Magazine Cinéma

L'affaire sk1 - 8/10

Par Aelezig

z10

Un film de Frédéric Tellier (2014 - France) avec Raphaël Personnaz, Olivier Gourmet, Thierry Neuvic, Michel Vuillermoz, Chloé Stéphanie, Marianne Denicourt, Adama Niane, Nathalie Baye, William Nadilam, Christa Théret

Encore un bon film français ! Waouh !

L'histoire : Celle de Guy Georges, tueur en série des années 90. Enquête minutieuse des flics du 36 Quai des Orfèvres pendant des années... de quoi se décourager ; mais la ténacité du jeune inspecteur Franck Magne empêcha l'enterrement du dossier. Après dix ans d'investigations, l'arrivée des analyses ADN les autorisera enfin à relier toutes leurs pistes.

Mon avis : Après La French et L'enquête, deux bons polars à la française, comme au bon vieux temps, voici un nouveau film qui m'a tenue en haleine ! Le renouveau du cinéma français se fera-t-il grâce au policier ? Il faut dire que nous avons eu un âge d'or pour ça et il y a donc encore sûrement des gènes et du potentiel dans les veines de nos jeunes réalisateurs et c'est une excellente nouvelle.

z11

Il s'agit là de l'affaire Guy Georges, le tueur de l'Est parisien, qui défraya la chronique dans les années 90 et terrifia les quartiers concernés. Un serial killer qui, vu les méthodes de l'époque, eut le temps de commettre sept meurtres en toute tranquillité. Jusqu'à ce que les progrès scientifiques et la législation permettent d'analyser et d'utiliser l'ADN pour la première fois, ce qui fut crucial dans le dénouement de l'enquête. D'où le nom du dossier : SK1, soit Serial Killer n° 1. 

La mise en scène suit deux périodes différentes en alternance : les recherches des policiers à partir du premier meurtre en 1991 d'une part, et le procès en 2001 d'autre part. A la fin, bien sûr, les deux se rejoignent. Cette façon de faire préserve le suspense et captive, car on voit l'évolution de l'enquête, les détails, les fausses pistes, le découragement et la persévérance, d'une part ; et de l'autre, le mystère d'un personnage qui arrive devant les juges fanfaronnant et criant son innocence, pour finir par des aveux publics... devant ses avocats ébahis, qui jouaient tout sur "l'absence de preuves", en dépit des tests ADN (qui, après tout, n'en étaient qu'à leurs balbutiements).

C'est assez terrifiant... on ne nous épargne rien, sans faire de surenchère non plus. Pile poil comme il faut pour nous mettre les poils.

Interprétation remarquable par une foule d'acteurs, y compris le petit Raphaël, que je trouve généralement fort transparent, et que j'ai bien apprécié ici. Adama Niane, qui interprète Guy Georges, est sidérant. Y a juste Nathalie Baye qui est décevante... on dirait qu'elle a de la bouillie dans la bouche quand elle parle. Probablemement les nouvelles piqûres de botox qui lui troublent l'élocution. Pathétique... Quel fléau, ce botox !

z12

Guy Georges est toujours en prison ; il a pris perpét'. Mais avec le système de remises de peine, il pourrait demander sa libération en 2020. A noter que l'homme, parfaitement conscient de ses pulsions, n'a pas fait appel après son procès, déclarant qu'il savait bien qu'il recommencerait si on le laissait libre...

Premier long pour Frédéric Tellier, après des courts, des séries et des téléfilms. Prometteur.

Les critiques sont excellentes. Le public conquis. Même si les 289.000 entrées confirment que les gens préfèrent se déplacer pour Dany Boon, Kad Merad et les machines de guerre hollywoodiennes.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Aelezig 127315 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines