Magazine

J'aime le temps qui badine avec le vent

Publié le 17 août 2015 par Paulo Lobo
Ceci est le début de l'histoire. En principe, je devrais trouver un moyen de t'accrocher, une situation exceptionnelle, des phrases percutantes ou un mystère planant.
Mais je ne sais pas taper fort, j'ai toujours été un lent, un nonchalant, un contemplatif. Admirer le paysage, sans être pressé d'arriver, tel est mon crédo. J'aime le temps qui coule dans mes veines. J'aime le temps qui badine avec le vent. Le temps est-il mon ami ? Il faut en tout cas que je m'en fasse un allié. Sinon je serai immanquablement jeté dans la fosse aux lions. Il arrive parfois que je me perde en chemin. Sentiment terrible mélangé de plaisir. La liberté, quand elle nous tombe du ciel, est à la fois déroutante et enivrante.Tu vois, tu es là et tu attends que j'émette un signe, une image de ce que je pense. Je me prépare à entrer en scène, je me demande quelle est ma phrase, quelle est ma pose, ne serai-je pas ridicule. Est-ce que je vais être sincère ou est-ce que je dois utiliser un masque ? À chaque instant, je me pose cette question; être sincère reviendrait à pleurnicher sur mon propre sort. Alors je réprime mon désir égocentrique et je me force à regarder autour de moi, en face de moi, quelle est la personne qui me tient en ligne de mire, quelle est la personne qui attend que je parle, que puis-je dire pour la réconforter, pour qu'elle se sente bien en ma compagnie ?Si je n'entendais que moi-même, je laisserais libre cours aux trompettes et orages qui grésillent dans mon crâne. Le résultat serait à n'en point douter une magnifique symphonie arythmique telle que la martellerie voisine sait en produire.Tout ceci pour dire que je ne sais pas comment commencer, je ne sais même pas ce que je dois raconter, quelle histoire, quels personnages, qu'ont-ils fait, d'où viennent-ils, où vont-ils, y a-t-il un méchant, y a-t-il un gentil, est-ce que je m'identifie à l'un d'entre eux, ou est-ce que je suis l'auteur tout-puissant, s'agit-il d'une expérience vécue, des coups de feu sont-ils tirés, y a-t-il des agents secrets, des agentes secrètes, les phrases sont-elles soulignées par de la musique dramatique. Je n'ai encore rien décidé, je ne sais pas, je ne sais plus. Je m'en désintéresse.Il me semble que ma capacité d'imagination s'amenuise de jour en jour. C'est peut-être là ma plus grande peur. Car si je ne peux plus être un autre, je serai irrémédiablement enfermé dans ma seule réalité. En proie aux conditionnements les plus avilissants.De l'air, par pitié.
J'aime le temps qui badine avec le vent

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Paulo Lobo 1390 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte