Magazine Cinéma

[Critique] A VERY MURRAY CHRISTMAS

Par Onrembobine @OnRembobinefr
[Critique] A VERY MURRAY CHRISTMAS

Titre original : A Very Murray Christmas

Note:

★
★
★
★
☆

Origine : États-Unis
Réalisatrice : Sofia Coppola
Distribution : Bill Murray, George Clooney, Amy Poehler, Rashida Jones, Michael Cera, Miley Cyrus, Jason Schwartzman, Chris Rock, Maya Rudolph, Paul Shaffer…
Genre : Musical/Comédie
Date de sortie : 4 décembre 2015 (Netflix)

Le Pitch :
Une tempête de neige paralyse la ville de New York. À la veille de Noël, Bill Murray se désole de devoir présenter un spectacle alors qu’aucun de ses invités n’a répondu présent pour une raison ou pour une autre. Accompagné de son fidèle ami, le pianiste Paul Shaffer, il se résout à passer à l’antenne, mais le cœur n’y est pas. Jusqu’à ce que la magie de Noël s’en mêle…

La Critique :
Bill Murray… Un nom magique, car associé à un certain état d’esprit au centre de quelques unes des plus fameuses œuvres de la comédie américaine. Plus qu’un simple acteur, Murray est aujourd’hui une authentique légende vivante. Un type capable de tout. De s’inviter à des soirées organisées par de parfaits inconnus, de piquer une fritte à un gars dans un McDonald’s, ou encore de monter de toutes pièces des sketches un peu surréalistes illuminés par sa seule présence. À Hollywood, Bill Murray est un rebelle. Un artiste sans agent, qui choisit lui-même ses projets sans se plier à de quelconques règles. Il fait ce qu’il veut et il le fait bien. Alors forcément, voir l’homme porter sur ses épaules un spectacle de Noël, attise un tant soi peu la curiosité.
Oui, Bill Murray sait tout faire. Il fait rire et pleurer. Il peut se montrer complètement farfelu et l’instant d’après, touchant au possible. Pilier de la scène comique américaine, il est adulé à juste titre pour sa capacité à incarner une classe à l’ancienne, sans avoir l’air de le faire exprès ni de forcer le trait. Ce que nous savions moins, c’est que le bougre savait aussi chanter.
Un talent que A Very Murray Christmas nous dévoile, en prenant soin d’y mettre les formes.

a-very-murray-christmas01

Nous n’avons pas ici affaire à un film. Pas au sens propre du terme en tout cas. A Very Murray Christmas n’est pas non plus un sketch. Si il fallait absolument lui coller une étiquette, ce serait celle de la comédie musicale, même si au fond, c’est un authentique conte de Noël à l’ancienne que nous livre Bill Murray. Quelque chose dans le goût du Chant de Noël de Charles Dickens, avec plein de têtes connues et des standards de Noël. Un spectacle hyper classieux, légèrement irrévérencieux, fédérateur et enchanteur.
Suivant un scénario simple mais efficace qui souligne l’importance de l’amitié, A Very Murray Christmas, voit donc Bill Murray interpréter son propre rôle, alors qu’il doit présenter un show de Noël sans invités. Contraint de tout arrêter à la suite d’une coupure d’électricité, ce dernier va se rabattre sur le bar et ainsi faire la connaissance de toute une galerie de personnages attachants, dont les histoires personnelles vont venir nourrir la dynamique de l’ensemble et créer une émulsion propre aux fêtes de fin d’année. L’amitié donc, mais aussi l’amour et la féerie, sans trop en faire, en musique, grâce à de savantes et incarnées réinterprétations de morceaux bien connus.
Des chansons issues du répertoire classique, mais aussi plus modernes, comme le Fairytale of New York de Shane McGowan et Kirsty McColl, ici magnifiquement repris à plusieurs voix, ou encore le Christmas (Baby, Please Come Home) de Darlene Love’s (du fabuleux album A Christmas Gift For You From Phil Spector), superbement interprété par Maya Rudolph. Sans oublier le Silent Night de Miley Cyrus, pour le coup tout en sobriété, et qui, c’est une bonne chose, se garde bien de jouer la comédie pour se concentrer sur ce qu’elle fait de mieux, à savoir chanter.
On remarquera également la présence du groupe Phoenix, qui se fend d’un titre, accompagné par un Bill Murray parfait.

Car oui, c’est bien lui qui impressionne le plus. De retour devant la caméra de Sofia Coppola (le film est d’ailleurs un pur projet du clan Coppola puisque sont aussi impliqués Roman Coppola, l’autre fils de Francis Ford, et Jason Schwartzman, le fils de Talie Shire, elle-même sœur de Francis Ford), Murray nous dévoile son côté crooner, en donnant sa voix à des morceaux sublimés par son attitude légèrement désinvolte. D’une classe à tomber à la renverse, charismatique à plus d’un titre, il est excellent en chef de troupe, quelque part entre Frank Sinatra, Dean Martin et… Bill Murray. En nous dévoilant une autre facette de son talent, celui qui s’improvise monsieur Noël fait un remarquable et généreux cadeau à ses fans. En toute simplicité, notamment grâce à la réalisation léchée mais pas trop non plus de Sofia Coppola et à cette impressionnante ribambelle de stars au diapason, qui ressuscitent la magie de Noël. Une magie d’un autre temps, savoureuse et désuète, à consommer sans modération pour se mettre du baume au cœur.

@ Gilles Rolland

A-Very-Murray-Christmas-Bill-Murray-Miley-Cyrus-George-Clooney
  Crédits photos : Netflix


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Onrembobine 57561 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines