Magazine Cinéma

[critique] Shrek 2 : cynisme épileptique

Par Vance @Great_Wenceslas
[critique] Shrek 2 : cynisme épileptique

Shrek avait incontestablement réussi à séduire son public : gentiment iconoclaste et techniquement brillant, il donnait la fausse impression au spectateur de regarder un film familial sans avoir à subir de morale lénifiante et de chansons mielleuses. Malin, donc. Shrek 2 s'inscrit dans la lignée du premier et s'avère agréable à visionner, surtout en famille. Je garde ma préférence pour le premier, plus cohérent, celui-ci étant davantage fondé sur une ribambelle de références et d'autocitations souvent jouissives, mais qui finissent par ne plus dissimuler une trame assez fade, et cachent difficilement un certain cynisme qui a du mal à passer.

Après une introduction en fanfare, le rythme baisse sensiblement jusqu'à l'apparition du L'animation est d'un haut niveau, mais ça ne touche pas à la perfection, surtout dans les déplacements des personnages en plans moyens. Les rendus de ) mais là encore, je ne crois pas que c'était ce qu'il y avait de mieux à l'époque du tournage. J'ai par exemple été très déçu par les textiles, moins définis, aux mouvements moins fluides que dans Sans entrer dans une discussion qui n'apporterait rien, j'ai l'impression que les studios d'animation
Chat Potté. Ensuite, sans atteindre le niveau de folie que laissait présager la bande-annonce, c'est incontestablement du grand spectacle.

[critique] Shrek 2 : cynisme épileptique

texture sont superbes (la peau de Shrek 1 (à croire que les priorités étaient ailleurs : la robe verte en velours de Fiona est incontestablement plus belle dans le premier volet). Dreamworks ont cherché à rendre le spectaculaire, dans cette même dynamique qui avait lancé Disney dans une course effrénée à la suranimation, au détriment parfois du contenu et du réalisme : regardez déjà dans Taram à quel point les cheveux bougent dans tous les sens, même en l'absence du moindre souffle de vent. C'est pareil pour ceux de Fiona, qui s'agitent comme s'ils étaient faits de duvet. L'intérêt était peut-être de miser sur une animation moins épileptique, et sur davantage de profondeur dans le propos. Sa nomination au Festival de Cannes me laisse rêveur... Shrek couverte de gouttes de pluie est ahurissante de précision

La VF est bonne, sans plus : elle n'a plus ce côté percutant et inventif des grandes heures du doublage français (jusqu'aux années 80) mais le choix des voix est pertinent. Le son du la Au final, je le répète, permet, entre autres bonus, de voter pour la Star de la soirée : mon choix s'est porté sur

[critique] Shrek 2 : cynisme épileptique

DVD (VF et VO 5.1) manque un peu de souffle au niveau des dialogues - surtout en VF où les comédiens n'ont pas la pêche de leurs homologues anglo-saxons. J'ai trouvé aussi les arrière-plans moins bien définis qu'au cinéma (on avait du mal à voir les affiches "Avant-Après" dans la maison de Bonne Fée).
Shrek 2 propose un bon divertissement en famille. Le DVD
[critique] Shrek 2 : cynisme épileptique
Doris, qui m'a fait mourir de rire avec sa reprise de Cindy Lauper ; les plus petits préfèreront sans doute le Chat.

[critique] Shrek 2 : cynisme épileptique

Shrek 2

Andrew Adamson, Kelly Asbury & Conrad Vernon

Stem, Stillman, Weiss, Adamson & Miller d'après l'oeuvre de William Steig

Shrek et Fiona sont à peine de retour de leur lune de miel qu'ils se voient inviter au château de Far Far Away pour qu'enfin les parents de la princesse puissent faire la connaissance de leur gendre. Evidemment, la vision de cet ogre ne sera pas à leur goût, c'est pourquoi ils feront appel à la Bonne Fée , qui n'en est pas à son premier méfait...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Vance 6006 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines