Magazine Culture

Serge Gainsbourg-Live Théâtre des Capucines-1963

Publié le 20 mars 2016 par Numfar
Serge Gainsbourg-Live Théâtre des Capucines-1963

OCTOBRE 1963

Serge Gainsbourg accepte mal son évolution de chanteur obscur et maudit en fabricant de sucreries pour jeunes filles.

En octobre 1963, il met au point son nouveau projet: un incroyable trio de jazz qui doit révolutionner et moderniser le jazz en France.

Durant les quatre mardis du mois d'octobre, avec le guitariste Elek Bacsik et le contrebassiste Michel Gaudry, il rôde son matériel au théâtre des Capucines de Paris, avec Bobby Lapointe en première partie.

Son souvenir de ces concerts est très sombre: Bobby Lapointe faisait un triomphe et lui buvait systématiquement la tasse.

La réalité est toute autre, le tout Paris faisait le déplacement pour le voir dans cette configuration et l'album live, "Théâtre Des Capucines", publié en 2009, montre un public plutôt acquis à sa musique et son nouveau style et applaudissant chaleureusement à la fin du concert.

Dans ce disque, Gainsbourg mélange anciens titres arrangés pour le trio et nouveaux titres prévus pour l'album à venir.

La femme des uns sous le corps des autres (Serge Gainsbourg)

Intoxicated man(Serge Gainsbourg)

La recette de l'amour fou(Serge Gainsbourg)

Ce mortel ennui(Serge Gainsbourg)

La javanaise(Serge Gainsbourg)

Maxim's(Serge Gainsbourg)

Negative blues(Serge Gainsbourg)

L'amour à la papa(Serge Gainsbourg)

Dieu, que les hommes sont méchantes(Serge Gainsbourg)

Personne(Serge Gainsbourg)

Gainsbourg brille avec cet accompagnement hyper minimaliste. Pas de batterie, vibraphone, pianos, cuivres, choeurs féminins ni violons.

Juste la guitare de l'exceptionnel Bacsik et la contrebasse de Gaudry.

Trois nouveaux titres sont joués lors de ce concert, mais je parlerai de "Maxim's" et "Negative blues" sur l'album qui les concerne.

Le seul vrai inédit ici, un titre que je trouve carrément mauvais, c'est "Dieu que les hommes sont méchantes" qui sent la mauvaise blague de potache et qui, heureusement, n'a jamais été enregistré par Gainsbourg ni par personne.

"Service armé? Non tu plaisantes?

J'suis réformé ma Lieutenante.

Toi le conseil tu passeras, ça t'apprendra.

Dieu que les hommes sont méchantes,

J'aime aimer comme ça me chante,

Et quand cela me passera, ça vous prendra."

Ce mini live sert d'amuse bouche au chef d'oeuvre à venir et l'occasion d'entendre une prestation live du trio.

© Pascal Schlaefli

Urba City

20 Mars 2016

Du même auteur:

Serial Angel Vol.1:

Anastase & Perfidule (2014-gratuit sur Itunes)

The Blacksouls (2015)

Serial Angel Vol.2:

Runaway Suzi (à paraître)

 Blog: Serialangel.centerblog.net

Partager : J'aime

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Numfar 50 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte