Magazine Culture

Adresse mythique à Paris, rue des Morillons

Publié le 07 septembre 2015 par Hotel Le Mathurin @LeMathurin
Adresse mythique à Paris, rue des Morillons


Adresse mythique à Paris, rue des Morillons
Adresse mythique à Paris, rue des MorillonsJe vous avais récemment parlé de quelques unes des adresses mythiques de Paris, le 36 quai des Orfèvres, la Place Beauvau, le 13-15 rue Cognacq-Jay. Aujourd'hui, je voudrais vous évoquer une adresse tout aussi mythique mais pour des raisons qui ne sont pas forcément parmi les plus appréciées. En effet, c'est à cette adresse retirée du XVème arrondissement que les objets trouvés se retrouvent s'attachant au maigre espoir qu'un jour leur propriétaire vienne les réclamer.

Le service des Objets Trouvés rassemble les objets recueillis à Paris, dans les trois départements de la petite couronne et les aéroports de Roissy et d'Orly. En moyenne, 600 objets rentrent chaque jour et 150 en sortent restitués à leur propriétaire. C'est depuis 1939 que ce service accueille à cette adresse touristes et autochtones en quête de leurs biens (le service des objets trouvés date du préfet Lépine en 1893). Au sous-sol du bâtiment, 180 000 objets sont entreposés, ce qui en fait le service d'objets retrouvés le plus important d'Europe. À titre de comparaison, mis bout à bout, les objets trouvés couvrent la distance qui sépare Notre-Dame de la porte Maillot, soit 6 km.

Les pertes sont variés qu'il s'agisse des traditionnels téléphones portables ou clés ou d'objets plus rares (doudous, poussettes, livres, objets électroménagers...) sans oublier le coin des insolites (crâne, robe de mariée, sabre, urne funéraire...). On y trouve aussi des objets dangereux ou de précieux bijoux. Passé un délai de garde de quatre ou dix-huit mois selon leur valeur (inférieure ou supérieure à 100 €), les " oubliés " seront détruits pour la plupart. Les vêtements sont donnés à un brocanteur qui les donnera à Emmaüs ou les vendra aux Puces.

Suivant l'évolution de la société et des saisons, certains objets remplacent d'autres, les modes se font et se défont. Tout parisien digne de ce nom a fait au moins une virée dans sa vie au 36 rue des Morillons.

A legendary Parisian address: rue des Morillons
Adresse mythique à Paris, rue des Morillons
Recently, I told you about a few of Paris's iconic addresses: 36 quai des Orfèvres, Place Beauvau, and 13-15 rue Cognacq-Jay. Today, I would like to describe a place which is every bit as legendary, although perhaps not for such illustrious reasons. For it is at this address, hidden away in the 15th arrondissement, that lost property is held in the meagre hope that one day its owners will come to claim it.

The Lost Property service covers items found in Paris, in the three departments on the outskirts of the city and at the airports in Orly and Roissy. On average, 600 items arrive each day and 150 leave with their owners. The service has been welcoming tourists and locals in search of their belongings at this address since 1939 (the Lost Property service was launched by Police Prefect Lépine in 1893). 180,000 objects are stored in the building's basement, making it the largest lost property service in Europe. To put things into perspective, if you were to place all the property found in a line, it would stretch over the distance between Notre-Dame Cathedral and Porte Maillot, a full 6km.
This lost property varies from the classics - mobile phones and keys - to rarer objects (cuddly toys, pushchairs, books, household appliances, etc.) right through to the weird and wonderful (a skull, wedding dress, sabre, funeral urn, etc.) There are even a few dangerous items and precious jewels. After a holding period of four or 18 months depending on how much they're worth (less or more than €100), the "forgotten" items are mostly destroyed. Clothes are given to a second-hand dealer, who passes them on to Emmaüs or sells them at the flea market.
As seasons pass and society changes, so do the objects lost: fashions come and go. Every Parisian worth his salt has stopped by 36 rue des Morillons at least once in his life.

Didier MOINEL DELALANDE


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Hotel Le Mathurin 716 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines