Magazine Culture

Aimé Césaire le pyramidion des Caraïbes et autres ouvrages, de Kam Kama MAKEDA SABAS

Par Liss

Faire connaître aux jeunes lecteurs les grandes figures qui ont allumé et fait briller la flamme de l'éveil des consciences, leur apprendre que, contrairement aux idées et pensées communément répandues, les Noirs ont bel et bien une histoire, tel est le projet de Kam Kama MAKEDA SABAS. Celui-ci sait pertinemment qu'il vaut mieux commencer à sensibiliser assez tôt, pour empêcher les préjugés de s'enraciner dans les esprits, ou pour pouvoir les combattre sans peine. Ainsi la série d'ouvrages qu'il consacre à ce projet de sensibilisation est avant tout destinée aux jeunes lecteurs, et pourtant, ceux qui veulent se familiariser avec la vie et l'oeuvre deséminentes personnalités dont il parle trouveraient là une excellente entrée en matière. Et même, ils trouveront dans ces livres un moyen pratique, peu coûteux, et qui pourrait être utile à toute la famille, de se documenter tout simplement sur ces auteurs et, à partir de là, avoir la curiosité, l'envie d'entrer plus avant dans l'oeuvre de ces auteurs.

Aimé Césaire le pyramidion des Caraïbes et autres ouvrages, de Kam Kama MAKEDA SABAS

J'ai été particulièrement conquise par celui consacré à Aimé Césaire, qualifié par "Le pyramidion des Caraïbes". Kam Kama Makeda Sabas propose en fait une biographie de cette grande voix qui depuis sa Martinique a raisonné dans le mon entier, en faisant le lien avec l'histoire ainsi que ses contemporains.

Le livre comporte ainsi plusieurs chapitres que voici :

1. Aimé Césaire et son "Pays natal"

2. Aimé Césaire, manmaï Matnik

3. Aimé Césaire, Paris et le Monde

4. Aimé Césaire le Nègre et l'Afrique

5. Aimé Césaire et Haïti (l'île magique)

6. Aimé Césaire contre un triangle

7. Aimé Césaire le Pyramidion des Caraïbes

8. Aimé Césaire à l'honneur

Les derniers chapitres sont consacrés à la chronologie d'Aimé Césaire et à une petite bibliographie le concernant. On apprend beaucoup dans ce livre, par exemple le fait que Césaire "eut pour élèves deux des futurs grands penseurs martiniquais : Edouard Glissant et Frants Fanon" (p. 17). Mais le chapitre le plus essentiel, disons plutôt l'un des chapitres les plus essentiels, pour moi est le chapitre 6, relatif à la nécessaire connaissance de l'histoire, qui rappelle l'origine de la dégradation du statut de l'homme Noir, où qu'il vive et du développement des pays occidentaux. Extrait :

"Le commerce triangulaire a été vécu par les Amérindiens et les Africains comme un gigantesque tourbillon ou ouragan ; ouragan mille fois plus puissant, plus violent, plus dévastateur que tous les cyclones réunis qui sévissent depuis la nuit des temps dans les Antilles. L'existence des Amérindiens et des Africains changera du tout au tout, plus rien ne sera comme avant. Les brillantes civilisations amérindiennes et africaines se sont effondrées ; depuis, une extrême pauvreté au sein des populations amérindiennes et africaine s'est installée.

En revanche, pour les Européens en général, le commerce triangulaire constitua le début de leur "âge d'or", de leur longue marche vers le développement, l'enrichissement. Le commerce triangulaire et tous les autres circuits commerciaux mis en place à travers la planète à partir du XVe siècle sont par conséquent les véritables facteurs explicatifs de l'industrialisation de l'Europe. Le mouvement de Renaissance, le siècle des "Lumières", les inventions technologiques, souvent mis n avant, y ont en réalité moins contribué ; plus exactement, sans ces différentes circuits commerciaux, Renaissance, lumières et grandes inventions technologiques n'auraient été qu'un feu de paille, un épiphénomène".

( Aimé Césaire, le Pyramidion des Caraïbes, pages 41-42)

Aimé Césaire le pyramidion des Caraïbes et autres ouvrages, de Kam Kama MAKEDA SABAS

Le volume consacré à Cheikh Anta est aussi tout intéressant. J'ai été frappée par l'origine de sa détermination à prouver que les Noirs avaient une histoire, et elle est née après une leçon sur l'histoire, à l'école primaire, où le maître expliqua que les Noirs "n'ont pas d'histoire et que d'ailleurs au-delà de quatre siècles en arrière c'est la "nuit noire" pour eux, il n'y a aucune trace de leur vie" ; et qu'en revanche, pour les Blancs, "on sait depuis "la nuit des temps" qu'ils ont été de grands bâtisseurs et réalisateurs des choses plus étonnantes et admirables les unes que les autres. C'est ainsi que Cheikh Anta est "devint un Géant du Savoir, un Géant des Sciences, c'est-à-dire Pharaon."

(Cheikh Anta le Pharaon, pages 13 et 27)

Le troisième volume résume un débat : les pharaons étaient-ils de type européen ou des Sémites, étant donné que leur peau était plutôt foncée ? Pour faire simple, les pharaons étaient-ils des Blancs ou des Noirs ? Puisque d'un côté on prétend que les Noirs n'ont jamais rien fait de remarquable, qu'ils n'ont surtout en aucune manière contribué à la civilisation, de l'autre on reconnaît à l'Egypte ancienne un rayonnement exceptionnel, donc la logique actuelle, qui veut que les grandes civilisations soient blanches et que les Noirs soient mis au banc de l'histoire et e l'humanité, voudrait que cette égypte pharaonique soit donc blanche car le contraire serait difficile à accepter pour les Blancs qui se considèrent, depuis toujours, "supérieurs". Or il est des preuves selon lesquelles l'Egypte ancienne était peuplée par des hommes à la peau noire. Devant ces preuves, les scientifiques blancs que cette réalité gêne en arrivent donc à des conclusions suivantes, pour le moins incohérentes :

"La population primitive de la vallée du Nil égyptiennes et nubienne serait leucoderme, donc blanche, même si sa pigmentation est foncée, pouvant aller jusqu'au noir..."

Kam Kama Makeda Sabas s'en est inspiré pour le titre de son ouvrage : "Les pharaons pouvaient-ils être des Européens ou des Sémites, alors même que leur pigmentation était foncée, pouvant aller jusqu'au noir ?"

Ouvrage à lire absolument, car il révèle les "apports civilisationnels fondamentaux de l'Afrique à l'humanité", selon le titre du chapitre 1 de la brochure, et, affirme l'auteur, "Ces apports sont considérables, en dépit du fait qu'ils ne sont pratiquement pas enseignés dans nos systèmes éducatifs en Afrique comme ailleurs et pas non plus diffusés dans les médias, et de manière générale dans l'ensemble de nos institutions. Le principe du silence apparaît comme étant la règl - non écrite - en la matière" (page 5).

Aimé Césaire le pyramidion des Caraïbes et autres ouvrages, de Kam Kama MAKEDA SABAS

Voici donc trois ouvrages très utiles, qui ouvrent les yeux de ceux qui s'obstinent à les garder fermer, qui retracent l'histoire, sachant que celle-ci a souvent était modelée à souhait, dans l'intérêt de celui qui la modèle, dans le but de rendre sa domination incontestable.

Kam Kama MAKEDA SABAS, Aimé Césaire le pyramidion des Caraïbes, Editions Makeda Sabas, 2014, 76 pages, 6 €.

Kam Kama MAKEDA SABAS, Cheikh Anta le Pharaon, Editions Makeda Sabas, 2014, 54 pages, 10 € (illustrations en couleur).

Kam Kama MAKEDA SABAS, Les Pharaons pouvaient-ils êtredes Européesn ou des Sémites alors même que leur pigmentation était foncée, pouvant aller jusqu'au noir ? Editions Makeda Sabas, 2013, 22 pages, 6 €.

Ouvrages distribués notamment par la Librairie panafricaine TAMERY, 19 rue du Chatelet 75010 Paris ; Mail : tamery@aol.com


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Liss 2105 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines