Magazine Culture

Des larmes de crocodile

Publié le 04 août 2015 par Polinacide @polinacide

Des larmes de crocodileLa chasse à l'homme est ouverte. Face au soulèvement planétaire qu'a provoqué la mort du lion Cecil, difficile de ne pas sortir les crocs contre ce dentiste amateur de trophées. Ce même genre de trophée que les plus opulentes d'entre nous exhibent fièrement à leur bras, sans s'émouvoir de la souffrance animale que coûte souvent la confection d'un tel accessoire. Le sac Birkin. Loin des yeux, loin du cœur. Mais jamais du porte-monnaie : en croco, lui aussi, bien évidemment. Si je suis la première à pouvoir m'extasier (comme bon nombre de femmes) devant la beauté des créations de grands couturiers, jamais je n'ai considéré le luxe sous le prisme de la cruauté. Tout simplement parce que le rêve ne s'achète pas au prix du sang, aussi " rare et cher " que puisse être notre bon plaisir.

En ce sens, le cri d'alerte lancé par l'actrice Jane Birkin la semaine dernière et agrémenté par une vidéo de la PETA, a fait l'effet d'une petite bombe dans la " sphère fashion ". Pas seulement parce que le sac mythique risquait d'être débaptisé : les extraits diffusés sont bien plus vertigineux qu'une paire de talons de 15cm. Alligators dépecés à la scie, tués avant même d'avoir atteint l'âge adulte et laissés à l'agonie pendant des jours : pas très " classe " comme image de marque, vous en conviendrez. Bien loin des slogans d'élégance, d'authenticité et de raffinement dont les grandes maisons usent et abusent. En connaissance de cause ? Rien n'est moins sûr.

Le propos ne vise pas toutefois à leur dresser un procès en jouant les rabat-joie: ça ne fera pas plus d'effet qu'une goutte de sang dans une marre déjà bien opaque. Si les grandes maisons cherchent tant à préserver " leur part de rêve ", proposer des produits hors de prix ne fait plus le véritable privilège aujourd'hui : beaucoup de marques s'y adonnent. Face aux lois du marché et jusqu'au microcosme de la vie quotidienne, la seule exception qui vaille désormais n'est-elle pas de faire preuve d'humanité ? Car le luxe ne perdrait rien de son lustre s'il s'affranchissait de souffrances inutiles. Bien au contraire : il y puiserait tout son sens.

Publié le This entry was posted in Billet d'humeur. Bookmark the permalink.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Polinacide 1010 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine