Magazine Cinéma

Sin nombre - 6/10

Par Aelezig

z09

Un film de Cary Fukunaga (2009 - Etats-Unis, Mexique) avec Edgar Flores, Paulina Gaitan, Tenoch Huerta

Gangs mexicains et migrants.

L'histoire : Mexique. Le jeune Casper, adolescent, parraine un petit de douze ans, Smiley, pour entrer dans une "mara" locale, ces gangs mexicains très violents, qui se distinguent les uns des autres par de nombreux tatouages, chacun ayant les siens propres, distinctifs. Pour faire allégeance au groupe, le petit doit se faire tabasser pendant douze secondes sans rien dire. Deuxième épreuve, tuer un prisonnier (membre d'une autre mara) en tirant dans la tête presque à bout portant. Voilà Smiley devenu un homme, un vrai. Casper est tiraillé entre le gang, qui constitue sa seule famille, et la jolie Martha, qui habite des quartiers plus riches et qu'il fréquente secrètement. Une relation qui en effet ne serait pas du goût du chef ; trop dangereux, il pourrait confier des choses à cette gosse de riches... Parallèlement, trois migrants venus du Honduras voisin, veulent traverser le Mexique pour gagner la frontière des Etats-Unis et tenter leur chance dans ce pays, où ils ont déjà de la famille. Ils arrivent là où sévit la mara et doivent attendre un train, sur lequel ils monteront clandestinement, comme des dizaines d'autres candidats à l'espoir.

z10

Mon avis : Intéressant parce qu'il nous montre un peu de ces célèbres gangs, les maras, extrêmement violents et qui hélas pulullent de plus en plus au Mexique, ce film n'en est pas moins totalement déprimant... Leurs tatouages, leur communauté hyper solidaire, leur intransigeance extrême sur la loyauté des membres... ça rappelle le DAECH. Ils dealent, ils volent, il tuent à coup de machettes, ils détroussent les migrants, lesquels nous rappellent furieusement les nôtres, en ce moment... Ca ne remonte pas le moral, c'est le moins qu'on puisse dire.

Si le sujet manque d'originalité (on dirait le JT), on peut aussi déplorer l'absence d'une vraie histoire, structurée, de personnages vraiment attachants, d'émotion. A part les frissons de dégoût aux moments gore, on n'éprouve pas grand-chose. Juste un peu de malaise face à nos situations de privilégiés. Ce n'est peut-être pas si mal, d'ailleurs...

Tout à fait regardable, mais une petite chose qu'on oubliera assez vite et qui au final ne nous apprend pas grand-chose. Curieux parcours pour l'américain Cary Fukunaga, qui nous avait offert un bien joli Jane Eyre... un monde franchement à l'opposé !

z12

Le film a pourtant reçu les louanges de la presse. Ils apprécient la réalisation (m'ouais, correcte) sur un sujet brûlant : ils ont trouvé la description parfaite, et aucun compromis pour montrer la violence de ces gens. Ben oui, mais en même temps, des gangsters, c'est violent. A part les tatouages, ces gars-là n'ont pas grand-chose de différent des autres... Les critiques s'apitoient aussi sur le sort de ces pauvres migrants. Mais c'est (hélas) du vu, et revu... Et ça nous laisse pantois, coupables, honteux, alors que nous z'autres, nous n'y pouvons pas grand-chose.

Les spectateurs eux aussi ont aimé, dans l'ensemble, mais certains reprochent, comme moi, que le film soit un peu trop court (il dure 1h30) et n'explore donc pas assez les tenants et aboutissants de ce phénomène des gangs, qui rongent le Mexique comme un cancer.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Aelezig 127315 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines