Magazine Culture

Le club des divorcés de Kazuo Kamimura

Publié le 21 mars 2016 par Fromtheavenue
Le club des divorcés de Kazuo Kamimura sensei Kana
Après Lorsque nous vivions ensemble et Maria, Kazuo Kamimura nous revient avec une nouvelle oeuvre tout aussi forte et émouvante.

La jeune et belle Yûko a 25 ans. Récemment divorcée, elle tient un bar Le club des divorcés dans le quartier prisé de Ginza à Tokyo. Elle s'occupe seule de sa fille qu'elle laisse la plus part du temps à sa mère qui ne cesse de lui en faire le reproche. Yûko ne devra compter que sur elle-même pour assumer son rôle de patronne et d'hôtesse de bar et s'épanouir en tant que femme dans une ville aux pressions multiples dans le Japon des années 70.


Le club des divorcés de Kazuo Kamimura
Les difficultés de la vie quotidienne, les doutes et les espérances de cette femme combative sont au cœur de ce manga. Etre divorcée à cette époque est tabou. Pour une femme c'est faire preuve d'un grand courage pour s'affranchir de son mari. L'auteur n'hésite pas à donner des chiffres à l'appui (notamment le nombre de suicides, c'est hallucinant!).
Le club des divorcés de Kazuo Kamimura Artistiquement, les dessins de Kamimura sont sublimes et d'une grande délicatesse. Ils épousent parfaitement ce récit intime et à l'inverse jouent par opposition avec certaines scènes psychologiquement éprouvantes pour le lecteur.

L'univers de Kazuo Kamimura, c'est aussi cette ambiance si Singulière à la fois feutrée, intime, crue et violente. C'est aussi une vision mélancolique et tendre de la relation amoureuse. Le club des divorcés est une fresque sociale, une entrée dans l'histoire du Japon. A découvrir assurément.


Le club des divorcés - Kazuo Kamimura - Editions Kana - collection Sensiei. Manga en 2 volumes - 2015/2016
Le club des divorcés de Kazuo Kamimura

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Fromtheavenue 2607 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine