Magazine Amérique latine

Agitation autour des Archives nationales de la Mémoire [Actu]

Publié le 10 janvier 2016 par Jyj9icx6

Agitation autour des Archives nationales de la Mémoire [Actu]

Photo Télam
Assise au premier rang, avec une veste blanche, on reconnaît la silhouette de Estela de Carlotto.
On repère aussi les foulards des militantes de Madres de Plaza de Mayo ou de Madres Linea Fundadora


Vendredi dernier, les ONG des droits de l'Homme qui ont toutes leur centre culturel propre sur le campus de la ex-ESMA, à Palermo, dans le nord de la ville de Buenos Aires, ont rassemblé des centaines de militants pour soutenir le maintien de Horacio Pietragalla à la tête des Archives nationales de la Mémoire (Archivo Nacionl de la Memoria), qui répertorie tout ce qui touche à la répression durant la Dictature, aux crimes qui ont été commis au nom de l'Etat et à leurs victimes.
Horacio Pietragalla a été nommé à ce poste par décret présidentiel annoncé le 3 décembre dernier, donc durant la dernière semaine de mandat de Cristina Fernández de Kirchner, qui savait fort bien qu'elle engageait quelqu'un pour quatre ans sans avoir l'agrément de son successeur, lequel n'a pas été consulté pour toutes ces nominations qui ont eu lieu dans les trois semaines qui ont séparé le second tour de l'élection et la prestation de serment de Mauricio Macri (1). Qui plus est, Horacio Pietragalla est l'une des 119 personnes qui ont pu être identifiées grâce au travail de Abuelas de Plaza de Mayo après avoir été enlevées en bas-âge ou à leur naissance à leur famille biologique. Il est donc gardien d'un corpus de documents intimement liés à sa propre histoire.
Le Secrétaire d'Etat aux Droits de l'Homme avait fait savoir dans la semaine qu'il allait procéder à son remplacement par une personnalité de son choix. Ce qui n'est pas scandaleux en soi, même si le ministre n'a pas voulu révéler avant parution du décret au Bulletin Officiel le nom de ce mystérieux remplaçant. Après tout, la nomination du 3 décembre est très contestable sur le plan démocratique. Mais cette annonce à demi a aussitôt excitée les peurs des associations, qui sont loin d'être convaincues de la bonne volonté du nouveau gouvernement (2) en ce qui concerne les sujets qui leur tiennent le plus à cœur : recherche et identification des disparus, procès contre les criminels de la Dictature, identification des 400 enfants volés aujourd'hui adultes (s'ils ont survécu à la tragédie de leur naissance).
D'où cette manifestation vendredi, sur le campus, avec toutes les ONG, et dont seuls Página/12 et Télam se sont fait l'écho. Estela de Carlotto, qui a toujours une démarche de bonne volonté et de recherche du dialogue, a demandé de toute urgence une audience au Président Macri (qui a dû se mettre quelques jours au vert, après s'être fêlé une côté en jouant avec sa fillette de cinq ans), au ministre de la Justice et au Secrétaire d'Etat aux droits de l'Homme, pour réclamer le maintien en poste de Pietragalla.
Pour aller plus loin : lire l'article de Página/12 sur la manifestation de soutien à Horacio Pietragalla lire la dépêche de Télam sur le sujet lire la dépêche de Télam sur la demande d'audience lire la dépêche de Télam du 3 décembre 2015 sur cette nomination contestable quant au calendrier choisi (il est en effet possible que l'homme ait toutes les compétences voulues par ailleurs, mais ça ne se fait pas!). Sur les inquiétudes de la gauche kirchneriste ou sympathisante, on peut lire l'éditorial qu'a publié hier Sandra Russo dans Página/12 (3).
(1) Sur les dix milles ruptures de contrat de travail du secteur public dénombrées par l'opposition kirchneriste, niveaux provincial et national confondus, on estime les nominations effectuées par Cristina et ses ministres pendant la période dite de transition, soit du 28 novembre au 9 décembre, à une proportion qui se situe entre le quart et la moitié, sachant par ailleurs qu'une autre partie de ces contrats, qui étaient des contrats précaires, ont été non pas rompus mais non renouvelés puisqu'ils arrivaient (c'est le cas pour la majeure partie du personnel du Centro Cultural Kirchner (CCK), dont l'inauguration en grande pompe et à grand renfort de bruit médiatique a été réalisée avant même la réception formelle des travaux, la sécurisation définitive des lieux et l'entrée en vigueur de la garantie de la maîtrise d'ouvrage). Autrement dit, une bonne part de ces pertes d'emploi a été organisée à l'avance par Cristina Kirchner de façon à piéger son successeur : ou il acceptait de travailler avec des gens hostiles qui lui auraient opposé une résistance à côté de laquelle celle d'une certaine Curie à l'égard du Pape François est de la petite bière, ou il se séparait de ces personnes et se voyait traité de dictateur par l'opposition. C'est la solution qu'il a choisie, comme il l'avait déjà choisie en 2007 lorsqu'il avait pris les rênes de la Ville Autonome de Buenos Aires après que son prédécesseur, Jorge Telerman, avait lui aussi engagé des ressources humaines à la dernière minute, sachant très bien ce qui allait se passer dans la suite des événements.. (2) Il faut dire que les choses ne se passent pas très bien non plus : les forces de police recommencent, comme trop souvent en Argentine, a montré leur violence. Il y a eu à deux reprises des tirs de balles en caoutchouc contre des manifestations qui n'étaient pas armés mais dont certains, en particulier la semaine dernière à La Plata, caillaissaient les forces de l'ordre. On a donc eu droit à la une de Página/12 à plusieurs dos criblés d'impacts bien rouges. Cela ne peut pas mettre en confiance ces ONG qui toutes rassemblent des victimes de la répression des années 1976-1983. (3) Sandra Russo est une journaliste de la rédaction de ce quotidien depuis des années, elle a aussi fait partie de la célèbre et très contestée émission de polémique politique de la télévision publique, 678, qui a cessé d'exister à l'antenne mais se reconstitue à l'air libre, le samedi, en public, dans des parcs de Buenos Aires. Elle est aussi l'auteur d'une biographie bien écrite et favorable de Cristina Kirchner parue en 2011 avant la réélection (je l'ai lu in extenso, c'est un bon ouvrage qui défend l'ex-présidente, avec ce qui me semble être beaucoup de bonne foi, contre les rumeurs qui circulaient sur son compte : corruption, despotisme, caprices à tout bout de champ, narcissisme, etc... Mais je répète que dans la dernière semaine de mandat, Cristina a fait preuve de comportement politiques et publics difficiles à défendre en toute bonne foi). Dans cet article, Sandra Russo critique l'usage du décret comme unique mode dans le gouvernement actuel (dont il faut rappeler que la prise de fonction a eu lieu le 10 décembre alors que la session du Congrès s'achève à Noël), elle analyse les ruptures de contrat qu'elle juge massives (en omettant de mentionner la part de nominations pendant la transition, sans doute parce qu'elle les estime légitimes, considérant que l'ensemble des pouvoirs gouvernementaux peuvent être exercés par le mandataire jusqu'au dernier jour du mandat, sans considération des résultats de l'élection quelques jours avant cette échéance juridique), les brutalités dont la police s'est montrée capable à deux reprises (elle ne mentionne pas les caillassages de la part des manifestants – je n'y étais pas, je ne peux pas jurer qu'ils ont eu lieu mais je ne m'avancerais pas à jurer du contraire non plus). Elle y compare aussi l'arrivée de Macri, qui vire beaucoup de monde, à celle de Néstor Kirchner, qui n'a viré personne, mais elle oublie de rappeler que les prédécesseurs de Néstor Kirchner n'avaient pas été en état de faire des nominations pendant la période de transition puisqu'ils avaient dû prendre la poudre d'escampette pour échapper à un lynchage sinon physique, du moins politique, à cause de la faillite du pays (Noël 2001 et ses répercutions). Elle décrit aussi les insultes dont elle est la cible, tous les jours, dans la rue, en allant faire son marché ou en promenant son chien, à cause de ses prises de position politique. Et c'est sans doute là le plus grave de tout (si c'est vrai, et je suppose que ça l'est), car cela montre combien il reste dans la population argentine des gens qui ne sont toujours pas décidés à respecter la pluralité démocratique dans leur propre pays.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jyj9icx6 2740 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte