Magazine Culture

Engrenages - eric neirynck

Par Leila Renoux @LeelooR
ENGRENAGES - ERIC NEIRYNCKEngrenages ! Eric sait emboîter les mots telles les dents d’un engrenage d’une machine. Mais ici, c’est une monstrueuse machine : la dépression…Engrenages ! il suffit de limer une seule dent pour arrêter tout mouvement ! Un texte brut, court, Eric Neyrinck, nous balance à la figure les états d’âme de son homonyme. La première dent limée s’est matérialisée en une phrase : « tu m’as voulue, tu m’as eue » une lettre d’adieu simplement déposée à côté d’un corps inanimé au beau milieu du lit.Engrenages ! qu’est cette psychothérapie salutaire mais ô combien addictive, surtout qu’Eric est pris en charge par le Docteur Alma, une psychothérapeute pas comme les autres, qui donne du sien, du sein… « Pour la première fois depuis longtemps, je ne pensais plus à rien sauf à cette heure passée avec cette inconnue. Inconnue, mais première personne, première femme qui me faisait du bien depuis si longtemps. La dernière devait être ma mère, j’exagère à peine. » Elle le guidera vers l’écriture salvatrice.Détresse, amours, deuil, sexe, alcool, psychotropes,  pêle-mêle Neyrinck  nous les sert sur un plateau « dépressif » et nous laisse embarquer dans les montagnes russes des tourments de son héros
« Au final, je survis à la galère moderne commune et sans issue qu’est celle de ceux qui ne rêvent plus. Parfois je me dis que ce sont eux les plus malins. Oui, ceux qui ne rêvent plus. Au moins, ils n’ont plus mal aux tripes. Ils passent, sans races, sans se faire remarquer attendant de finir en cendres ou dans une boite à bouffer les pissenlits par la racine »
LiLys EditionsDate de parution : 27/05/201596 pages L'auteur:Éric Neirynck est né en 1970 à Bruxelles en Belgique. Après des études longues et difficiles et une formation incomplète de comédien, il a toujours cherché à exprimer ses sentiments, que ce soit par la musique (quelques participations à différents groupes dans les années 80) ou le théâtre. Il a fini par rencontrer l’écriture, de façon confidentielle et solitaire comme d’autres rencontrent le chant seul sous la douche. Ce n’est qu’après presque 25 ans qu’il a osé partager ses écrits avec d'autres. Ses premières « victimes » furent ses « amis » de Facebook. Depuis il a publié “Facebook, mon amour!" chez LC Editions, ensuite aux Editions Kirographaires. Il a aussi participé à différents livres collectifs dont « L’exquise nouvelle », « Historietas », « Les dix font le sapin » pour différentes maisons d’éditions

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Leila Renoux 1345 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines