Magazine Culture

La saga des Travis – La peur d’aimer de Lisa Kleypas

Par Artemissia Gold @SongeD1NuitDete

Chroniqué par PimprenellePimprenelle

:star: La saga des Travis – La peur d’aimer de Lisa Kleypas

La saga des Travis – La peur d'aimer de lisa KleypasNombre de pages : 380
Éditeur : J’ai Lu
Date de sortie : 02 septembre 2015
Collection : Promesses
Langue : Français
ISBN-10 : 2290110043
ISBN-13 : 978-2290110041
Prix éditeur : 7,40 €
Disponible sur liseuse : Oui

Résumé :

La famille, pour Ella Varner, c’est un père qui a disparu du paysage lorsqu’elle était enfant, une mère égocentrique qui collectionne les amants, et une sœur aussi belle que fragile. Voilà pourquoi, après ses études, Ella s’est installée loin d’elles, à Atlanta. Entre sa chronique dans un journal et Dane, son compagnon, militant écologiste, elle s’est construit une vie sans histoires. Jusqu’au jour où la famille se rappelle à son bon souvenir en la personne d’un nouveau-né : le fils de Tara, sa sœur. Celle-ci s’étant volatilisée, Ella se met en quête du père, qui pourrait bien être Jack Travis, séducteur impénitent et membre d’un clan richissime de rois du pétrole.

Mon avis :

Cette trilogie est excellente, et même si ce tome n’est pas mon préféré, cette grande dame de la LS qu’est Lisa Kleypas nous donne là un petit bijou de saga. Si vous lisez ce tome indépendamment des autres, ça ne gêne pas (pour avoir tellement apprécié la famille Travis, je vous inciterai forcément à lire le tout, c’est une série incontournable !), les interactions avec les personnages du tome 1 et 2 sont clairement expliquées, on comprend la trame générale sans problème.

Nous faisons donc connaissance avec Ella Varner pour qui la notion de famille rime avec insécurité et conflits. Rien que quelques échanges suffisent à cerner sa mère, (dont le prénom est bien mal donné : Candy, sucrerie) qui a autant d’esprit familial qu’une essoreuse à salade ! Malgré cette parentèle déficiente, Ella a une morale qui la pousse à prendre en charge ce neveu qui tombe du ciel et dont elle tient à retrouver le père, puisque sa sœur a cru bon de disparaître de la circulation, laissant l’enfant à sa charge.
Après moult cogitation et recherches, la jeune femme décide de réclamer des comptes à Jack Travis pour qu’il assume sa paternité, et quitte donc Austin pour Houston, fief de ce clan milliardaire du pétrole et de la finance. Tout ça avec un bébé grognon sous le bras et sans point de chute ni recommandation pour aborder l’«heureux» papa.

La rencontre des ces 2 personnages est épique et désopilante (voir la couche-culotte et les socquettes roses). Si la bave ne vous vient pas aux lèvres (comme Ella justement frappée d’hyper-salivation) à l’apparition du cadet des Travis, c’est que l’écriture de L. Kleypas ne vous remue pas :

«Le mâle dominant classique, celui qui, cinq millions d’années plus tôt, avait fait faire un bond en avant à l’espèce en punaisant toutes les femelles en vue .»

S’ensuit alors un échange de reparties délectables entre la jeune femme et le texan : un homme comme celui-ci, on en voudrait un à chaque petit déjeuner ! D’ailleurs le dîner que partagent ces deux-là est plus qu’alléchant, quand on sait que Jack est un texan pur jus qui aime la viande saignante et la jeune femme une végétalienne convaincue (ne demandant qu’à se laisser corrompre, accessoirement)…

Pourtant – selon les dires de Tara – Jack Travis n’est pas le géniteur, mais Ella va se retrouver chargée de s’occuper du petit Luc sur place pendant que sa sœur récupère dans une clinique des environs. C’est ainsi que la jeune femme – chroniqueuse dans un magazine – va être hébergée dans le même immeuble que le jeune homme, faisant ainsi la connaissance de Haven, la petite sœur (héroïne du tome 2) qui lui cède volontiers son appartement pour s’installer avec son fiancé Hardy.

Voilà pour la mise en bouche qui va mettre Ella en contact perpétuel avec Jack, et ce pendant un trimestre. C’est ici que va se dérouler la majeure partie de ce roman qui explicitera son titre : une fois n’est pas coutume, c’est l’héroïne qui va contrarier la relation amoureuse qui cherche à s’établir avec le fils Travis, ce sont ses peurs, ses inhibitions, son manque d’assurance qui vont empêcher le couple de prendre son envol. Et ce malgré les différentes tentatives du texan pour se montrer indispensable , pour prouver à Ella que leur histoire mérite mieux, mérite la durée. Un pur plaisir que de voir narrer tout ce que Jack va mettre en œuvre pour conquérir l’esprit et le cœur de sa belle, dans l’espoir d’un happy end.

Alors que l’action se limite à cet immeuble du centre de Houston, les rebondissements s’enchaînent et on ne s’ennuie pas un seul instant dans cette sorte de microcosme qui voit tous les aspects de la vie à deux. Sans oublier qu’ Ella, loin d’être découragée par sa sœur, va tout faire pour pousser le vrai père de Luc à apporter son aide financière à son fils et à sa mère.
Et là encore, pour aller à la rencontre de cet homme, Jake Travis apportera son aide inestimable.

Une analyse pertinente de la mentalité texane : grosses voitures, grosses demeures, gros moyens financiers ainsi qu’églises-congrégations gigantesques. Et hypocrisie tout aussi démesurée, qu’il vous faudra constater à la lecture de ce titre.

Un final logique (dans la ligne droite de l’intrigue) mais remis en cause par les événements qui bouleversent la vie des deux sœurs. C’est là qu’est mon bémol pour ce titre qui ne fera que frôler le coup de cœur, la romance est certes le gros moteur de ce titre, mais ce sera surtout un petit bout de chou qui en sera l’attraction-phare.

Néanmoins, un roman qui se dévore goulûment tant les émotions foisonnent et font palpiter mon cœur d’artichaut ! Et si ce titre vaut le détour, que dire des tomes précédents ? Pour moi, cette saga est un must à ne pas manquer de lire, en attendant avec impatience que soit traduite l’histoire du dernier Travis, Joe !

Excellent

Acheter ce roman sur Amazon

Les tomes précédents

La saga des Travis – La peur d’aimer de Lisa Kleypas La saga des Travis – La peur d’aimer de Lisa Kleypas

Chroniqué par PimprenellePimprenelle

:star: La saga des Travis – La peur d’aimer de Lisa Kleypas

La saga des Travis – La peur d'aimer de lisa KleypasNombre de pages : 380
Éditeur : J’ai Lu
Date de sortie : 02 septembre 2015
Collection : Promesses
Langue : Français
ISBN-10 : 2290110043
ISBN-13 : 978-2290110041
Prix éditeur : 7,40 €
Disponible sur liseuse : Oui

Résumé :

La famille, pour Ella Varner, c’est un père qui a disparu du paysage lorsqu’elle était enfant, une mère égocentrique qui collectionne les amants, et une sœur aussi belle que fragile. Voilà pourquoi, après ses études, Ella s’est installée loin d’elles, à Atlanta. Entre sa chronique dans un journal et Dane, son compagnon, militant écologiste, elle s’est construit une vie sans histoires. Jusqu’au jour où la famille se rappelle à son bon souvenir en la personne d’un nouveau-né : le fils de Tara, sa sœur. Celle-ci s’étant volatilisée, Ella se met en quête du père, qui pourrait bien être Jack Travis, séducteur impénitent et membre d’un clan richissime de rois du pétrole.

Mon avis :

Cette trilogie est excellente, et même si ce tome n’est pas mon préféré, cette grande dame de la LS qu’est Lisa Kleypas nous donne là un petit bijou de saga. Si vous lisez ce tome indépendamment des autres, ça ne gêne pas (pour avoir tellement apprécié la famille Travis, je vous inciterai forcément à lire le tout, c’est une série incontournable !), les interactions avec les personnages du tome 1 et 2 sont clairement expliquées, on comprend la trame générale sans problème.

Nous faisons donc connaissance avec Ella Varner pour qui la notion de famille rime avec insécurité et conflits. Rien que quelques échanges suffisent à cerner sa mère, (dont le prénom est bien mal donné : Candy, sucrerie) qui a autant d’esprit familial qu’une essoreuse à salade ! Malgré cette parentèle déficiente, Ella a une morale qui la pousse à prendre en charge ce neveu qui tombe du ciel et dont elle tient à retrouver le père, puisque sa sœur a cru bon de disparaître de la circulation, laissant l’enfant à sa charge.
Après moult cogitation et recherches, la jeune femme décide de réclamer des comptes à Jack Travis pour qu’il assume sa paternité, et quitte donc Austin pour Houston, fief de ce clan milliardaire du pétrole et de la finance. Tout ça avec un bébé grognon sous le bras et sans point de chute ni recommandation pour aborder l’«heureux» papa.

La rencontre des ces 2 personnages est épique et désopilante (voir la couche-culotte et les socquettes roses). Si la bave ne vous vient pas aux lèvres (comme Ella justement frappée d’hyper-salivation) à l’apparition du cadet des Travis, c’est que l’écriture de L. Kleypas ne vous remue pas :

«Le mâle dominant classique, celui qui, cinq millions d’années plus tôt, avait fait faire un bond en avant à l’espèce en punaisant toutes les femelles en vue .»

S’ensuit alors un échange de reparties délectables entre la jeune femme et le texan : un homme comme celui-ci, on en voudrait un à chaque petit déjeuner ! D’ailleurs le dîner que partagent ces deux-là est plus qu’alléchant, quand on sait que Jack est un texan pur jus qui aime la viande saignante et la jeune femme une végétalienne convaincue (ne demandant qu’à se laisser corrompre, accessoirement)…

Pourtant – selon les dires de Tara – Jack Travis n’est pas le géniteur, mais Ella va se retrouver chargée de s’occuper du petit Luc sur place pendant que sa sœur récupère dans une clinique des environs. C’est ainsi que la jeune femme – chroniqueuse dans un magazine – va être hébergée dans le même immeuble que le jeune homme, faisant ainsi la connaissance de Haven, la petite sœur (héroïne du tome 2) qui lui cède volontiers son appartement pour s’installer avec son fiancé Hardy.

Voilà pour la mise en bouche qui va mettre Ella en contact perpétuel avec Jack, et ce pendant un trimestre. C’est ici que va se dérouler la majeure partie de ce roman qui explicitera son titre : une fois n’est pas coutume, c’est l’héroïne qui va contrarier la relation amoureuse qui cherche à s’établir avec le fils Travis, ce sont ses peurs, ses inhibitions, son manque d’assurance qui vont empêcher le couple de prendre son envol. Et ce malgré les différentes tentatives du texan pour se montrer indispensable , pour prouver à Ella que leur histoire mérite mieux, mérite la durée. Un pur plaisir que de voir narrer tout ce que Jack va mettre en œuvre pour conquérir l’esprit et le cœur de sa belle, dans l’espoir d’un happy end.

Alors que l’action se limite à cet immeuble du centre de Houston, les rebondissements s’enchaînent et on ne s’ennuie pas un seul instant dans cette sorte de microcosme qui voit tous les aspects de la vie à deux. Sans oublier qu’ Ella, loin d’être découragée par sa sœur, va tout faire pour pousser le vrai père de Luc à apporter son aide financière à son fils et à sa mère.
Et là encore, pour aller à la rencontre de cet homme, Jake Travis apportera son aide inestimable.

Une analyse pertinente de la mentalité texane : grosses voitures, grosses demeures, gros moyens financiers ainsi qu’églises-congrégations gigantesques. Et hypocrisie tout aussi démesurée, qu’il vous faudra constater à la lecture de ce titre.

Un final logique (dans la ligne droite de l’intrigue) mais remis en cause par les événements qui bouleversent la vie des deux sœurs. C’est là qu’est mon bémol pour ce titre qui ne fera que frôler le coup de cœur, la romance est certes le gros moteur de ce titre, mais ce sera surtout un petit bout de chou qui en sera l’attraction-phare.

Néanmoins, un roman qui se dévore goulûment tant les émotions foisonnent et font palpiter mon cœur d’artichaut ! Et si ce titre vaut le détour, que dire des tomes précédents ? Pour moi, cette saga est un must à ne pas manquer de lire, en attendant avec impatience que soit traduite l’histoire du dernier Travis, Joe !

Excellent

Acheter ce roman sur Amazon

Les tomes précédents


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Artemissia Gold 56614 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines