Magazine Amérique latine

Hommage de Rep à San Martín [Actu]

Publié le 17 août 2015 par Jyj9icx6
Comme souvent le 17 août et sur la page d'accueil de Pagina/12, le peintre et dessinateur de presse Miguel Rep rend hommage aujourd'hui à José de San Martín, dont c'est aujourd'hui l'anniversaire de la mort à Boulogne-sur-Mer en 1850. Et comme d'habitude, c'est très bien vu, c'est simple, efficace et drôle. Mais si vous n'êtes pas sud-américain, il faut que vous ayez lu mes bouquins pour en savourer tout le bouquet... Eh ! On n'a rien sans rien, que voulez-vous !
On y voit donc le petit José dans sa région natale, aujourd'hui la Province de Corrientes, réfléchir sur certaines intuitions qui prophétise dans cet âge tendre le reste de sa vie et surtout son œuvre émancipatrice, celle-là même que les Argentins célèbrent aujourd'hui. Il a déjà le visage si caractéristique que les Sud-Américains lui connaissent : chevelure fournie et très noire, gros favoris, et gros sourcils.
Le paysage de Yapeyú, sa ville natale, est suggéré avec le petit bout de mur que vous voyez dans la partie droite : cette sorte de porte rappelle les ruines actuelles de la maison natale du héros (la ville a été incendiée par les Brésiliens en 1817) ou celles de San Ignacio Miní, vestiges des missions jésuites détruites par les Espagnols laïcs après l'expulsion de la Compagnie de Jésus en 1767-1773. C'est-à-dire que San Martín n'a pas connu sa bourgade natale dans sa splendeur, puisqu'il est né en 1778 (c'est facile à retenir : c'est comme Badoit). Hommage Martín [Actu]
Le commentaire dit : Yapeyú, en 1700 je ne sais quoi (1), sous l'impitoyable soleil de Corrientes, le petit José demande (2) : "Les montagnes ? C'est quoi les montagnes ?" " Les ci-devants, c'est quoi les ci-devants ?"(3) "Gloire, ça veut dire quoi, gloire ?" (Traduction Denise Anne Clavilier)
Quant à savoir pourquoi ce petit bout s'intéresse à la montagne et aux ci-devants, lisez les bons ouvrages : San Martín à rebours des conquistadors (Editions du Jasmin) San Martín par lui-même et par ses contemporains (Editions du Jasmin).
Et toc !

Hommage de Rep à San Martín [Actu]

Como se me invitaron a subir al palco,
puedo compartir con mis lectores esta foto del acto de este mediodia
en Plaza San Martin, en Retiro (Capital Federal)


Et puisqu'on m'a invitée à monter à la tribune tout à l'heure, lors de l'hommage officiel, voilà une vue d'un moment de la cérémonie de cette après-midi, Plaza San Martín, avec l'équipage du navire-école japonais qui était en escale au port de Buenos Aires et a voulu participer à l'hommage (au fond de l'image, à droite, le corps en uniforme bleu marine perpendiculaire à l'axe du monument).
(1) Le "je ne sais quoi" en question suppose qu'il y a beaucoup d'années en jeu. Dans l'autre cas, on dirait y picos (et des poussières) (2) Le diminutif est présenté au carré. Le diminutif de José est Pepe. Josecito, c'est vraiment pour un bébé. Ce qui n'est pas loin de la vérité historique puisque San Martín a quitté Yapeyú pour Buenos Aires en 1781. (3) Pour se moquer d'eux, les révolutionnaires sud-américains appelaient godos (les Goths) les absolutistes parce qu'ils étaient politiquement retardés et que la répression qu'ils faisaient peser sur les révolutionnaires était des plus féroces. En français, on les auraient appelé des barbares, ce qui dans notre langue n'emporte pas la notion politique. L'histoire veut que pour nous, ce soit l'expression ci-devant qui a pris cette couleur.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jyj9icx6 2740 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte