Magazine Culture

Fred Pellerin - L’Arracheuse de temps

Publié le 10 juin 2008 par Epicure

Mise en contexte. La nouvelle tournée de Fred Pellerin débute en août avec une série de spectacles présentés à St-Élie-de-Caxton. Ensuite, il part en tournée aux quatres coins de la province présenter ce nouveau show . Pour bien mettre la machine en marche et tester son matériel, Fred a décidé de s’offrir deux soirées de rodage devant public, jeudi dernier et ce soir. Ce soir, on était là!

La dernière fois, il a fallu attendre 3 mois entre l’achat des billets et le plaisir de voir Fred Pellerin sur scène. La revanche est douce, à peine une dizaine de jours après avoir appris sa visite éclair au Petit Champlain et sans avoir trop eu le temps d’y penser, nous voilà déjà devant lui pour assister en primeur à son plus récent spectacle L’Arracheuse de temps. Un privilège.

Même s’il s’agit d’un genre de work in progress, il ne faut pas se leurrer, on a droit à un vrai spectacle. Des contes, des enchaînements, des chansons, une entracte et tout. Ça sent la nouveauté par les hésitations, les rires complices, quelques notes par terre devant lui, mais ça passe comme dans du beurre bien mou. Quand on a déjà vu Fred Pellerin sur scène, on connaît ses hésitations et ses rires complices qui font partis du personnage à un point tel qu’on se demande si c’est prévu ou non dans le spectacle. Il faut l’entendre parler d’une visite dans le grenier de sa grand-mère, dériver sur une anecdote à partir d’une botte qu’il y trouve et finir par raconter l’histoire des Gélinas, du magasin général à Toussaint et de son bois de poêle qui disparaît mystérieusement. Chaque épisode de son récit est prétexte à une dérive en règle qui immanquablement nous fait pleurer de rire, tout en réussissant à nous émouvoir.

Un spectacle de Fred Pellerin, ça ne se raconte pas, je l’ai déjà dit. Vous savez, le fameux “il fallait être là“, s’applique tout-à-fait dans son cas. Son humour et sa grande sensibilité passent beaucoup, surtout, par son langage imagé qui a des relants d’un Sol moderne aux accents de la campagne. Pour en savourer toutes les subtilités, ça doit être dégusté avec les oreilles et il faut le voir sur scène pour bien comprendre le phénomène. Les billets sont déjà en vente pour l’automne, ça se passe ici pour les gens de Québec.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Epicure 750 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine