Magazine Culture

Le vieux cinéma a la côte à Angers

Publié le 14 février 2016 par Efflorescenceculturelle
Le vieux cinéma a la côte à Angers
A Angers, Premiers Plans, c'est pas que des films nouveaux de réalisateurs fraîchement éclos. Le festival proposait alors des rétrospectives qui permettent d'élargir notre culture cinématographique.

D'habitude les rétrospectives sont des films programmés qui ont été réalisés par le même réalisateur, ou des films qui mettent en scène le même acteur. A Premiers Plan c'est le même principe, mais les films ne sont pas vus comme dans un musée figé, mais au contraire comme une matière vivante qui vit devant nos yeux. A Premiers Plan on applaudit les films, même sortis il y a 60 ans.

Pour la rétrospective sur le réalisateur Alain Cavalier, qui nous diffuse certains de ses films comme " Thérèse ", " Pater ", " Un Américain ". Les plus âgés découvrent ou redécouvrent des films qu'ils ont vu il y a plusieurs décennies parfois ; tandis que les plus jeunes regardent ses films avec les mêmes yeux et réactions qu'à l'époque de leur projection, confie un habitué. La projection du film " Thérèse " a enchanté Jade, étudiante en cinéma : " Ça m'a plu alors j'ai emprunté ses autres films à la médiathèque. "

Une des séances " rétrospectives " est consacrée à l'acteur Michael Lonsdale, un artiste à la carrière prolifique. Le samedi, à l'heure de la cérémonie de récompense du festival, on peut encore voir du monde à la projection au Gaumont du film " Au nom de la rose " de Jean-Jacques Annaud.

Pour la rétrospective du réalisateur Milos Forman nous avons regardé le film " Hair " à l'auditorium. Notre voisine nous a confié ne pas avoir vu le film depuis sa sortie. Dans la salle, se côtoient de jeunes retraités et la génération Y, et pendant la projection on se croirait à un concert. Le public tape en rythme sur le sol le tempo des chansons de cette comédie musicale hippie, chantonnant même les mélodies. Mais pour nous le film n'aura pas un goût de madeleine, la tristesse de la situation dans laquelle sont plongés les protagonistes nous a touché, la chanson " Easy To Be Hard " nous ayant fait verser quelques larmes.

Voir un film sur un écran d'ordinateur ou de télévision est désormais courant et pratique, mais voir un film d'une autre époque sur une toile de plusieurs mètres de haut est une toute autre expérience qui à nos yeux de cinéphiles en vaut la chandelle. On se sent transporté dans une autre époque. Malgré que la qualité très moyenne de certaines copies des films projetés, on aurait envie de vivre toute l'année au festival Premiers Plans pour ces moments de cinéma à l'état pur.

Caroline Guillaume

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Efflorescenceculturelle 5582 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines