Magazine Cinéma

Quai du Polar 2016 : Le lagon noir Arnaldur Indridason : un Erlandur mélancolique

Par Filou49 @blog_bazart
24 mars 2016

Quai du Polar, c'est dans une semaine maintenant et on continue notre revue des auteurs invités avec le maitre du polar islandais en personne qui honorera Lyon de sa présence en promouvant son dernier roman paru en France à ce jour, le Lagon Noir que maitre Michel, maitre incontesté d'Arnaldur a lu pour vous et s'est régalé à le dévorer, évidemment :

Lagon-Noir-Le-HD-261x400

Svava se mit à sourire : « vous êtes tellement sérieux, dit-elle. Un si jeune homme. Je me demande pourquoi… ? Qu’est-ce qui vous pousse à faire ça ? » Erlandur garda le silence. Pourquoi le faisait-il ? Pourquoi ne pouvait-il oublier cette histoire ? Pourquoi devait-il  rouvrir d’anciennes blessures et s’emplir le cœur de douleur et de deuil ? «  C’est à cause de votre regard triste ? » poursuivit-elle. «  Quelqu’un vous a déjà dit que vous avez de beaux yeux ? »

 Reykjavick 1980, le jeune inspecteur Erlandur Sveinson fait équipe avec Marion Briem, commissaire à la criminelle. Un cadavre est découvert dans un lagon, un homme d’une trentaine d’années qui travaillait à la base américaine voisine. Enquête plutôt compliquée car la grande muette n’aime pas que les islandais se mêlent de ses affaires.

Parallèlement à cette affaire, Erlandur déjà passionné par les disparitions inexpliquées, s’intéresse  au cas d’une jeune fille qui, il y a vingt-cinq ans, s’est volatilisée entre la maison familiale et son lycée. Erlandur prend toutes ces affaires avec cœur et empathie, mais le jeune trentenaire a déjà bien du souci, fraichement divorcé, il s’arrête parfois près de l’école maternelle et regarde sa fille jouer derrière la grille.

Sacré Arnaldur ! Grâce à Erlandur,  ce formidable personnage, le romancier n’en finit pas de raconter au monde son pays qu’il aime tant. De romans en romans, il se penche sur l’histoire sociale et géopolitique de l’Islande et son regard est intelligent et passionné. Dans « Le lagon noir » Indridason raconte la difficile cohabitation des bases américaines sur le sol islandais.

Présence lourde, en pleine guerre froide, l’Islande et le Groenland sont des endroits stratégiques fondamentaux, le géant Soviétique est si près. Entre Simenon et John Le Carre, le romancier, en fin gourmet, n’oublie pas de nous décrire quelques plats typiquement islandais dont je vous laisse la surprise.

A ce propos  je citerais Nietzsche : « Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort » et vu ce que mange les islandais, la sélection naturelle en a fait de sacrés gaillards.

MD


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Filou49 15144 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines