, j'ai pensé un peu au magnifique thriller argentin "Dans ses yeux "mélangeant aussi enquete et grande histoire) et ainsi rien ou presque n'a pu entraver mon plaisir ces comparaisons tant le film d'Alberto Rodriguez est un enchantement cinématographique à tous les niveaux.

Véritable film d'atmosphère se situant dans une zone marécageuse particulièrement cinématographique, ce "La Isla Minima" fait partie de ces oeuvres qui vous saissisent dès le premier plan pour ne plus vous lacher avant la fin du générique.  

Il faut dire que la photo du film est assez somptueuse, et que les plans du marais ou des oiseaux sauvages, ces vues sublimes sur un ciel déchainé  ne sont jamais gratuits et confèrent un coté poétique et même surnaturel à cette enquête, une ambiance accetnuée par la  musique envoûtante 

Une enquête qui, d'ailleurs ,n'est pas aussi classique qu'elle en a l'air de prime abord, tant la tension psychologique sur fond de franquisme larvé, dans un village pauvre aux abois et aux tensions sociales palpables, est décrite ici de façon particulièrement fine et brillante.

La isla minima: bien plus qu'un simple True Detective espagnol!!

Passionnante en effet est la lecture par le cinéaste de cette société post-franquiste  du début des années 80, dans laquelle la ligne est encore ténue entre démocratie et  dictature , surtout dans cette zone rurale, où la loi du silence  et petites et grandes magouilles continuent à dominer. La mise en scène de Rodriguez ne fait ainsi que maginfier dans un clair obscur fascinant les zones d'ombre de l'histoire espagnole  somme toute mal connue de ce côté là des Pyrénnées.

Passionnante enfin cet antagonisme dans les personnalités des deux détectives, surtout que l'opposition est moins schématique qu'attendu entre ce jeune chien fou pro démocratie et cet ancien agent de main de Franco. Et qu'importe si le film ne dévoile pas à la fin toutes les clés de son intrigue, ce mystère le rend probablement encore plus dense et captivant que si la boucle avait été parfaitement bouclée.

Mené de main de maître, porté par des acteurs qui servent parfaitement et l'action et le suspens, ce polar crépusculaire à l'atmosphère moite et étouffante s'avère in fine bien mieux qu'un simple thriller, et un très grand film qui fera incontestablement partie des grandes réussites de cette année.

 Bande-annonce : La Isla Mínima - VOST


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Filou49 15144 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines