Magazine Cinéma

[Critique] MANUEL DE SURVIE À L’APOCALYPSE ZOMBIE

Par Onrembobine @OnRembobinefr

[Critique] MANUEL DE SURVIE À L’APOCALYPSE ZOMBIE

[Critique] MANUEL DE SURVIE À L’APOCALYPSE ZOMBIE

Partager la publication "[Critique] MANUEL DE SURVIE À L’APOCALYPSE ZOMBIE"

Titre original : Scout’s Guide To The Zombie Apocalypse

Note:

★
★
★
½
☆

Origine : États-Unis
Réalisateur : Christopher Landon
Distribution : Tye Sheridan, Logan Miller, Halston Sage, Sarah Dumont, Joey Morgan, Blake Anderson, David Koechner, Patrick Schwarzenegger…
Genre : Horreur/Comédie
Date de sortie : février 2016 (VOD)

Le Pitch :
Trois amis, scouts depuis leur plus jeune âge, sont confrontés à une invasion de zombies affamés dans leur petit ville. Jusqu’alors plutôt désireux d’en finir avec le scoutisme, ils vont pourtant découvrir que le savoir qu’ils ont accumulé toutes ces années, va leur être très utile pour repousser les hordes de morts-vivants…

La Critique :
Christopher Landon est un enfant de la balle. Aujourd’hui aux commandes de ce Manuel de survie à l’apocalypse zombie, il fit ses armes en écrivant Another Day in Paradise, la virée hallucinée et sordide de James Woods et Melanie Griffith, avant de poursuivre une carrière de scénariste avec Paranoiak, la série Dirty Sexy Money et Paranormal Activity 2, 3 et 4. Entre temps, il passa également derrière la caméra pour mettre en scène le spin-of de la saga found footage, intitulé The Marked Ones, ainsi que le petit film choral Burning Palms. Fils du regretté Michael Landon, alias Charles Ingalls dans La Petite Maison dans la Prairie, Christopher Landon est ainsi le garant d’une filmographie mi-figue, mi-raisin, surtout marquée par son implication sur la saga soporifique Paranormal Activity. À priori, pas de quoi attendre avec impatience son nouveau film, malgré son concept relativement séduisant et la batterie de trailers très drôles qui égayèrent la promo du long-métrage.
Si il reste dans l’horreur, Landon a pourtant décidé de laisser tomber le found footage pour suivre la voie que Shaun Of The Dead ou encore Bienvenue à Zombieland ont tracée avant lui. Sa rencontre avec les zombies devant s’envisager avant tout par le biais d’un humour savamment distillé et révérenciel, histoire de se démarquer de la multitude de séries et autres films ayant rendu ces dernières années le genre un peu sclérosé par un manque flagrant d’originalité et de savoir-faire. En d’autres termes, rien n’était gagné pour cette comédie axée sur un groupe de scouts, pour la simple et bonne raison, qu’aujourd’hui, en 2016, les morts-vivants sont omniprésents.
Pour mener à bien son projet, Landon se devait d’être bien entouré. En première ligne contre l’apocalypse en question, Tye Sheridan, le prodige de The Tree of Life et Mud, change de registre et incarne un personnage beaucoup plus léger, avec une conviction flagrante et un plaisir communicatif. Excellent dans les films d’auteur, le comédien prouve ainsi qu’il peut aussi l’être quand il s’agit de trancher du mort-vivant tout en démontant brique après brique le teen movie typique auquel le film s’attaque frontalement. Épaulé par le survolté Logan Miller, la jolie et badass Sarah Dumont, le vétéran David Koechner, ou encore Halston Sage, l’une des nouvelles petites fiancées de l’Amérique, Tye Sheridan insuffle une vraie énergie et un second degré indispensable à cette aventure comico-gore. À noter aussi que le film voit les débuts d’un certain Patrick Schwarzenegger, qui après Copains pour Toujours 2, continue tout doucement de marcher sur les traces de son Mister Univers de paternel (sans toutefois faire preuve de la même flamboyance, loin s’en faut).

Manuel-de-survie-à-lapocalypse-zombie-Halston-Sage

À l’instar de Zombieland, Manuel de survie à l’apocalypse zombie s’approprie les codes mis en place à la fin des années 60 par George A. Romero, pour tenter de les remodeler à son image. La plupart du temps, le stratagème fonctionne et le film de se montrer à la fois très respectueux envers tout ce qui touche aux zombies, mais aussi franchement tourné vers la gaudriole, en versant dans un humour proche de celui de Supergrave. Ode déglinguée à l’esprit d’équipe, le long-métrage va toujours de l’avant, ne s’arrête pas sur ses petits travers et fonce, bille en tête, à grand renfort de trouvailles la plupart du temps bienvenues, jusqu’à son dénouement bien sauvage.
Truffé de références et n’hésitant jamais à flirter avec le mauvais goût, sans pour autant s’y reposer, ce Manuel de survie sait aussi captiver l’attention sur la longueur, même si au fond, tout ce qu’il montre a déjà été fait ailleurs. La différence pourtant, dans le cas présent, se joue au niveau de petits détails. Du fait que les héros soient des scouts un peu geeks et pas super à l’aise avec les filles, par exemple. L’arrivée de Sarah Dumont, qui interprète une strip-teaseuse à des kilomètres de la bimbo, offre aussi largement de quoi se réjouir devant ce qui devient au fil des minutes une sorte de déclinaison sans concession de deux genres qui se télescopent, soit le film pour ados et l’horreur. Au final, sur bien des points, le film parvient à transcender les clichés, en faisant montre d’une bonne volonté totale et d’une belle compréhension des codes.
Sans en rajouter des louches, les personnages bénéficient d’un soin particulier, et leur amitié, primordiale ici, cimente leurs aventures pour leur donner des faux airs d’une version saignante de certaines productions cultes des années 80, où des adolescents marginaux sauvaient le monde grâce à des compétences jusqu’alors responsables de leur mise au ban des groupes populaires et de leurs belles filles inatteignables.

Aux manettes, Christopher Landon se lâche et il le fait bien. Rien à voir avec Paranormal Activity. Que ce soit à l’écriture ou derrière l’objectif, le réalisateur tient la dragée haute à la concurrence et livre un film très divertissant, qui au fond, tout en restant modeste, ne souffre d’aucun travers vraiment gênant. Son mélange ne manque pas de goût, certains gags sont très drôles, les effets-spéciaux gores font mouche et à la fin, l’histoire retombe sur ses pieds. Sans forcer, Manuel de survie à l’apocalypse zombie n’arrive pas au niveau d’un Zombieland ou d’un Shaun of The Dead, qui restent les meilleures comédies récentes mettant en scène des morts-vivants, mais se classe néanmoins largement dans le peloton de tête.

@ Gilles Rolland

Manuel-de-survie-à-lapocalypse-zombie-cast
  Crédits photos : Paramount Pictures France


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Onrembobine 57561 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines