Magazine Culture

Figée atelier bric à book numéro 15

Par Eirenamg

sabine

© Sabariscon © Leiloona

Cette volonté de partir l’avait prise sans crier gare ; marre de sa vie étriquée, bien rangée, de la pollution et des faux semblants. Elle avait eu envie de tout plaquer, de prendre l’air et son temps. Elle avait longuement réfléchie car elle n’était pas du genre à partir à l’aveuglette et l’Inde s’était rapidement imposée. Son immensité, ses mystères, les palais des milles et une nuit l’avaient attiré. Mais saurait-elle faire face aux bidonvilles, aux castes, à la misère, aux milliers de corps qui se bousculent ?

Après quelques semaines d’organisation, ça y est elle était là depuis quelques jours et le dépaysement était total, les couleurs, les gens, les odeurs des épices, les bruits tout était différent. Ce sentiment d’étrangeté, de solitude et de remise en question lui faisait du bien. Déambuler quelques minutes tranquilles à l’écart du groupe de touristes pour s’imprégner du pays.

 Et son regard tomba sur cette femme, vieille dame courbée sous son parapluie. Ses lunettes cachant son regard, légèrement penchée comme perdue dans ses pensées. De cette silhouette se dégageait pourtant une dignité, une grâce  avec ses habits bleutés. Cette petite dame semblait être dans sa bulle, à quoi pensait-elle ? À ses petits enfants ? Son travail ? À sa santé ? Elle lui fit penser à sa grand-mère, un souvenir brutal lui revint en mémoire.

Sa mémé  assise à une table en bois, loin de chez elle les yeux éperdues de chagrin derrière ses lunettes. Elle semblait figée, lointaine comme déjà partie dans un autre monde, déjà à moitié effacée.  Ses yeux d’enfant avaient perçu sa peine sans en comprendre la raison. Puis la grand-mère avait levé les yeux sur sa petite fille et son regard avait changé comme reprenant vie. Elle lui avait sourit et on aurait dit qu’elle reprenait vie, qu’elle retrouvait l’envie de continuer d’avancer.

Cette sensation s’était imprimée en elle comme une photo sur la pellicule argentique figeant le regard, le lieu, l’instant, comme  suspendu. Un morceau d’éternité qui lui revenait là, bien des années plus tard à l’autre bout du globe en regardant cette femme.

La vieille femme sentit que la jeune femme la regardait car elle leva son regard et la fixa. Quelle image y voyait-elle ? Une touriste avec son appareil photo, comme des milliers d’autres ? Ou simplement un autre humain pensif comme elle, son égal, figée au milieu de la foule de New Delhi.

©eirenamg


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Eirenamg 1386 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines