Magazine Culture

Le Garçon sauvage carnet de montagne - Paolo Cognetti

Par Ivredelivres
Le Garçon sauvage carnet de montagne - Paolo Cognetti

C'est un jeune homme, la trentaine tout juste, il quitte la ville, la douleur accompagne cette évasion.
" J'avais trente ans et je me sentais à bout de forces, désemparé et abattu, comme quand une entreprise en laquelle tu as cru, échoue misérablement. "

Il va passer du temps dans une solitude quasi totale pratiquant ainsi une rupture radicale avec sa vie d'avant, plusieurs semaines sans voir âme qui vive, il va ainsi tenter de reprendre pieds dans la vie.

Il nous invite sur les pentes de sa montagne
" les pâturages étaient encore en sommeil, teintés des couleurs brunes et ocres du dégel; les montagnes et les vallons ombragés encore recouvert de neige. " pas très loin du Grand Paradis.

Le Garçon sauvage carnet de montagne - Paolo Cognetti

Paolo Cognetti est un admirateur de Thoreau mais pour autant il ne construit pas sa cabane, non il a pour s'enfouir loin du monde

Le Garçon sauvage carnet de montagne - Paolo Cognetti


" une baita en bois et en pierre à deux mille mètres d'altitude, là où les dernières forêts de conifères cèdent la place aux hauts pâturages. "

Il emporte de quoi lire et écrire, Thoreau bien sûr, Elisée Reclus le géographe et puis il a en tête des auteurs choisis : Mario Rigoni Stern, Erri de Luca, Charles-FerdinandRamuz ...

Il trace la carte du pays, il a envie comme Reclus de cataloguer la faune et la flore " une tentative de lire les histoires que le terrain avait à raconter. "

Il parcourt les pentes, contemple " les nuages gonflés d'eau " et prend avec les aigles " une leçon de voltige " ou entendre le bruit d'éclatement du mélèze frappé par la foudre. A sa suite on surprend le renard dans sa clairière et on l'entend imiter le sifflet des marmottes.

Le Garçon sauvage carnet de montagne - Paolo Cognetti

Photo © Daniel Nagi

Le Garçon sauvage carnet de montagne - Paolo Cognetti

J'ai écumé les monts
hérissée comme une fleur -
regardant les rochers,
les hautes parois
dans les mers du vent -
et, chantant à mi-voix, je me souvenais
d'un ancien été
où les rhododendrons amers
prenaient feu dans mon sang.

Antonia Pozzi - Névés - La route du mourir

L'avis positif aussi d'Hélène

Garçon sauvage carnet montagne Paolo Cognetti


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Ivredelivres 1145 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines