Magazine Culture

(anthologie permanente) Patrizia Vicinelli (par Jean-René Lassalle)

Par Florence Trocmé

s’assoupit-il le temps irréversible que je reviens 
au courage de parler en virgile mais je ne sais 
combien de cryptes bleues m’apparaîtront dans cette absence 
de hiéroglyphes avec beaucoup de cléopâtre trop 
un ajournement il y eut une grève 
entre les volets je me vois dans la vitre il me rappelle 
l’espace me restant clos que si vraiment je veux si 
vraiment alors patrizia viens et tombe 
un peu de cette vie à rougir – tu en as eu envie –  
mais la trompette est sacrée quand pour toi elle rit 
 
Extrait de : Patrizia Vicinelli : Non sempre ricordano, Lettere 2009. 
Traduit de l’italien par Jean-René Lassalle 
 
 
ritorno è assopito il tempo irreversibile 
quindi mi oso di parlare virgilio non so bene  
quante cripte blu mi si presenteranno c’è un vuoto 
di geroglifici e troppo di cleopatra molto 
c’è stato un rinvio uno sciopero 
alle imposte mi vedo nel vetro e mi rimando 
lo spazio che mi resta fermo se proprio voglio se 
proprio voglio allora patrizia vieni càdi 
un poco di questa vita di rossori – avrei voluto –  
ma è sacra la tromba quando ti ride 
 
Extrait de : Patrizia Vicinelli : Non sempre ricordano, Lettere 2009. 
 
• 
 
Je l’ai connue la fille pie voleuse 
 
Je l’ai connue la fille pie voleuse, la numéro 123 
sur les arbustes 
au profond du jardin de l’été 
dans son piqué folâtre suivi d’un haut renvol. 
Pour un motif obscur elle a élu 
ma cheville la frôlant du menton 
une chineuse aux yeux noirs ingénieux, 
et je l’ai trouvée belle 
si excellente dans son impossible humanité. 
Comme St François d’Assise nous eûmes une jolie 
causerie, un plein sac de secrets, 
elle dans sa robe noir et azur, moi dans mes 
usuels blue-jeans Moschino. 
 
Extrait de : Patrizia Vicinelli : Non sempre ricordano, Lettere 2009. 
Traduit de l’italien par Jean-René Lassalle 
 
 
L’ho conosciuta la gazza ladra 
 
L’ho conosciuta la gazza ladra, la numero 123 
degli arboricoli 
nel profondo giardino d’estate 
in picchiata scorrazzante, in seguito volò alta. 
Per qualche oscuro motivo le piacque 
la mia caviglia col suo mento la struscia 
un mercante dagli occhi neri e fantasiosi, 
la trovai una bellezza 
tanto eccellente nella sua umanità impossibile. 
Come San Francesco ci siamo fatte delle belle 
chiacchierate, un sacco di confidenze, 
lei col suo abito nero e azzurro, io con i miei 
soliti pantaloni blu di Moschino. 
 
Extrait de : Patrizia Vicinelli : Non sempre ricordano, Lettere 2009. 
 
• 
 
Les fondements de l’être : 4. Traverser la rivière (extrait) 
 
Comme une bascule, comme un arc-en-ciel la pénétration 
colorée du haut et du bas, entrelaçant 
il répète le mouvement. Intériorisé l’abysse 
est une structure de l’être, lui se tourmente dans l’immersion 
aussi dans sa pratique, l’habituel. 
Prendre en main l’issue de son destin l’intégrant 
et devenir l’essence convoitée du songe, 
abrupte la lune sur l’esprit, 
ne cesse de l’influencer. Morbidités 
giclant d’angoisse avec mâchoire de fer, 
mais à la base ne s’oublient 
ni la lutte ni la reddition ni 
l’incessante course 
de ce flux de cette vie de ce cosmos, 
si on les confronte. 
Dans l’ouverture et dans la fermeture se déploient de myopes 
chercheurs plongeant aux puits obscurs et rejaillissant 
comme broyés vers les étoiles delà 
une lassitude qui semble déjà mortelle. 
Toujours le temps de chacun avait fini de s’écouler 
quand a surgi une lumière 
non apparentée à un sentiment 
ou à quelque forme connue 
dont se parerait un instantané 
captant un cheval immobilisé sous la lune (…) 
Orphée se tenait droit dans la compagnie de  
son âme refondée, cellule après cellule s’érigeant 
androgyne imprégné d’horreur et de ressentiment, 
il s’abandonnait à l’errance par-delà son existence 
étant remonté à la surface du puits, mais oui 
sous ce calme, sous les étoiles d’en haut, 
“paix” il disait espérant, air impromptu de soir tranquille. 
Frissonnant comme lui ceux qui restent dans leurs corps 
vieillissants, pleurant ils poursuivent encore 
l’étoile illustre au front, comme lui ils progressent 
lentement n’ayant plus peur enfin. 
Parfois le tintement de l’inutile riait doucettement 
de ces multiples chasses à la beauté, 
et combien il s’en trouvait empli comme un berger 
racontant ceci est arrivé et ceci est à moi, la coïncidence  
de l’être, et combien cet entendement l’emplissait, 
acheminé vers un lointain stagnant 
renonçant à ses espérances. 
Elle s’était logée au cœur embrasé de l’aurore 
d’où rien ne l’endiguait, voilà le risque inévitable, 
le chemin déjà tracé. 
Ainsi de cette distance il voyait l’autre rive 
et tout ce qui s’étendait au-devant. 
 
Extrait de : Patrizia Vicinelli : Non sempre ricordano, Lettere 2009. 
Traduit de l’italien par Jean-René Lassalle 
 
 
I fondamenti dell’essere : 4. Attraversare il fiume 
 
Come un’altalena, come un arcobaleno, il penetrare 
in alto e in basso, colorato, a croce lui 
ripete l’andamento. Interiorizzato l’abisso 
è una struttura dell’essere, egli si strazia nell’immerso 
come nella sua pratica, il solito. 
Prendere in mano la sorte del suo destino e integrario 
e diventare l’agognato essere die sogni, 
a picco la luna sulla mente 
scattanti angustiano, ed è una morsa di ferro 
ma il principio non è dimenticato, 
neppure la lotta, neppure la resa, neppure 
l’incessantemente corso 
di questo fluire di questa vita di questo cosmo, 
a paragone. 
Nella chiusura e nell’apertura, si schierano i miopi 
cercatori, s’immergono nei pozzi oscuri e scattano 
come risucchiati verso le stelle, dopo 
una stanchezza che pareva già morte. 
Sempre il tempo per ognuno ha finite di scorrere, 
quando giunge la luce 
non somigliò a nessun sentimento 
o a quelle forme conosciute 
di cui si ammantava piuttosto un’instantanea 
mentre un cavallo si era fermato sotto la luna (…) 
tenendosi dritto Orfeo in compagnia della sua 
ritrovata anima, cellula per cellula eretto 
un androgino pieno d’orrore e di risentimento, 
si lasciò percorrere al di là della sua storia 
avendo raggiunto la superficie del pozzo, ma si, 
sotto quella calma, sotto quelle stelle in alto, 
pace disse sperava, e un’aria improvvisa di sera tranquilla. 
Tremanti quelli come lui ancora dentro quei loro corpi 
al lungo vissuti, essi sempre piangenti si cacciano 
la stella famosa in fronte, come lui proseguirono 
piano, finalmente senza più temere. 
Si il timbro dell’inutile veniva da ridere sommessamente 
a tutte quelle rincorse sul bello 
e quanto si trovò colmo di esso come un pastore 
dicendo come è passato e come è mio, la coincidenza 
dell’essere, e quanto si trovò colmo del senso, 
mentre se ne andava in un lontano fermo 
e rinunciando alle sue speranze. 
Essa stava li nel centro cuore bollente aurora, 
da non fermarla, ecco il rischio inevitabile, 
il cammino già dato. 
Così da lontano  vedeva la sponda, anche 
tutto quello che c’era nel mezzo. 
 
Extrait de : Patrizia Vicinelli : Non sempre ricordano, Lettere 2009. 
 
[Jean-René Lassalle] 
 
bio-bibliographie de Patrizia Vicinelli 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18662 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines