Magazine Culture

d'après Maupassant (N°25)

Publié le 29 décembre 2015 par Dubruel
5 tomes consacrés aux 300 nouvelles de Maupassant (environ 3 euros par tome) ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

~~ Marins en goguette

D'après LE PORT (15 mars 1889)

Le Nesle venait d'accoster.

Dans les ruelles, les marins enfiévrés, roulant les épaules et sifflant, cherchaient un débit de boissons sous les ordres de leur capitaine Jean Dumontet.

Une fille les appela : " Venez par ici, jolis garçons ! " Une autre poussait le gros Le Bihan vers sa porte. " Non, pas ici, mon gars ", lui intima Dumontet qui pressait son monde vers un bar voisin. Là, les matelots se rassasiaient d'amour et de vin. Ils montaient à l'étage avec les filles, puis redescendaient pour boire. Leurs soldes y passaient ! Ils fumaient et chantaient à pleins gosiers chantaient, une compagne posée sur chaque genou.

Dumontet demanda à la fille qu'il serait contre lui :

-" Dis-moi, y a longtemps qu' t'es ici ? "

-" Six mois "

-" Aimes-tu c'te vie ? "

-" Derrière l' comptoir ou d' vant, On s' fait toujours un peu d'argent ! "

-" D'où t'es ? "

-" De Concarneau,. Et toi, tu viens de loin ? "

-" Ah oui ! J' te crois, ma belle. "

-" Par hasard, t'aurais pas croisé le Nesle ? "

-" Pas plus tard qu' l'aut' semaine. "

La fille pâlit : -" Vrai ? Tu mens pas ? Alors, sais-tu si Jean Dumontet est toujours d'sus ? "

Le capitaine fut surpris de cette question : -" Tu l' connais ? "

-" Pas moi ! J'ai une copine qui l' connait. "

-" Qué qué 'lui veut c'te femme ? Où j' peux t'y la voir? "

-" Quoi que tu li dirais ? "

-" Ben ! J'y dirai...j'y dirai qu' j'ai vu Jean Dumontet. "

-" Comment qu'i' s' portait ? "

-" Très bien. "

-" Eh ben, t'y diras qu' son père et sa mère sont morts, et aussi son frère dont j' suis la frangine. " -" Tu n' s'rais pas Hélène, des fois ? "

-" Oh ! C'est toi, mon Jean ! Que j' suis contente. Mais j' dois t' dire : j'ai resté, sans argent vu que j' devions régler les médicaments, l' docteur et l'enterrement. Ils sont morts en trois mois. Pour not' frère, ça a été la typhoïde. Ensuite, j'ai trouvé une place d'employée chez maît' Ferry. Et pi, j'ai fauté avec li. On est bête à seize ans. Il m' conduisit à Rouen dans un logis miséreux...et j' l'ai jamais r' vu ! Pi, ne trouvant pas d'ouvrage, j'ai dû entrer en maison, ici. "

-" T'à l'heure, tu m'avais donc pas remis ? "

" Non, j' vois tant d'hommes ici ! Et pi, je t' croyais mort aussi. "

Jean prit la tête de sa sœur dans ses grosses mains et la câlina jusqu'au matin. Pour tous deux, ce fut une nuit de pur bonheur.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Dubruel 73 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine