Magazine Culture

d'après Maupassant (N°19/74)

Publié le 21 décembre 2015 par Dubruel

D'après CRI D'ALARME (23 novembre 1886)

Je lui avais fait la cour suffisamment longtemps pour obtenir son amour. Mais il y a deux ans, elle épousait le marquis de Balan.

La semaine dernière, elle voulut diner chez moi et n'être servie que par moi, sans aucun témoin ni valet car, m'avait-elle annoncé, elle voulait se saouler.

Comme une lady ne doit se griser qu'au champagne rosé, j'ai servi un magnum de Dom Pérignon, cuvée cinquante-trois, accompagné d'une douzaine d'huitres plates, de petits toasts de pâté de foie gras et de quelques friandises sucrées.

Elle me fit des confidences sur son adolescence.

Je l'observais : elle buvait coupe après coupe ! Le regard un peu voilé mais la langue bien déliée, ses idées se dévidaient.

Parfois, elle me demandait :

-" Suis-je grise ? "

-" Non, tu n'en as pas l'air. "

Alors, elle se servait à boire de nouveau...

Après sa vie de jeune fille, suivit celle de son ménage. Elle me répéta cent fois :

-" Je peux tout te dire, à toi..."

Ainsi, j'appris les manies, les goûts, les défauts et les secrets de son époux.

-" Ah ! Il me rase bien, lui ! Quand je t'ai rencontré, je me suis dit : Cet homme-là est beau, charmant, distingué ; je le prendrais bien comme amant ! "

Tu as commencé à me courtiser. Mais que tu étais lambin, grand sot ! Tu ne comprenais rien ! Tu aurais dû regarder mes yeux : ils te disaient ''Oui'' ! Tu ne savais pas t'y prendre, mon pauvre ! Ah ! Oui, je peux te l'avouer maintenant, mon cher Louis, ce que j'ai pu attendre que tu te déclares ! J'étais pressée et sacrément ! Et toi : des fleurs, des compliments...Tu fus si long à te prononcer que j'ai failli renoncer.

----------------------

Quelque temps plus tard, je me suis trouvé par hasard seul avec une amie. Je me suis rappelé les conseils de ma maîtresse et j'ai tenté de les expérimenter :

-" Comme vous êtes jolie, ce soir. "

-" C'est donc une exception, ce soir ? "

-" Non, mais je n'ose vous dire..."

-" Quoi ? Est-ce si malaisé de dire à une femme qu'elle est jolie ? Auriez-vous peur d'être impoli ? "

Alors, tout à coup, animé d'une audace insensée, j'ai voulu l'embrasser. Elle a reculé :

-" Oh !...Vous manquez de tact. Vous allez trop vite !... Bonsoir, mon ami. "

Et moi, je suis, de mon côté, parti tout penaud.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Dubruel 73 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine