Magazine Cinéma

Anomalisa : l'OVNI de Charlie Kaufman laisse dubitatif...

Par Filou49 @blog_bazart
20 février 2016

  

ANOMALISA-008R

 Grand prix à la dernière Mostra de Venise et nommé aux prochains Oscars dans la catégorie « meilleur film d’animation »,Anomalisa  était après Carol le second film de ma sélection des films les plus attendus de  l'année 2016. 

Un film qui a enthousiasmé tout le monde à Venise et beaucoup de gens dans les blogueurs cinéma et qui semble un des grands OVNIS de l’année…

Malheureusement, contrairement à Carol, mon enthousiasme n'a pas tenu la durée de la projection. Ce nouveau long métrage de celui qui s'est d'abord fait  surtout connaître comme scénariste, notamment pour Eternal Sunshine of the spotless mind, qui lui a valu un Oscar, et dont l'univers est proche de celui d'un Michel Gondry ou Spike Jonze, avec lesquels il a souvent collaboré  déconcerte hélas plus qu'il ne bouleverse le spectateur.

Comme dans dans "la peau de John Malkovic"h ou "Adaptation", deux de ses oeuvres les plus  emblématiques,  le film m'a semblé plus passionnant sur sa forme et sur son pitch de départ que ce qu'on voit avec  le résultat final.

J'aurais aimé être bouleversé par cette  histoire d'amour d'une nuit contemporaine entre un homme perdu et une femme effacée qui aspire au fond d'elle meme à briller, mais malheureusement l'émotion ne viendra jamais vraiment.

Afficher l'image d'origine

Comme dans "Lost in translation" de Sofia Coppola,   "Bird people" de Pascale Ferran ou "The grand Budapest Hotel", "Youth" de Paolo Sorrentino, ou The Lobster , le film se déroule quasi exclusivement dans un hôtel  et comme la plupart de ses films, finit par donner l'impression à l'intrigue de tourner en rond et de manquer d'air et de rebondissement.

 Le film donne l'impression de dissimuler sous une audace visuelle et et particulièrement singulière un scénario forcément noir  sombre , et aussi terriblement opaque, mais  qui est surtout finalement  banal et peu convaincant.

 En dehors de la prouesse formelle, technique du stop motion- avec une assez éblouissante scène de sexe qui aura demandé six mois de tournage, et qu'on aura jamais vu ainsi, le scénario fait du surplace et le film finit par lasser et ennuyer.

 Les comportements des  personnages sont étranges, agissent selon des critères qui  nous échappent peu ou prou. 

Anomalisa  reste au bout du compte  une expérience étrange,  étonnante dans la première partie mais qui finalement ne dépasse pas vraiment le stade du concept. Du coup, la pluie d'éloges des critiques semble plus viser le projet intitial que le résultat final. Et la comparaison avec le magnifique  Her, de Spike Jonze  est assez terrible pour le film de Kaufman.

Anomalisa - Official Trailer


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Filou49 15144 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines