Magazine Culture

Bob Dylan-The Freewheelin' Bob Dylan-1963

Publié le 27 septembre 2015 par Numfar
Bob Dylan-The Freewheelin' Bob Dylan-1963

Après le succès de Peter, Paul & Mary, CBS Columbia relance la carrière de Dylan en lui attribuant un nouveau producteur: Tom Wilson.

En avril 1963, Wilson produit de nouveaux titres pour compléter ceux enregistrés avec John Hammond précédemment.

Le 12 avril, Dylan donne un concert au Town Hall de New York, où il joue ses nouveaux titres, "Blowin' in the wind" et "Masters of war", ainsi qu'un texte sur Woody Guthrie "Last thoughts on Woody Guthrie".

Une première version du 2e album est publiée pour être retirée de la vente quasi immédiatement. Elle comprend des titres inédits comme "Rocks & gravels", "Let me die in my footsteps" et "Gambling Willie".

La version définitive est publiée le 27 mai 1963: "The Freewheelin' Bob Dylan" (#22 US), produit par Tom Wilson.

Blowin' in the wind (Bob Dylan)

Girl from the north country(Bob Dylan)

Masters of war(Bob Dylan)

Down the highway(Bob Dylan)

Bob Dylan's blues(Bob Dylan)

A hard rain's a gonna fall(Bob Dylan)

Don't think twice it's all right(Bob Dylan)

Bob Dylan's dream(Bob Dylan)

Oxford Town(Bob Dylan)

Talkin' world war III blues(Bob Dylan)

Corrina Corrina (Trad.)

Honey, just allow me one more chance (B.Dylan-H.Thomas)

I shall be free(Bob Dylan)

Premier album majeur de Dylan, album capital que tout un chacun devrait posséder dans sa librairie Itunes.

L'un des disques les plus influents de tous les temps.

En 1964, l'album sera tardivement publié au Royaume-Uni où il atteindra la première place, déclenchant une Dylanmania anglaise.

Si John Lennon s'est mis un jour à composer des titres plus personnels c'est grâce à ce disque.

"Blowin' in the wind" est LE classique du disque, sans oublier "Girl from the north country", le sanglant "Masters of war", le prophétique "A hard rain's a gonna fall" et le superbe "Don't think twice it's all right".

La pochette montre Dylan et sa copine de l'époque, Suze Rotolo dans Greenwich Village.

Bob Dylan, le roi du folk, est surnommé "la conscience de l'Amérique", un titre qu'il va passablement détester.

Entre août et octobre il s'attaque à son troisième album, composant des protest-songs enflammés, véritables brûlots contre les forces obscures du pays: "The times they are-a-changin'", "The lonesome death of Hattie Carroll", "Who killed Davey Moore?", "With God on our side", etc...

Le 28 octobre 1963, il donne un concert à Carnegie Hall (NYC) qui donnera naissance au live "Live At Carnegie Hall".

Le 22 novembre 1963, le président John F. Kennedy est assassiné à Dallas, et Dylan devient parano, persuadé qu'il est le prochain sur la liste.

Il va peu à peu abandonner les protest-songs, pour des textes plus poétiques ou romantiques.

Quelques semaine plus tard, les Beatles sont #1 aux Etats-Unis...

"J'ai entendu dix mille personnes chuchoter et personne écouter,

J'ai entendu une personne mourir de faim et beaucoup de gens en rire,

J'ai entendu la chanson d'un poète mort dans le caniveau,

J'ai entendu le son d'un clown pleurer dans une allée.

C'est une dure, dure, dure pluie qui va tomber."

© Pascal Schlaefli

Blowin' in Urba City

27 September 2015

Du même auteur:

Serial Angel Vol.1: Anastase & Perfidule (2014)

The Blacksouls (à venir)

En vente sur Amazon et Itunes Ibook store!

Plus de détails sur le blog: 

 Serialangel.centerblog.net

Partager : J'aime

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Numfar 50 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte