Magazine Culture

Star Wars VII: La Force Qui Émerveille

Publié le 21 décembre 2015 par Hunterjones
Star Wars VII: La Force Qui Émerveille C'est avec un intérêt autour de 2% que je me suis laissé convaincre d'aller voir Star Wars samedi dernier en famille.
C'était même exclusivement parce qu'on faisait une activité en famille que j'ai accepté de réduire davantage mes heures de sommeil pour aller voir ce 7ème opéra spatial.
Star Wars VII: La Force Qui Émerveille J'avais beaucoup aimé les deux premiers au début des années 80, vus le même jour dans un programme double. J'en avais collectionné les bonhommes, les cartes et je dormais dans des draps aux couleurs de L'Empire Contre-Attaque. Mais dès le titre du second film (devenu 5ème) je comprenais inconsciemment que tout ça devenait un jeu vidéo et n'étant pas gamer, tout ce qui allait suivre concernant George Lucas après n'allait pas du tout m'intéresser.
Star Wars VII: La Force Qui Émerveille
J'allais essayer chaque fois, réalisant toutes les fois que je n'avais plus l'émerveillement de mes 10 ans, quand j'avais vu les deux premiers. Et que George et son univers ne rallumait plus rien en moi.
Star Wars VII: La Force Qui Émerveille Après un souper au resto où du coin de l'oeil on devinait que le Canadien allait se faire massacrer par une équipe nettement plus allumée que la sienne, on s'est rendu au cinoche. Dans la foule. Je ne me rappelle aucune AUCUNE bande annonce alors que je sais qu'il y en a eu. Donc aucun film pré-annoncé n'a piqué ma curiosité. Très mauvais signe. Je ne suis pas le public cible.
Toutefois, quand les écritures ont commencé à défiler dans les étoiles comme dans le tout premier Star Wars, j'ai senti que je passerais du bon temps.
Star Wars VII: La Force Qui Émerveille
Et sacré bon temps ce fût.
Monkee et moi étions dans la seconde rangée et avions nos lunettes 3D qui n'ont absolument rien changé à la qualité du spectacle. Mais on les as eu sur le nez. Les 10 premières minutes ont été pénibles et on s'est tous les deux demandé si on les garderait tout le long, puis par la suite on s'est habitué et on les as oubliées sur notre nez. Zéro différence que si on ne les avait pas eu toutefois, outre cette fois où j'ai senti qu'un empire galactique allait me toucher le nez. Les deux filles ont triché et se sont rendus plus loin derrière, refusant de se casser le cou comme nous.
Star Wars VII: La Force Qui Émerveille
On a introduit de nouveaux personnages, plus jeunes,  Finn, incarné par John Boyega un repenti rebelle au gros cul qui fait penser avec ses nombreux "oOOOOUHOUH!" qu'il pourrait être le fils de Lando Carlisian. Une très jolie jeune fille, Daisy Ridley (Rey) dont on ne se lasse pas de voir le joli visage, qui court sans cesse, et qui pose à merveille. Un autre jeune au cheveux longs (Kylo Ren). plus méchant celui-là, incarné par Adam Driver. Ce trio fonctionne très bien aidé de Harrison Solo qui reprend le costume de Han Ford, exactement là où il l'avait laissé. cabotin, tricheur, immature, fougueux et toujours accompagné de son grand complice Chewbacca, plus axé sur l'humour celui-là dans ce film.  Han Solo domine facilement 80% du film. Oscar Issac, que j'adoooooooooooooore, a tout du futur Han Solo, dans son personnage de Poe. (Ford a tout de même 73 ans) La Princesse Leia n'est plus princesse mais Générale Organa (George...Organa? Pleeeeeeeeeeeeease...) et l'actrice est meilleure écrivaine que comédienne. Luke s'y trouve aussi, mais dès le départ il a disparu et on le cherchera tout le film ne croyant pas complètement à sa légende.
Star Wars VII: La Force Qui Émerveille
Ce film se déroule très longtemps après la trame narrative du Retour Du Jedi.
On y a dosé une fort admirable quantité de nostalgie avec un équilibre parfait. Des visages vus dans d'autres films. les premiers comme les plus récents, Des carcasses de vaisseaux d'anciens films. Dès le départ, Rey, notre personnage principal, pille la carcasse laissée dans le désert de l'Étoile de la Mort. (Ce qui est une traduction juvénile de Black Star, vous appelleriez votre domaine L'Étoile de la Mort? Même les Nazis ne se sont pas donné ce type de luxe).
Star Wars VII: La Force Qui Émerveille
Les Stormtroopers tirent toujours aussi mal et les alliés qui arrivent à la rescousse, au contraire, savent tirer dans un paquet de Stormtroopers, ne faisait jamais de morts "amies", même si 4 des leurs se trouvent au beau milieu des Stormtroopers. Ceux-ci évoluent. On y trouve maintenant des femmes, chose impossible ou presque avant. La chef des Stormtroopers rappelle beaucoup Boba Fett.
Star Wars VII: La Force Qui Émerveille
C3PO est un peu égaré dans le film et R2D2 dur à ranimer. C'est BB8 le nouveau droïde. Capable de sentiment et de recevoir des vidéos comme R2D2 dans le premier film (devenu 4ème). Bébéwit est pas mal moins cool en français que Bibieytth. On réemprunte beaucoup des recettes des films précédents, comme une peinture à numéro, mais améliorée, je dois l'admettre. Il se trouve une figure de sagesse qui en sait long qui rappelle Yoda dans un saloon rappelant le bar jazz du premier film (devenue 4ème). Il y a encore des passerelles pas du tout sécuritaires dans l'empire du mal, où de nouvelles rencontres père/fils se feront.
Star Wars VII: La Force Qui Émerveille
Mais je dois avouer que j'ai passé mon temps à réagir favorablement en reconnaissant la tête de l'un et en découvrant de nouvelles bebittes franchement bien travaillées. Souvent muettes, et tout simplement fameuses pour l'oeil.
J'ai ri chaque fois que j'ai vu une de ces têtes de poissons ou de créatures ignobles s'exprimer dans un français parfait. Mettre tant de travail sur une tête si particulière et les faire parler une langue si commune...drôle.
Star Wars VII: La Force Qui Émerveille
On est encore beaucoup dans un jeu vidéo au niveau du scénario, mais bon...
On devine à peu près tout assez facilement, mais on est surpris aussi. Des trouvailles visuelles qui moi, qui cherche surtout en général des trouvailles narratives, qui viennent nous faire sourire de bonheur,
George et son équipe (ce film est dirigé avec brio par J.J. Abrams et scénarisé par Abrams, Lawrence Kasdan et Micheal Arndt) savent encore émerveiller sur grand écran.
Star Wars VII: La Force Qui Émerveille
Et ce premier volet de trois dernier films, est un très agréable voyage.
Où on y trouve de tout pour tous.
Star Wars VII: La Force Qui Émerveille
Je suis entré dans la salle en adulte et en suis sorti un enfant.
Avec 94% d'enthousiasme.
J.J.Abrams et sa gang m'ont rechargé de 92%.
C'était extrêmement plaisant.  
J'irai voir les prochains,
Serai probablement déçu.
Mais au moins, ce premier nouveau segment m'aura plu.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Hunterjones 432 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines