Magazine Culture

On a écouté : « Yours, Dreamily » de The Arcs

Publié le 06 septembre 2015 par Swann

the arcs cover_1Yours, Dreamily est sorti ce vendredi 4 septembre et depuis, il faut bien reconnaître, difficile d’écouter quoi que ce soit d’autre ! Nous vous avions déjà parlé de l’enthousiasme que nous avait provoqué la découverte de ce nouveau projet pour Dan Auerbach ici. Les quelques extraits distillés ces derniers mois nous laissaient envisager le meilleur pour et bien c’est le cas. Et pour une fois pas de bémol, pas de déception, rien, on s’emballe, on exulte et on remercie Auerbach d’avoir retrouvé « sa voix » et ses anciens amours ! Yours, Dreamily sera probablement l’album de l’année et de manière certaine le projet le plus excitant de cette rentrée.

The Arcs est un objet musical riche, à l’esthétisme léché, aux influences multiples et donc intéressant en soi.  Même si vous n’êtes pas fan d’Auerbach ou des Black Keys vous pouvez aimer le premier album de cette nouvelle formation. Si vous êtes fan des Black Keys de la première heure (c’est-à-dire époque pré-El Camino), ce que l’on retrouve d’eux c’est le blues, le rock mâtiné de guitares qui sentent le sud comme dans le titre The Arc, la sensualité crasseuse, les mélodies langoureuses d’un You’re The One. Le titre phare de l’album Outta My Mind est d’ailleurs très Black Keys tout en étant résolument neuf, et à la batterie cette fois c’est Homer Steinweiss et sa frappe est implacable. Impossible de résister et surtout d’oublier cette mélodie ! Sur Nature’s Child on reconnaîtra aussi les synthétiseurs déjà présents sur l’album solo de Dan. Mais ceci n’est qu’une des nombreuses flèches de The Arcs (il fallait la placer celle-là !), car à cette bonne base, vient entre autres s’ajouter des cuivres, du saxo Old School, des trompettes mexicaines de Mariachis.

Donc impossible de définir un seul style à cet album même s’il est évident que la première impression est une couleur très rétro, mais grâce aux différents gimmicks et effets synthétiques l’ensemble crée un son ultra-moderne. Pistol Made of Bones et son ambiance Mexicana, et son successeur Everything You Do et ses oiseaux de paradis en fond, en sont l’exemple même. Écoutez Velvet Ditch et essayez de me dire en quelle année on est ?! Chaque titre invite un univers différent, quelques touches de disco, comme sur Chains of Love avec ses chœurs féminins. Et puis sorti de nulle part, une chanson hautement sexuelle, une jeune femme feule sur un titre nommé Come and Go, littéralement va et viens, hommage aux années Gainsbourg ? Cet album est très chaud, lascif même, et l’ambiance mexicaine des cuivres rajoute étonnamment en sensualité comme sur le troublant Cold Companion. La soul est omniprésente mais détournée, réinventée et superbement interprétée par un Dan Auerbach au mieux de sa forme, Stay In My Corner fera partie des classiques des playlists pour emballer dans peu de temps.

Donc pour conclure, une très, très belle réussite que ce premier album de The Arcs. Maintenant nous attendons la suite, la tournée dans les petites salles comme promis et notre bonheur sera définitivement total.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Swann 78141 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte