Magazine Culture

L’exquise clarté d’un rayon de lune de Sarah Morgan

Par Artemissia Gold @SongeD1NuitDete

Chronique de CoxeCoxe

L’exquise clarté d’un rayon de lune de Sarah Morgan

L'exquise clarté d'un rayon de lune de Sarah MorganBroché : 432 pages
Editeur : Editions Harlequin
Date de sortie : 21 octobre 2015
Collection : &H
Langue : Français
ISBN-10 : 2280334534
ISBN-13 : 978-2280334532
Prix Editeur: 12€90
Disponible sur Liseuse : OUI

Son résumé :

Ca-tas-tro-phi-que. Voilà qui caractérise parfaitement bien l’été qui s’annonce pour Elise Philippe, chef de cuisine surdouée. L’ouverture à Snow Crystal du café qu’elle doit diriger – son bébé, le projet de sa vie – ne cesse d’être repoussée à cause d’une succession d’incidents rocambolesques. Comme si le destin complotait pour lui pourrir la vie ! Heureusement, telle la meringue sur la tarte au citron, voilà que Sean O’Neil rentre au domaine. Le beau, le charismatique et troublant Sean… dans les bras duquel elle a passé la plus belle des nuits, l’été dernier. Oui, là, tout de suite, Sean pourrait être une distraction bienvenue et très, très sympathique. Une distraction de quelques heures, sans attaches ni lendemain. Après tout, ce n’est pas comme si elle risquait de tomber amoureuse, non ?

Mon avis :

Quand j’ai découvert le titre du second tome de la Saga O’Neil, « L’exquise clarté d’un rayon de lune », j’en frémissais d’avance à l’idée de retrouver cette famille si attachante, mais surtout la plume de son auteure. Nous voilà donc de retour à Snow Crystal, cette station familiale au cadre idyllique, durant la saison estivale. Et dire qu’il y flotte un petit air de romance serait une litote.

Dans ce tome, c’est au tour de Sean O’Neil, le frère jumeau de Jackson, de connaître les tourments de l’amour. Et cette entreprise n’est pas cousue d’avance, car on a affaire à un homme pris et épris par son métier de chirurgien à Boston. Mais son absence auprès de sa famille s’explique autrement ; une vérité qui fâche entre lui et son grand-père, Walter.

Ce vieil homme amoureux de Snow Crystal, accroché au sens de la tradition et aux liens de la famille vient de faire une attaque et cela rappelle Sean aux sources. Et par là même, donne à Sean l’occasion de revoir Elise, la chef cuisinière de la station, avec qui il a partagé une nuit de passion. Ce souvenir va faire son petit bout chemin dans l’esprit de ces deux bourreaux de travail, qui ne trouvent qu’une distraction dans la volupté.

Elise, c’est le personnage qui donne corps au livre. C’est le lien qui unit les personnes. Et elle est si touchante dans sa manière de vouloir réconcilier à tout prix Walter et Sean, aveuglés par l’amertume. Touchante, dans sa façon de s’investir corps et âme dans son métier ; dans son projet d’ouvrir la brasserie qui sortira définitivement la station de la banqueroute.

J’ai éprouvé beaucoup de compassion pour ce personnage, cette chef française qui a posé ses valises renfermant une profonde tristesse et une brisure causée par un homme. Le passé d’Elise lui a laissé de profonds stigmates, mais c’est une femme solide et sa résilience est belle. Car elle puise toute sa force dans sa passion, qui est de cuisiner, et dans les liens indéfectibles des O’Neil. Mais l’heure est peut-être venue pour elle, de s’avouer qu’elle reste incomplète malgré tout l’amour de sa famille de cœur. De se laisser apprivoiser par un homme, par Sean.

Comparativement au premier tome, j’ai moins apprécié le personnage masculin, Sean. Je pense que cela est dû à son abord très en retenue et à sa vanité affichée (qui revient comme un running gag). Et même s’il est très drôle, plein d’autodérision, mais également attentionné, sensuel, l’accent mis sur son côté bon samaritain humble ne m’a pas convaincu tout à fait.

Par contre, les liens entre les personnages sont très creusés. Leurs relations complexes sont à l’image d’une famille authentique qui par moment s’enlise dans les non-dits pour ne pas blesser, juste par amour. Il n’est pas surprenant de se laisser toucher par cette famille qui ne reste jamais bien tranquille, lorsqu’il s’agit de mettre son grain de sel et pousser légèrement le destin.

Sarah Morgan semble avoir une facilité innée pour faire basculer son lecteur dans un autre lieu, bienveillant et romantique. Il n’y a qu’à fermer les yeux une seconde pour s’imaginer au bord du lac et se laisser bercer par le clapotis de l’eau, le hululement d’une chouette à la lueur de la lune. L’auteure ouvre une sorte de parenthèse dans le temps et un rythme serein règne dans ses écrits. Je sais maintenant une chose, Sarah Morgan ne plante pas seulement un décor, elle le fait vibrer, et cela, avec esprit, douceur et sincérité. Et nous nous y lovons avec contentement.

J’ai hâte de découvrir le tome 3, car l’auteure a su disséminer les prémisses d’une romance avec le petit frère O’Neil, Tyler, le plaisantin dissipé de la fratrie et ça s’annonce très… sportif !

Excellent

Acheter ce livre sur Amazon

Chronique de CoxeCoxe

L’exquise clarté d’un rayon de lune de Sarah Morgan

L'exquise clarté d'un rayon de lune de Sarah MorganBroché : 432 pages
Editeur : Editions Harlequin
Date de sortie : 21 octobre 2015
Collection : &H
Langue : Français
ISBN-10 : 2280334534
ISBN-13 : 978-2280334532
Prix Editeur: 12€90
Disponible sur Liseuse : OUI

Son résumé :

Ca-tas-tro-phi-que. Voilà qui caractérise parfaitement bien l’été qui s’annonce pour Elise Philippe, chef de cuisine surdouée. L’ouverture à Snow Crystal du café qu’elle doit diriger – son bébé, le projet de sa vie – ne cesse d’être repoussée à cause d’une succession d’incidents rocambolesques. Comme si le destin complotait pour lui pourrir la vie ! Heureusement, telle la meringue sur la tarte au citron, voilà que Sean O’Neil rentre au domaine. Le beau, le charismatique et troublant Sean… dans les bras duquel elle a passé la plus belle des nuits, l’été dernier. Oui, là, tout de suite, Sean pourrait être une distraction bienvenue et très, très sympathique. Une distraction de quelques heures, sans attaches ni lendemain. Après tout, ce n’est pas comme si elle risquait de tomber amoureuse, non ?

Mon avis :

Quand j’ai découvert le titre du second tome de la Saga O’Neil, « L’exquise clarté d’un rayon de lune », j’en frémissais d’avance à l’idée de retrouver cette famille si attachante, mais surtout la plume de son auteure. Nous voilà donc de retour à Snow Crystal, cette station familiale au cadre idyllique, durant la saison estivale. Et dire qu’il y flotte un petit air de romance serait une litote.

Dans ce tome, c’est au tour de Sean O’Neil, le frère jumeau de Jackson, de connaître les tourments de l’amour. Et cette entreprise n’est pas cousue d’avance, car on a affaire à un homme pris et épris par son métier de chirurgien à Boston. Mais son absence auprès de sa famille s’explique autrement ; une vérité qui fâche entre lui et son grand-père, Walter.

Ce vieil homme amoureux de Snow Crystal, accroché au sens de la tradition et aux liens de la famille vient de faire une attaque et cela rappelle Sean aux sources. Et par là même, donne à Sean l’occasion de revoir Elise, la chef cuisinière de la station, avec qui il a partagé une nuit de passion. Ce souvenir va faire son petit bout chemin dans l’esprit de ces deux bourreaux de travail, qui ne trouvent qu’une distraction dans la volupté.

Elise, c’est le personnage qui donne corps au livre. C’est le lien qui unit les personnes. Et elle est si touchante dans sa manière de vouloir réconcilier à tout prix Walter et Sean, aveuglés par l’amertume. Touchante, dans sa façon de s’investir corps et âme dans son métier ; dans son projet d’ouvrir la brasserie qui sortira définitivement la station de la banqueroute.

J’ai éprouvé beaucoup de compassion pour ce personnage, cette chef française qui a posé ses valises renfermant une profonde tristesse et une brisure causée par un homme. Le passé d’Elise lui a laissé de profonds stigmates, mais c’est une femme solide et sa résilience est belle. Car elle puise toute sa force dans sa passion, qui est de cuisiner, et dans les liens indéfectibles des O’Neil. Mais l’heure est peut-être venue pour elle, de s’avouer qu’elle reste incomplète malgré tout l’amour de sa famille de cœur. De se laisser apprivoiser par un homme, par Sean.

Comparativement au premier tome, j’ai moins apprécié le personnage masculin, Sean. Je pense que cela est dû à son abord très en retenue et à sa vanité affichée (qui revient comme un running gag). Et même s’il est très drôle, plein d’autodérision, mais également attentionné, sensuel, l’accent mis sur son côté bon samaritain humble ne m’a pas convaincu tout à fait.

Par contre, les liens entre les personnages sont très creusés. Leurs relations complexes sont à l’image d’une famille authentique qui par moment s’enlise dans les non-dits pour ne pas blesser, juste par amour. Il n’est pas surprenant de se laisser toucher par cette famille qui ne reste jamais bien tranquille, lorsqu’il s’agit de mettre son grain de sel et pousser légèrement le destin.

Sarah Morgan semble avoir une facilité innée pour faire basculer son lecteur dans un autre lieu, bienveillant et romantique. Il n’y a qu’à fermer les yeux une seconde pour s’imaginer au bord du lac et se laisser bercer par le clapotis de l’eau, le hululement d’une chouette à la lueur de la lune. L’auteure ouvre une sorte de parenthèse dans le temps et un rythme serein règne dans ses écrits. Je sais maintenant une chose, Sarah Morgan ne plante pas seulement un décor, elle le fait vibrer, et cela, avec esprit, douceur et sincérité. Et nous nous y lovons avec contentement.

J’ai hâte de découvrir le tome 3, car l’auteure a su disséminer les prémisses d’une romance avec le petit frère O’Neil, Tyler, le plaisantin dissipé de la fratrie et ça s’annonce très… sportif !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Artemissia Gold 67457 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines