Magazine Cinéma

Vl'a Geneviève Morissette...et pour un bon bout de temps!!

Par Filou49 @blog_bazart
15 février 2016

mevla

Après Dominique A ce matin, on continue en ce premier lundi de vacances scolaires- pour notre zone en tout cas- à parler chanson française, enfin plutôt  francophone avec une chanteuse québécoise.

A ce propos, force est de constater que si les artistes féminines venues du Québec semblent moins nombreuses qu'à une époque pas si lointaine où les clones de Céline Dion et Isabelle Boulay fleurissaient sur nos ondes avec plus ou moins de bonheur pour nos tympans, désormais, toutes celles que l'on voit désormais arriver de la belle province semblent plus triées sur le volet.

Ainsi, la dernière bombe québécoise, je veux parler de  Geneviève Morissette,  illustre largement cette prédomination de la qualité sur la quantité, avec une petite particularité à la clé. En effet,  cette artiste québécoise a été adoptée par la France avant de l'être par sa patrie natale- elle n'a pas encore sorti là bas son album, pourtant dans nos bacs depuis le 28 août dernier chez nous,et c'est très rare ’un artiste québécois sorte un album en France avant qu’il ne soit en bac du côté de Montréal : c’est même la première fois depuis un certain Félix Leclerc…

genevive

Geneviève est en fait arrivée chez nous il y a quelques années avant d'être intronisée par Lynda Lemay elle même en l' invitant à chanter sur scène à l’Olympia en 2014, pour un morceau "la femme en beigeé, qui montre toute l'étendue de la qualité d'écriture et d'interprétation de la québécoise flamboyante (e qui entre nous n'a rien à voir avec son  homonyme  Alanis, qui avait terrifié la bande FM dans les années 90).

Une femme en beige où la sensibilité  féminine  dans son intégralité qui dit tout de ses brisures, ses vacheries  ses tourments.. Vraiment magnifique, mais jugez en plutôt par vous même :

On voyait bien de suite avec ce morceau pourquoi Lynda Lemay avait été sensible à la propose de Geneviève : même façon de raconter des histoires drôles et émouvantes, de passer d'un univers tragique à des morceaux bien plus légers et ironiques, avec une plume souvent trempée dans le fiel et la sensibilité.

Lorsque d'aucuns, comme on a tendance à le faire, ont voulu référencer  l'univers de Morissette,on a aussi  souvent cité  Diane Dufresne : il est vrai  qu' au niveau de l' ’excentricité et du coté un peu too much,  on voit bien la filiation entre les deux artistes, dans les orchestrations aussi parfois, mais il ne faut pas non plus oublier de citer Richard Desjardins ou Pierre Lapointe pour le coté poétique et la qualité de la plume.

Originaire du Saguenay, ville du Centre du Québec dont elle conserve un accent aussi prononcé que celui de Lynda Lemay- j'avoue j'ai pas forcément compris toutes les paroles si je n' avais pas les textes  sous les yeux, Geneviève, qui  a appris très tôt le piano avec sa grand-mère,  a aussi la particularité de mélanger le français au joual (ce parler populaire urbain de la région de Montréal), ce qui singularise et donne encore plus de sincérité à son univers et surtout accentue son humour et une petite distance salutaire pour éviter la grosse tête   et donner à l'artiste la sincérité et l'humilité qui séduit à coup sur.

Geneviève Morissette

Mais Geneviève Morisette a aussi séduit tout le milieu de la chanson française grâce à ses prestations scéniques où elle a pas mal trainé avant d'enregistrer son disque.

La miss est d'ailleurs passé jeudi dernier à Lyon au Marché Gare et si je n'ai pas personnellement pu la voir- j'étais au podium europe 1, je vous en reparle prochainement- j'ai entendu de source sure que ce concert avait été un grand moment d'échange et de complicité avec un public conquis quasi immédiatement.

Accompagnée sur scène par sa fidèle comparse Emilie Marsh à la guitare ou au clavier, Geneviève Morissette a su imposer très vite, en quelques morceaux  à peine, son style qui joue comme sur disque, autant sur l’émotion que sur l'humour.

Et si de par ma nature, j'aurais sans doute tendance à préférer les morceaux les plus sombres de l'artiste,  j'avoue qu' à mes yeux j'aurais une certaine affection pour  son  duo avec Oldelaf, Comme dans un film, où Geneviève  montre sa facette plus délurée  et  sa vision des différences linguistiques entre la France et le Québec fait penser au meilleur des duos franco québécois, de ceux qui ont fait les belles heures des ondes FM, de  "question de feeling"  à Aujourd'hui j'ai rencontré l'homme de ma vie.

Nos deux artistes, à l'univers assez proche,  s’entretiennent du choix de la langue, avec une plume et un ton à la fois très savoureux et bercé de cette douce ironie  qui font leur particularisme:  

Dans "Me vla", l'équilibre entre chansons tendres : ' Ca  veut pu, Me v’la  / Tomber « su l’cœur »)… alternent avec des morceaux plus légers et plus souvent plus rock : M’acheter un jet / Exploser… ou  bien encore ce "gueuler ma vie",  un titre qui d'ailleurs pourrait sonner comme un parfait condensé de l'univers barré et poétique d'une artiste dont on devrait reparler dans les années à venir, sinon, c'est quand même un peu à désesperer du milieu :


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Filou49 15144 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines