Magazine Cuisine

Y’a des jours où c’est l'boucher d'à côté que je verrais bien finir en steak haché ! Et travers de porc acheté chez mon p'tit boucher à moi…

Par Dorian
Et y veux quoi le monsieur ? le monsieur c’était moi et celui qui me parlait c’était le boucher de la supérette de trois villages plus loin où je me suis arrêté en passant… et comme je ne me suis jamais senti concerné quand on dit le monsieur, il a fallu qu’il répète avant que je comprenne que c’était à moi qu’il parlait. Cela dit comme j’étais le seul à faire la queue, ça aurait du être un signe, mais bon…
Alors le monsieur… qu’il répète alors mon nouvel ami le boucher et le monsieur lui dit qu’il veut le morceau de travers, celui qu’a pas l’étiquette parce que forcément sur les deux qui sont en train de traîner dans son étal y’en a un qui a déjà eu autant de vies que les chats, alors si ça le dérange pas j’aimerai autant celui qui est encore vivant…
Bon pour lui je fais court et je dis juste, donnez-moi le travers-là celui qu’est pas sous le prix… et là voilà t’y pas qu’il commence à me prendre l’autre… heu justement c’est pas celui-là… ah il veut l’autre qu’il dit… avant d’ajouter et j’y fait quoi au travers ?
Rien, rien
que j’y dis joyeusement… je peux les couper, qu’il précise… Rien, rien que je redis en oubliant les gouzis dans la voix… parce que si il veut… Rien ! que j’aboie un chouille énervé !
Et là voila ‘ti pas qu’il commence à me découper mon petit travers que je regardais déjà avec amour en faisant des carrés dessus si profonds qu’il m’en faisait de la dentelle… et quand il a fini le massacre il me l’emballe et me dit et voilà comme neuf et y veut quoi d’autre le monsieur ?
Là sur le coup un peu étonné, je me dis que sous son côté bourru un petit être sensible vit peut-être là et peut-être un cerveau… Alors je lui donne une nouvelle chance d’atteindre mon cœur… j’vais y prendre quatre blancs de poulet que je lui dis. Et là comme attendu il me demande et j’y fais quelque chose ? J’avais décidé d’être bon je lui dis que je voulais bien qu’il me fasse des cubes, des jolis cucubes pour faire des jolies brochettes…
Ah des brochettes… je sais pas pourquoi mais j’ai compris son Ah des brochettes comme le glas de mes petits piques justement, comme si un noir destin allait s’abattre sur mes blancs de poulet et j’avais vraiment pas tort…
Et le voilà à m’expliquer que le cube c’est bien mais que le mieux c’est l’escalope parce qu’on peu y mettre, tiens on peut y mettre un pruneau… et pendant qu’il me dit ça le voilà parti pour me trancher mon blanc en escalopes fines… là, j’ai vraiment cru être dans la 4e dimension ! Justement je voulais faire des brochettes à la japonaise et l’idée de Japon aux pruneaux… Cubes ? que j’arrive à articuler, et là le bourru regarde ce qui était mes 4 escalopes qu’il avait tranchées bien fin et régulier et là il fini par lâcher mais si il veut je peux quand même lui faire des cubes…
Oui
que j’ai rugi ! des cubes, des cubes carrés… Bon ben j’en ferai des bonnes brochettes moi qu’il me dit en me mettant le poulet en tranches et voilà qu’il m’attrape 4 nouveaux blancs et me les découpe en vrac… je me console en pensant qu’il doit bien y avoir 2 ou 3 cubes dans le tas… Y veut peut-être autre chose ? qu’il me demande cette fois sans que j’ai le droit à mon monsieur habituel !
Il me fallait aussi des tranches de jambon à l’italienne, mais j’ai rien dit je l’imaginais déjà me le jambon entier en 4… alors j’ai juste dit rien, rien en me mordant les lèvres. Et quand je m’étais un éloigné je l’ai entendu dire au le monsieur d’après ben y’en a qui savent pas ce qu’ils veulent, j’vous l’dis que… et de lui demander j’y coupe le poulet ? J’ai pas pu m’empêcher de rire…

Y’a des jours comme ça où vaudrait mieux devenir végétarien que je me suis dit et puis je suis passé devant les fruits et légumes et la dame aux yeux révolver qui s’y tenais… du coup j’ai décidé de commencer Carême tout de suite ! Heureusement le lendemain mon petit boucher à moi que j'ai failli embrasser m'a donné pour p'tit travers juste comme je voulais...
Travers de porc marinés sucre, sel et épices
Ingrédients : 1kg de travers de porc découpé os par os et rien d’autre ! – 4càs de miel – 4càs de ketchup – 4càs de jus d’orange – 1càs de sauce pimenté asiatique du type Sriratcha - 1càs de curry en poudre – 3ou 4 étoiles de badiane cassées en morceaux – ½ tige de citronnelle émincée assez fin – 1càc bien plein de gingembre râpé – ½ bâton de réglisse passé au taille crayon (sinon coupez-le comme vous pouvez) - du sel si nécessaire
Mettez les travers dans un grand saladier.
Mélangez tous autres ingrédients dans un bol, ils vont servir de marinade, remuez bien puis versez-les sur les travers et mélangez bien. Mettez au frais et oubliez le tout jusqu’au lendemain ou au moins pendant 4 ou 5 heures.
Ensuite il n’y a plus qu’à faire griller les travers en les retournant et les arrosant régulièrement sous le grill ou si un jour il finit par faire bon sur la flamme d’un barbecue.

Mais pourquoi, je me demande comment il ferrait le steak haché cui-là... est-ce que je vous raconte ça...

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Dorian 13561 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines