Magazine Culture

Dialogue avec Al Baghdadi

Publié le 17 septembre 2015 par Le Journal De Personne
Personne : avec ce téléphone, il m'arrive de voir dans le noir... voir ce que vous ne pouvez pas voir. Il m'arrive même d'accéder à un vrai savoir, celui que vous n'êtes pas censés savoir...
Le savoir des insensés... j'y crois mais vous n'êtes pas obligés de me croire.
Je m'en vais composer le numéro de nouveau Nabucco qui prétend être le Lieu-tenant de Dieu sur terre.
( ça sonne de l'autre côté... et au bout de quelques secondes, quelqu'un décroche)

Personne : allo... je ne vais pas vous offenser en vous demandant qui est à l'appareil ?
Quelqu'un : j'attendais impatiemment votre appel

Personne : vous m'en voyez désolée votre honneur, mais je ne me rappelle pas vous avoir envoyé un préavis pour vous indiquer le jour et l'heure de mon appel ?
Quelqu'un : ce n'est plus un secret pour personne, tout le monde est au courant que je suis en liaison avec les services secrets de tous ceux qui font la pluie et le beau temps... et permettez-moi de ne pas vous citer de nom.

Personne : puis-je, avec votre autorisation, utiliser pour notre échange votre nom de code occidental : Nabuchodinosor ?
Nabucco : aucun souci. Je fais ce que je dis. Je ne m'en fais pas pour ce qui se dit! Tout ce qui ne touche pas à la vie, à la mort n'est pas de mon ressort... ah ! ah ! ah !

Personne : c'est ce que je dis votre honneur, vous êtes un dinosaure Nabuchodonosor qui sévit en Irak et en Syrie sous le nom d'Al Baghdadi.
Nabucco : je ne sévis pas, ma petite dame, je me bats pour la survie de la Foi en combattant la prostitution de l'homme par l'homme.

Personne : en tuant des innocents ?
Nabucco : je tue tous ceux qui se prostituent

Personne : n'est-ce pas le pire blasphème que de se prendre pour Dieu ?
Nabucco : si vous saviez ce qu'il faut entendre par Dieu vous comprendriez que nul ne peut se prendre pour lui. En revanche, on peut baliser la voie qui y conduit

Personne : en instaurant le califat ?
Nabucco : en chassant les rats !
Personne : vous ne les chassez pas, vous les pourchassez un peu partout chez les autres comme si c'était chez vous.
Nabucco : peut-être parce que je suis dans le vrai ? Peut-être parce que vous ne l'êtes pas que vous m'intentez ce procès indigne de vous. Indigne de moi.
Personne : vous ne réalisez toujours pas que nous ne nous sentons pas obligés de goûter les fruits de votre paradis ?
Nabucco : je ne le sais que trop... l'enfer a toujours été pavé des plus belles intentions. C'est pour cette raison que nous recommandons à toutes les bonnes volontés de ne plus être dupes de l'île de la tentation que vous exhibez sur vos écrans !

Personne : permettez-moi cette égratignure, mais il y a autant de corruption dans vos rangs parce que l'homme n'a rien de divin : il est faible, fragile ou mesquin.
Nabucco : je vous le concède. Les hommes ne sont pas sages et ne risquent pas de le devenir... ils ne sont pas fous, non plus... ils cherchent désespéramment leur intérêts. Cependant on peut les rendre fous en leur disant qu'ils peuvent se passer de Dieu.

Personne : ou en leur disant qu'ils ne peuvent plus se passer de Dieu ?
Nabucco : quitte à être fou, autant être fou de Dieu

Personne : c'est la folie qui est de trop !
Nabucco : il y a deux fous : celui qui a une case en moins et celui qui a un chromosome en plus. Lequel préférez-vous ?

Personne: celui qui a des idées en face des trous.
Nabucco : c'est la définition même du fou de Dieu et ce n'est pas de l'humour, c'est une histoire d'amour... je suis, j'existe pour vous ôter la merde que vous avez dans les yeux... même si vous êtes à l'autre bout du monde... à l'autre bout du fil... je ne vous dis pas démerdez-vous... je me charge de vous débarrassez de la merde... de votre vie de merde !

Personne : Hitler, Staline, Mussolini avaient à peu près la même paranoïa !
Nabucco : mais ils n'avaient pas la Foi, tout est là.

Personne : qu'est-ce que vous répondez à ceux qui vous réduisent à un instrument utilisé par les puissants pour changer l'ordre du monde ?
Nabucco : ou je l'ignore ou je le sais. Si je le sais, c'est moi qui les utilise. Si je l'ignore, ils vont finir par le regretter.

Personne : la France vous surveille depuis deux jours de très près, vous êtes désormais la cible privilégiée du monde dit libre.
Nabucco : la France n'a jamais su sur quel pied danser. Elle hésite entre la valse et le tango... mais toutes les histoires de France s'achèvent par un slow où l'on embrasse le vainqueur.

Personne : une attaque terrestre ne saurait pas tarder, vous vous y préparez ?
Nabucco : tous mes hommes et sans une seule exception sont prêts à mourir où et quand vous voulez. Et vous est-ce que vous êtes prêts à mourir pour des beurs ? ah ! Ah ! ah !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Le Journal De Personne 74361 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte