Magazine Amérique latine

Décès de Juan Carlos Godoy [Actu]

Publié le 13 février 2016 par Jyj9icx6

Décès de Juan Carlos Godoy [Actu]

Photo d'archives (La Nación)


Le chanteur Juan Carlos Godoy est décédé hier, à l'âge vénérable de 93 ans. Avec lui et avec Alberto Podestá, décédé il y exactement deux mois (et dont la carrière était plus significative), ce sont les derniers grands chanteurs de l'époque dorée du tango, la época de oro, c'est-à-dire les années 1940-1950 à Buenos Aires, qui s'en va. Il avait débuté en 1950, à la toute fin de cette période faste du genre, avant la grande crise qui commença après le renversement de Perón en 1955.
En 2008, Juan Carlos Godoy avait participé au film de Gustavo Santaolalla et Miguel Kohan, Café de los Maestros, qui l'avait ramené sous les feux des projecteurs.
Sa disparition intervient en même temps que celle d'un ancien ministre de Carlos Menem, de dix ans son cadet et dont la mort occupe bien davantage la presse argentine aujourd'hui que celle de ce vieux chanteur de tango, à la moue souvent hautaine et à l'âme faubourienne.

Décès de Juan Carlos Godoy [Actu]

Juan Carlos Godoy, à la Academia Nacional del Tango, du temps de Horacio Ferrer
(sans doute une photo transmise par Cecilia Orillo à Télam)


Ce n'est pas le plus grand des artistes de sa génération. Dans les années 1950, il fut un chanteur d'orchestre parmi d'autres, et pour des orchestres de second ordre mais dans un monde tanguero où la qualité était généralement très élevée, où il était par conséquent très difficile de se faire une place au soleil comme ont pu le faire Castillo, Julio Sosa ou Goyeneche. Ceci ne l'a pas empêché de connaître un succès considérable en Colombie, dont la radio nationale lui rend aujourd'hui hommage avec plus d'empressement que ne le font les médias argentins. Il s'était même établi en Colombie dans les années 1980, ne rentrant dans son pays natal qu'en 2004. On ne peut pas dire qu'il ait eu une très grande influence dans le milieu artistique mais son âge en faisait l'un des rares témoins privilégiés de ce moment que nous traversons et où les tangueros cherchent depuis un peu plus de vingt ans à renouer les fils de la tradition, à retracer l'histoire du genre, à rattraper le temps perdu par la rupture des années 60 à 80 qui a cassé la transmission et l'enseignement entre les générations. C'est ainsi que Gabriel Soria, actuel président de la Academia Nacional del Tango, et son épouse d'alors, Cecilia Orillo, lui ont fait enregistrer son premier disque comme soliste en 2010, Canchero, selon le titre d'un tango et en clin d'œil à sa passion pour les courses de chevaux (le "canchero", c'est le turfiste invétéré, celui qui est toujours dans les gradins des hippodromes). Il y a deux ans, Cecilia a produit, seule cette fois, son second disque, Obsesión, et le lui fait présenter au Festival de Buenos Aires, pour célébrer ses quatre-vingt-dix printemps. Et c'est encore elle hier qui a informé la presse de son décès, après la cérémonie des obsèques, qui s'est réalisée dans l'intimité de la famille et des amis proches.
Il devait son nom de scène, qu'il n'aimait pas, au compositeur et chef d'orchestre Ricardo Tanturi, qui voulait qu'il y ait un accent tonique, que ne possédait pas son nom d'état-civil.
Sa mort n'a que peu d'écho dans la presse de cet été austral. Seuls Página/12 et La Nación lui rendent hommage aujourd'hui, parmi les grands quotidiens nationaux. Divers titres de la presse provinciale reviennent toutefois sur l'événement...
Pour aller plus loin : lire l'article de Página/12 lire l'article de La Nación lire la dépêche de Télam consulter sa page sur l'encyclopédie en ligne Todo Tango (on peut y écouter sa voix) consulter la fiche du film Café de los Maestros sur le site Internet Cine Nacional.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jyj9icx6 2740 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte