Magazine Culture

[Critique] Autant en emporte le vent : autant en emporte le cinéma

Publié le 20 mars 2016 par Linfotoutcourt

Autant en emporte le vent est un film majeur, à la fois l'un des plus grands chefs-d'œuvre de l'histoire du septième art, et l'incarnation archétypale d'une époque, d'un système, d'un idéal du cinéma.

Superproduction hollywoodienne au budget titanesque (près de 4 millions de dollars, colossal en 1939), le film adapté du roman éponyme de Margaret Mitchell par Victor Fleming -aidé officieusement de Sam Wood et George Cukor- a tout de la grande épopée au souffle épique magistral. Tout respire l'immense dans cette fresque grandiose et totale de près de quatre heures, où se côtoie aventure, humour et drame, guerre et romance, histoire et lyrisme exacerbé. Film fleuve par excellence, Autant en emporte le vent frise la perfection.

On pourra toujours trouver à redire, surtout vu d'aujourd'hui alors qu'il fête ses 77 ans. Oui, certains de ses comédiens jouent de façon un peu trop théâtrale (Leslie Howard), oui, on est dans le démonstratif le plus absolu, mais qu'importe. Autant en emporte le vent est une fresque intense, un monument cinématographique comme seul Hollywood savait les faire à la grande époque de son âge d'or, à la grande époque des producteurs-nababs, des stars éclatantes et de la volonté de rendre l'expérience du cinéma, magique.

Autant en emporte le vent est sorti le 20 mai 1950


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Linfotoutcourt 85340 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine