Magazine Conso

Needle in the Hay

Publié le 17 juin 2007 par Stéphane Kahn
New Moon, somptueux double album d'inédits d'Elliott Smith, est déjà pour moi l'album de l'année. Et qu'il s'agisse là de titres enregistrés entre 1995 et 1997 importe peu tant, soudain, ces 24 morceaux abolissent le temps.
J'ignore si les routes d'Elliott Smith et de Sparklehorse se sont un jour croisées, mais Mark Linkhous est le seul, aujourd'hui, dont les chansons me paraissent atteindre le degré d'urgence, de fragilité et de sincérité des splendeurs gravées sur New Moon. Chanter pour survivre, oui, sans doute...
Mais si Mark Linkhous le fut, cliniquement, pendant quelques minutes, Elliott Smith, lui, est bel et bien mort.
Elliott Smith est né, aux yeux du public, quand Gus Van Sant utilisa plusieurs de ses chansons dans Will Hunting. C'est aussi une chanson d'Elliott Smith qui hissa une séquence filmée par Wes Anderson au rang des plus belles de ces dernières années. La scène de la tentative de suicide du personnage incarné par Luke Wilson dans La famille Tenenbaum était déjà bouleversante à la sortie du film. La revoir aujourd'hui prend un sens très particulier quand on sait comment disparut Elliott Smith entre temps. C'est la version studio dépouillée de Needle in the Hay qu'utilisa Anderson. Mais Elliott Smith la jouait aussi sur scène dans une version beaucoup plus rock (voir la vidéo ci-dessous).
Pour le plaisir, enfin, il serait dommage de se priver d'écouter la belle Emily Haines de Metric rendre hommage à Elliott Smith en reprenant son Between the Bars...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Stéphane Kahn 209 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines