Magazine Culture

Retour sur ANTOINE ET CLEOPATRE à HTH – Montpellier

Publié le 24 mars 2016 par Idherault.tv @ebola34
Retour sur ANTOINE ET CLEOPATRE à HTH – MontpellierRetour sur ANTOINE ET CLEOPATRE de Tiago Rodrigues à HTH - Montpellier le 23 mars 2016

ANTOINE ET CLEOPATRE
De Tiago Rodrigues
Avec Sofia Dias et Vitor Roriz

Une excellente surprise !

À une représentation annoncée d'un " spectacle en portugais surtitré " a été substituée une représentation en français ! Et si cela ne change pas tout, cela rajoute de l'épaisseur à une œuvre atypique et attachante. Tout le monde connaît le couple vedette, Antoine et Cléopâtre, que le cinéma a immortalisé sous les traits de Liz Taylor et de Richard Burton, tout le monde, ou presque, sait que Shakespeare en a fait une pièce mais Tiago Rodrigues, aujourd'hui, en fait bien autre chose. Durant une heure et quart, Sofia et Vitor, Cléopâtre et Antoine, vont vivre devant nous une aventure ambiguë.

Ils seront " un duo qui parle d'un autre duo ", ils seront et ne seront pas Antoine et Cléopâtre. Cette dualité, voulue par les interprètes et l'auteur, se retrouve également dans la manière dont la pièce se présente. Une œuvre théâtrale créée pour un couple de chorégraphes. À l'origine, l'œuvre n'était pas liée à un texte dit ou joué par les protagonistes, c'est peu à peu que l'idée de leur faire dire leur amour, en direct, s'est imposée.

Retour sur ANTOINE ET CLEOPATRE à HTH – Montpellier

En portugais, en anglais et maintenant en français, Sofia et Vitor sont toujours les héros, mais ce ne sont pas tout à fait les même. Ils sont séparés et à nouveau reliés par la distance d'une langue, qui n'est pas la leur, et avec laquelle ils apprennent à jouer et avec maestria. L'échange rapide de mots-idées, s'enchaînant sur des similitudes de sons mais toujours dans la correspondance avec l'œuvre, est la démonstration éclatante de cette appropriation de la langue française à la pièce. D'autant plus remarquable que la version française de cette partie du texte n'a été terminée que la veille de la générale.

On se laisse entraîner dans ces perpétuels aller-retour " Antoine-Cleopâtre " répétés jusqu'à en faire une litanie par des personnages, beaux et habités. Sofia et Vitor qui sont bien plus eux-mêmes que la représentation d'un Antoine et d'une Cléopâtre. Comme le dit Tiago Rodrigues, interviewé à Avignon, après la présentation de l'œuvre : " Répéter le nom de quelqu'un jusqu'à l'infinitude, je trouve que c'est une image réelle, des plus concrètes de l'amour. Une heure en disant le nom de quelqu'un c'est, pour moi, un chant ! "


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Idherault.tv 48204 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine