Magazine Culture

Lettres à Maurice Saillet

Par Blogegide

La Librairie Hugues de Bourbon propose, sur e-bay (jusqu'au 24 février 21 heures), un ensemble de lettres de Gide à Maurice Saillet. Cette correspondance est exemplaire du ton libre, de la proximité d'esprit et de jeunesse de Gide avec les jeunes interlocuteurs qui viennent solliciter ses conseils. Glissant un mandat par ici, une proposition d'aide ou d'hébergement par là, Gide s'y montre une nouvelle fois à l'opposé de sa réputation de pingrerie. On notera cette formule alerte :

" [...] c'est folie de prétendre demeurer sage lorsqu'on est au milieu des fous ; de rester sobre parmi des ivres et de garder faux col quand tout le monde est débraillé. J'aime à t'imaginer crasseux et débitant des conneries avec les autres et me sens plus avec toi, plus près de toi, que de Malacki [Jean Malaquais] ou de [Henri] Thomas qui s'enveloppent le moral de capotes anglaises. " (lettre du 18 décembre 1939)

Lettres à Maurice Saillet

ANDRÉ GIDE.

5 lettres autographes signées adressées à Maurice Saillet du 13 avril 1935 au 18 décembre 1939.

8 pages in-8 ou petit in-4 (de 220 x 175 à 190 x 150 mm). 5 enveloppes.

Belle et amicale correspondance, datée du Maroc puis de Nice, au jeune Maurice Saillet.

En 1935 au Maroc, Gide conseille amicalement le jeune Saillet qui s'inquiète de devoir partir au service militaire. Il l'incite à accepter cette soumission provisoire : "Mettez, pour un temps somme toute très court, votre amour-propre dans votre proche de derrière. [...] Cette soumission même, considérez-la comme un tremplain [sic] d'où prendre élan, plus tard". Saillet ayant évoqué l'idée de partir en U.R.S.S. pour éviter l'armée, Gide l'en dissuade, sachant combien il est difficile d'être accueilli dans ce pays, d'autant plus qu'il y serait considéré comme un déserteur. Il évoque ensuite la publication du compte-rendu de la séance organisée par L'Union pour la Vérité [voir document joint] ainsi que celle de ses Pages de Journal, qui le satisfont peu mais dans lesquelles Saillet pourra sentir sa "constante et impatiente" perplexité au sujet des questions qui le tourmentent.
En novembre 1937, Gide dit toute son admiration pour Melville, dont Billy Budd et Benito Cereno viennent de paraître. Au début de la guerre, en 1939, Gide séjourne à Nice tandis que Saillet est mobilisé. Il lui envoie un mandat à partager en déjeuner avec ses camarades et demande s'il sait ce que devient Henri Thomas, aussi sous les drapeaux. Plus tard, Saillet devant se rendre à Paris, Gide lui propose sa chambre du 6e arrondissement, précisant qu'elle n'est pas chauffée. Il lui suggère de s'adresser à Arnold Naville et à Adrienne Monnier qui pourront l'aider. La dernière lettre, au ton libre et chaleureux, encourage Saillet à se laisser aller : "C'est folie de prétendre demeurer sage lorsqu'on est au milieu des fous ; de rester sobre parmi des ivres et de garder faux col quand tout le monde est débraillé. J'aime à t'imaginer crasseux et débitant des conneries avec les autres".

Critique littéraire et futur Satrape du Collège de Pataphysique, Maurice Saillet (1914-1990) fut le collaborateur d'Adrienne Monnier. Spécialiste de Lautréamont, Jarry et Saint-John-Perse, il édita en 1960 La Porte étroite.

Provenance : Maurice Saillet (Drouot, 1989, n° 151, 156 et 157).

Très bel état de conservation.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Blogegide 964 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines