Magazine Bons plans

INTERVIEW : Yeba Olayé, une success story belge !

Publié le 24 mars 2016 par Etv @etvonweb
INTERVIEW : Yeba Olayé, une success story belge !

Nous avons rencontré YEBA, une jeune femme bruxelloise, originaire du Bénin. Aujourd’hui,  elle lance une marque de « chic business bags ». Derrière sa marque, un réel message à délivrer et une superbe histoire à raconter.

La carrière de son père diplomate la conduit en Belgique à l’âge de cinq ans. Grâce au métier de son père, elle a beaucoup voyagé et a grandit dans un environnement très international. Elle poursuit des études d’ingénieur à Solvay et entame une carrière dans le monde de la finance.

A 34 ans, lorsqu’elle donne naissance à son deuxième enfant, elle prend conscience que le moment est venu pour elle de se reconnecter avec ce qui a le plus de sens à ses yeux, à ce qu’elle a toujours voulu.

Elle nous raconte son histoire !

Un mot sur vous… comment vous décrieriez vous en quelques mots ?

Je dirais que je suis quelqu’un d’assez ouvert et gentil. J’aime vraiment les gens et j’aime aller à la rencontre de leur univers, de ce qu’ils ont à apporter. C’est quelque chose qui est en moi depuis toujours… Je suis arrivée en Belgique quand j’avais 5 ans, et depuis toute petite on m’a éduqué en avançant que le monde est rempli de différentes cultures et qu’il y a des richesses différentes en chacun de nous. J’ai des souvenirs de réceptions organisées par ma mère avec des gens du monde entier… On a toujours été à  la rencontre de l’autre. Je pense que ce qui me caractérise en premier c’est vraiment l’ouverture d’esprit. Il y a toujours un échange et quelque chose à partager. Ensuite, j’ai deux facettes. D’une part, je suis quelqu’un de très rationnel. Je suis quelqu’un d’assez carré et cartésien, j’aime comprendre ce que je fais, j’aime résoudre des problématiques et organiser les choses. Et d’autre part, j’ai ce côté très créatif… quand je marche dans la rue, je vais voir une robe et les lignes vont m’inspirer des idées. Je suis en constante réflexion est me nourri constamment de mon entourage. Si j’avais pu choisir, j’aurais fait l’architecture parce que c’était pour moi quelque chose qui réunissait un peu toutes ces compétences et toutes ces qualités que j’avais en moi.  En deux mots, je dirais donc que je suis quelqu’un d’à la fois rigoureuse et créative. Et puis… je parle beaucoup (rire) !

Comment l’aventure a-t-elle commencé ? Pourquoi avoir voulu lancer une marque de sacs à mains ?

En sortant de mes études à Solvay, j’ai d’abord travaillé dans l’audit et la consultance. Je travaillais beaucoup. Un jour, j’ai eu besoin de changement et je me suis orientée vers le marketing. Et puis, je suis arrivée à une période de ma vie, en devenant maman, où j’avais à nouveau besoin de changement. Je me suis poser la question de « finalement tout ça pour quoi ? Qu’est-ce que je voulais réellement au début ? ». J’ai réalisé qu’en fait j’avais toujours voulu travailler dans la mode. J’ai profité de ma grossesse et de mon congé de maternité pour réfléchir à mon projet. Il me fallait une idée pour toucher le monde de la mode. Pendant longtemps j’ai cherché ce genre de sacs où on peut y mettre son ordinateur. Comme je ne le trouvais pas, je me suis dis que c’était une idée à creuser. Cependant, je vois les sacs comme une porte d’entrée dans la mode. Je ne peux pas dire que je rêvais depuis toute petite de créer ma marque de sacs mais je rêvais réellement de travailler dans la mode et dans l’univers créatif. Je pense qu’aujourd’hui on a le droit de rêver et de sortir des sentiers battus et d’être au plus près de qui on a envie d’être.

Vous êtes originaire du Bénin. Que signifie Yeba ?

Je viens du Bénin et d’une ethnie en particulier. Yeba chez nous signifie « celle qui est née pour accomplir son destin ». S’appeler Yeba signifie qu’on vient de cette ethnie et qu’on est l’ainée de la famille. Pour la petite histoire, la première Yeba est une Reine qui est montée sur le trône alors que son père était mort sur le champ de bataille. C’était la première femme au pouvoir. C’est un prénom qui a toute une histoire et tout une philosophie.Je tenais à l’utiliser pour ma marque parce que je pense qu’il symbolise un message très fort que toutes les femmes devraient avoir en elle : « J’ai l’âme d’une guerrière, je suis née pour accomplir mon destin, j’ouvre les portes qui sont devant moi. »

Avez-vous toujours aimé la mode ?

Oui, la mode me passionne depuis toujours! Je pense que toutes les nanas le disent mais moi ça ne me passionne pas forcément parce que je suis une accro au shopping etc, au contraire mais plus pour le processus créatif. Quand j’ai annoncé à mes parents que je voulais me lancer dans les sacs, ils m’ont répondu qu’à déjà 5 ans je découpais dans les magasines de ma maman, j’essayais de prédire les tendances et j’affirmais qu’un jour je travaillerais dans la mode. Je dessinais beaucoup, je faisais des concours de dessin. Ce n’est pas quelque chose qui est né du jour au lendemain, c’était bel et bien déjà en moi.

Votre premier souvenir mode ?

Un des premiers souvenirs c’est celui de mes collages avec des images de magasines. J’avais déjà une fascination pour les magasines de mode, que je continue à collectionner aujourd’hui (mon mari ne sait plus quoi en faire – rire). Ensuite, j’affectionne particulièrement les sacs de ma maman qui était une fan de sacs ; son premier Kelly (Hermes) , certains de ses Chanel… J’aime les ouvrir et sentir son parfum ou revoir les looks avec lesquels elle les associait.

 Y a-t-il un créateur qui a particulièrement influencé votre travail ?

Il y en a deux ! Premièrement, Raf Simon. Je trouve que le boulot qu’il a fait pour Dior est canon. Il a modernisé et épuré la marque et a amené quelque chose qui correspond à la femme d’aujourd’hui qui a un côté très sophistiqué mais en même temps pas trop non plus. Il a trouvé un juste milieu entre le casual et le prêt-à-porter. Le travail qu’il fait sur les courbes est impressionnant ! Ensuite, la deuxième, c’est Victoria Beckham. J’aime beaucoup sa robe signature. J’aime son parcours et la manière dont elle a partagé son univers malgré qu’elle soit une machine de comm’ (rire). Ce qu’elle fait me parle totalement. Pour associer mes sacs à une tenue, je prendrais une pièce de chez elle ; ça se marierait à la perfection.

Pour quelle genre de femmes sont ils destinés ?

Avec mes sacs, je vise la femme active et qui bouge beaucoup ; la jeune trentenaire qui a commencé à bosser depuis 3 ou 4 ans, qui commence à être à l’aise avec sa carrière, qui bouge pas mal, qui voyage, qui pense au mariage ou aux enfants. Je m’adresse aux femmes qui ont 10.000 vies dans une journée. Elles déposent leurs enfants si elles en ont, elles vont en réunion, puis en déjeuner avec une copine, puis le soir à un afterwork… Avec mes sacs, j’espère leur amener une pièce qui leur donne de l’assurance et qui ne les trahira jamais. En fait, je m’adresse aux femmes à mon image.

Quelles sont les valeurs que véhicule cette marque ?

L’assurance, l’ouverture d’esprit, la qualité, la bienveillance.

Quelle est la pièce maîtresse de votre collection ?

Le « Signature ». Ce modèle m’a beaucoup surpris. Quand je l’ai dessiné, j’ai réalisé qu’il représentait réellement mon identité et ma signature (d’où son nom).

Comment définiriez-vous votre style ? Qu’est-ce qui fait que vous vous sentez bien dans une tenue ?

J’ai un style plutôt minimaliste et monochrome. J’ai beaucoup de mal avec les imprimés, j’ai l’impression qu’ils agressent ma personne (rire). Je dirais que j’ai un style assez sobre et qui n’est pas encore, bizarrement, entièrement révélé. Mon style a toujours été très typé aux différentes fonctions que j’ai eu dans ma carrière. Etudiante, je suivais les modes du moment. Ensuite, quand j’étais consultante, je portais toujours une petite robe impeccable ou un chemisier/blaser. Et maintenant que je suis libérée de tout ça, j’ai réalisé que j’étais un petit peu perdue. Mais ce qui revient… se sont mes essentiels. J’ai toujours une très jolie petite blouse, j’aime la jupe crayon…Je reste sur les bons basiques. Je pense que ce sont mes accessoires qui vont finaliser mon look qui reste assez discret et élégant. Cependant, si vous regardez dans les détails, vous verrez que mon look est toujours été soigné : une chemise en soie et très élégante, un jeans est parfaitement coupé, etc. En fait, c’est un faux simple !

Quelle est la pièce fétiche de votre dressing ?

La petite robe noire ! Je dois en avoir une dizaine. Je pense que quelque soit la circonstance, même si je suis de couleur noire, la petite robe noire me donne un côté tout de suite plus habillé et pleine d’assurance. Je trouve que le noir cultive le mystère, la présence, la sophistication et en même temps la simplicité. Et selon votre humeur, il prend une dimension totalement différente. Le noir a plein de facettes et ne vous trahit jamais. Si vous vous levez et ne savez pas quoi mettre, mettez une robe noire !

Aussi, j’accorde beaucoup d’importance aux manteaux. Finalement, je bouge beaucoup, je suis souvent en manteau et c’est la première chose que les gens voient de nous. Quand on a un manteau bien coupé, qui a une jolie couleur … Ca a un effet waw ! J’en ai peu mais ils sont tous soit très bien coupés et me mettent en valeurs soit ont un colorie qui me va très bien au teint.

Plats ou talons ?

Talons ! Lorsque je monte sur des talons, je peux avancer ! Quand j’ai un rendez-vous important ou que j’ai besoin d’être 100% à l’aise avec moi-même, je prend des talons dans lesquels je suis confortable !

Si on vide votre sac, que va-t-on y trouver ?

Mes clés, mon portefeuille, un rouge à lèvre où un gloss et de quoi retoucher un petit peu mon make-up. Et ne jamais oublier mon chargeur de téléphone… les journées sont longues (rire) !

Vous êtes plutôt grand sac fourre-tout ou petite pochette ?

Pochette ! En créant mes sacs, je voulais éviter qu’on se balade avec 2 sacs… et pourtant j’ai besoin de ma pochette près de moi qui ne me dérange pas trop et qui contient l’essentiel et du plus grand que je peux laisser dans la voiture. Avec ma pochette, je peux me balader comme une petite gazelle en ville (rire). Avec une pochette, le monde vous appartient, vous êtes libres et pouvez vous déplacer partout !

Si vous aviez un seul conseil mode à donner ?

Il faut connaître son corps et les essentiels qui vous vont bien ! Il faut trouver les pièces dans lesquelles vous êtes à l’aise. Quand on est à l’aise, on dégage plus d’assurance. Mon conseil serait d’identifier vos essentiels. Le style va plus loin que les vêtements… c’est une question d’attitude, ce que vous dégagez. Il faut être à l’aise et avoir ses alliés avec soi. Pour ma part, ce sont les petites robes et les talons. Une fois qu’on a son essentiel, il ne faut pas le lâcher, il crée notre signature !

A quoi ressemble une journée type de votre nouvelle vie d’entrepreneuse?

C’est pas si glamour en fait ! Ce qui est essentiel pour moi, ce sont mes enfants. Ils passent avant tout ! Je leur accorde toute mon attention aux moments où ils ont besoin de moi. A 6h30 (oui c’est très tôt, rire), je me lève et passe la matinée avec eux ; je veux qu’ils commencent leur journée armés d’affection et d’amour. Ensuite, soit j’ai des rendez-vous, soit j’arrive au bureau. Je me donne maximum une heure pour faire mes mails. Ensuite, soit je travaille les aspects produits, soit les aspects administratifs, soit les aspects commerciaux… C’est réellement moins glamour que ce qu’on ne pense (rire) ! Les journées sont intenses ! J’essaye d’aller chercher mes enfants 3 fois par semaine et passe la fin de journée avec eux.  Une fois qu’ils sont au lit, je rebosse en général jusque minuit. Heureusement, mon mari m’a connu bosseuse et active (rire) !

La pièce mode que vous rêver de pouvoir vous acheter un jour ?

En fait, je ne suis pas très matérialiste ! Mon rêve serait d’avoir une grande maison de vacance au Bénin pour y emmener mes enfants et leurs montrer l’enfance que j’ai eu. Ce n’est pas une pièce mais plutôt un style de vie. Je me lasse très vite des objets, je suis plus sensibles aux expériences !

Vos projets à venir ?

La next step serait d’arriver à avoir des financements et d’agrandir l’équipe ! J’aimerais aussi sortir un concept de personnalisation ; créer son propre sac avec le colorie de son choix, etc. La prochaine collection, la collection hivers, sortira vers le mois d’août.

Foncez découvrir son site et tous ses modèles ici !

12900220_10154129171239175_885120943_n
12903497_10154129171314175_285885396_o
12903531_10154129171379175_1542614716_o
12903601_10154129171299175_285431379_o
12904024_10154129171389175_1923518410_o

  • INTERVIEW : Yeba Olayé, une success story belge !
  • INTERVIEW : Yeba Olayé, une success story belge !
  • INTERVIEW : Yeba Olayé, une success story belge !
  • INTERVIEW : Yeba Olayé, une success story belge !
  • INTERVIEW : Yeba Olayé, une success story belge !
  • INTERVIEW : Yeba Olayé, une success story belge !

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Etv 142297 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines