Magazine Culture

Severed Heads – Clifford darling, please don’t live in the past

Publié le 29 septembre 2015 par Hartzine

Résumer l'épopée musicale de Severed Heads tient du parcours du combattant tant le combo australien mené par Tom Ellard a changé maintes fois de direction artistique. Considéré à ses débuts comme un groupe à consonance expérimentale faute de mieux, Severed Heads servait déjà un post-punk glacial, mâtiné d'indus, tendant vers ce qu'on appellerait plus tard la synthpop. Le groupe qui bénéficie d'un support local certain devra attendre le milieu des années quatre-vingt avant de s'exporter grâce au label Nettwerk ( Skinny Puppy à l'époque) qui repéra le groupe via le single Dead Eyes Opened paru sur l'album quelques années auparavant. S'ensuivra une plâtrée de disques plus toujours aussi recommandables, délivrés à la chaîne (parfois deux à trois par an) et souvent produits par un Ellard seul au manettes. En 2008, celui-ci mettra d'ailleurs fin au groupe dont il était au final l'unique membre régulier depuis de longues années, afin de se consacrer pleinement à ses projets solos. Mais revenons en arrière, après les succès que furent Since The Accident et City Slab Horror, leur label Ink Records demande au groupe de déterrer leurs vieilles pistes le temps d'une compilation intitulée Clifford Darling, Please Don't Live In The Past. Titre bien entendu ironique pour un best of qui marie habilement titres inédits, faces B et autres perles parus sur les précédents albums. C'est sans conteste un chef d'œuvre qu'exhume ici Dark Entries, nous démontrant une fois de plus que ces rednecks de l'EBM avaient une longueur d'avance sur leur époque, et que Severed Heads à su façonner des morceaux qui n'ont rien à envier à l'electro actuelle, la plus underground en tout cas.

On retrouve toutes les facettes du phénomène australien à travers ce best of à la fois facétieux et imaginatif. Pas vraiment conçu comme un recueil de hits comme on a l'habitude d'en entendre, mais permettant de redécouvrir malgré tout, à travers Umbrella, Prototype Pop ou encore Power Circles, des petites pétites synth-pop avant-gardistes, trop tôt tombées dans l'oubli, des petits bijoux d'analog music sonnant encore comme des références pour nombre de groupe actuels. Et alors qu'on a tendance à attribuer les origines de l'EBM à Front 242, D.A.F, Skinny Puppy, Borghesia, à;GRUMH... et j'en passe... On aurait tendance à oublier qu'avec des titres comme Elephant Decibels ou Nightsong, le groupe de Tom Ellard à participé à donner le "la" à un mouvement qui ne demandait qu'à éclore. Severed Heads un groupe méconnu, certainement, mais mésestimé, aucunement. Il n'est pas difficile de rapprocher ces premiers travaux à ceux de Psychic TV ou au fondateur, Physical Evidence de NON... C'est au final, l'histoire d'un microcosme musical communiquant par le biais de bouteilles à la mer, avec pour certains comme titres : Nazi Beach Party, Special Day, That That Resolves ou encore Dance qui seront récupérés des années plus tard par certains Revolting Cocks, Pigface ou on ne sait quel imposteur se revendiquant artiste de musique industrielle, tout en en détruisant l'héritage. Si Clifford Darling, Please Don't Live In The Past n'est pas à la portée de toutes les oreilles, il a le mérite de consacrer la musique en tant qu'art, mais un art à la fois hilarant et tragique. Imaginez un peu des culs-terreux façonnant du Dali en musique et vous aurez une vague idée de ce à quoi peut ressembler l'univers de Severed Heads. Il y a des disques à côté desquels il ne faut pas passer, celui-ci en fait partie assurément.

Audio

Vidéo

Tracklist

Severed Heads - Clifford Darling, Please Don't Live In The Past (Dark Entries, 15 octobre 2015)

01. Advertisement
02. Prototype Pop
03. Exiles Excerpt
04. A Day In The Country
05. Elephant Decibels
06. Power Circles
07. Alaskan Polar Bear Heater
08. Umbrella
09. J. Edgar Hoover
10. Blame
11. Meanwhile, Back At Exiles...
12. Dance
13. Saturday Night
14. Man Dat Hip
15. An American In Paris
16. Tarzan's Grip
17. That That Revolves
18. Special Day
19. Malt Duck
20. Never Fall In Love
21. Nazi Beach Party
22. A Relic Of The Empire No. 2
23. Tiny Fingers
24. Sydney Quads & The Megascope Space Probe
25. Play It Again
26. Carry My Books
27. Nightsong
28. Car Ad


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Hartzine 81861 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines