Magazine Culture

(note de lecture) Laurent Albarracin, "Le Ruisseau, l'éclair", par Christian Hubin

Par Florence Trocmé

Où, de bout en bout, se perçoit la diffusion secrète des choses, des éléments : de l’être. S’y relance à chaque page la saisie – l’éclair – de la formulation. De l’eau à l’air, jusqu’aux confins, on croit entendre le ricochet d’un caillou, sa légèreté métaphysique : ce son subtil que dire fait trembler jusqu’aux bords.  
 
Y guide, comme chez un François Jacqmin, un toucher méditatif, un demi-silence d’ellipse nimbée. Là où se retient le souffle, où l’eau avance au plus fragile de soi.  
 
Où, comme allégé, muet au centre (…), lire se sent transparence, halos d’haleine, panier où gît le roi, stupeur (…) sous la narine d’un grand flair. 
 
D’ailleurs encore, de l’eau ou de l’éclair, de la mouche ou de la preuve, ce qui procède et convainc en cette voix, c’est qu’irrépressible, infondé(e) en elle, le faîte est indéniable.  

Christian Hubin 
(juillet 2015) 


 

Laurent albarracin le ruisseau lclair  ditions rougerie_d8485b2699b3eba1938d7562827474f4
Laurent Albarracin, Le Ruisseau, l’éclair, Rougerie, 2013
 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines