Magazine Bourse

Le travail : l’arnaque du siècle

Publié le 24 septembre 2015 par Chroom

Le travail : l’arnaque du siècle

Quand nous travaillons, nous produisons de la richesse, dont une partie va directement dans les poches de notre employeur, c'est la fameuse plus-value aliénée par le patronat selon les théories marxistes. Quand le patron a pris sa marge, il doit payer sur notre salaire des charges sociales qui vont directement alimenter l'Etat. Tout comme notre boss, nous sommes aussi redevables de charges sociales qui sont directement prélevées sur notre revenu brut. Non content d'avoir mangé une partie du revenu de notre labeur avant même qu'il n'arrive sur notre compte en banque, l'Etat nous taxe encore un impôt sur le revenu.

Prenons un petit exemple fictif mais qui représente très bien la réalité :
Une entreprise dégage CHF 10'000 de chiffre d'affaires par employé.
Les charges salariales constituent 50% du chiffre d'affaires. L'employé moyen constitue donc une charge salariale de CHF 5'000 (salaire et charges sociales).
En enlevant les charges sociales payées par l'employeur, le salaire brut de cet employé se monte à CHF 4'000.
En enlevant les charges sociales payées par l'employé, le salaire net de cet employé se monte à CHF 3'500.
Si on enlève encore les impôts, on obtient un salaire net de de CHF 3'150.
Et pour finir on retire les frais d'acquisition du revenu (frais de transport, habillement, nourriture...), et on se retrouve avec un résidu de CHF 2'635.
Sans compter que lorsque vous pouvez enfin dépenser le modeste fruit de votre travail, vous devez encore vous acquitter de la TVA.

En résumé, le salaire résiduel de cet employé ne représente que 1/4 du chiffre d'affaires qu'il a réellement créé. Tout le reste va dans les poches de l'Etat et dans celles de son employeur

Le pire c'est qu'il n'y a rien de scandaleux dans tout cela. Il est normal que le patron couvre ses frais de fonctionnement pour continuer à assurer la viabilité de son entreprise et qu'il puisse investir pour la faire progresser. Il est normal aussi que les actionnaires soient payés pour le risque qu'ils prennent en investissant dans la société. Et il est aussi normal, jusqu'à un certain point, que l'Etat soit payé parce qu'il offre les infrastructures pour que tout cela puisse fonctionner.

Mais au final, cela vous fait quand même une belle jambe car la majorité du temps vous ne travaillez pas pour vous, mais pour les autres.

Cela signifie que vous travaillez inutilement la plupart du temps. On dit qu'on ne devient pas riche en travaillant et maintenant on comprend mieux pourquoi.

En comparaison, les revenus d'un rentier, qui proviennent de son capital

  • ne sont pas aliénés par le patronat (c'est lui le propriétaire)
  • sont moins taxés par l'Etat (il n'y a pas de charges salariales)
  • sont  généralement nettement moins gourmands en frais d'acquisition du revenu (la gestion pouvant majoritairement se faire depuis son domicile).

A vous de voir si vous voulez continuer à travailler dans le vide...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Chroom 354 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte