Magazine Entreprise

Pôle biotechnologique de Sidi Abdallah : Un potentiel de 12 milliards de dollars

Publié le 24 mars 2016 par Ouadayazid1
Pôle biotechnologique de Sidi Abdallah : Un potentiel de 12 milliards de dollars

Toutes les conditions sont réunies pour la concrétisation du projet du pôle biotechnologique, qui sera implanté dans la nouvelle ville de Sidi Abdallah (Alger), d'ici à l'horizon 2020. Ce projet rapportera plus de 12 milliards de dollars à l'Algérie, en investissements étrangers dans l'industrie pharmaceutique.

Selon le chef de cabinet du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Ali Rezgi, qui intervenait lors de l'ouverture du Forum algéro-américain, organisé par le Conseil des hommes d'affaires algéro-américain et le groupe américain "PHARMA" (Pharmaceutical Research and Manufacturers of America), ce projet devra rapporter à l'Algérie un volume d'investissements étrangers en industrie pharmaceutique innovante, de l'ordre de plus de 12 milliards de dollars. Le partenariat bilatéral dans le domaine de la biotechnologie bénéficiera, en premier lieu, au malade qui accédera ainsi aux produits pharmaceutiques les plus performants, de même qu'il contribuera au développement de la recherche scientifique, d'une part, et à l'essor de l'industrie pharmaceutique, d'autre part, a-t-il poursuivi. "Une fois satisfaits les besoins nationaux en matière de produits pharmaceutiques, l'Algérie pourra exporter vers les pays arabes et africains", a ajouté le même responsable. Renouvelant l'engagement de son pays à "accompagner le développement de l'industrie pharmaceutique algérienne", l'ambassadeur des États-Unis d'Amérique en Algérie, Mme Joan Polaschik, a estimé que ce secteur recèle d'inestimables opportunités d'investissements étrangers directs, d'autant que l'Algérie est confrontée au défi de la diversification de son économie.
Mettant en exergue l'importance du futur projet de Sidi Abdallah, dans un tel contexte, l'ambassadrice a fait savoir que celui-ci compte déjà 48 projets d'investissement en cours, dont 9 sont représentés par des entreprises américaines pharmaceutiques et des firmes de matériel médical. La diplomate a en outre renouvelé le soutien de son pays à "la vision de l'Algérie pour 2020", ajoutant que la chancellerie américaine à Alger se présente comme "un partenaire du gouvernement algérien dans sa politique de développement du secteur pharmaceutique national". Elle a, enfin, assuré "explorer" les voies et moyens à même d'inciter les entreprises américaines à investir en Algérie. Le directeur de la pharmacie et de l'équipement médical au ministère de la Santé, Hamou Hafedh, a fait savoir, de son côté, que ce département est en train de mettre en place une nouvelle réglementation qui soit en conformité avec le futur pôle, citant, notamment la loi sanitaire, les nouvelles dispositions concernant l'enregistrement des médicaments, ainsi que l'application des essais cliniques pour les molécules issues de la biotechnologie. Dans le domaine de l'industrie du médicament, le directeur du Laboratoire national du contrôle de la qualité des produits pharmaceutiques, le Pr Mohamed Bouslimani Mansouri, a rappelé que la concrétisation du pôle de Sidi Abdallah nécessite "l'harmonisation" des règles de fabrication (DPF), ainsi que des bonnes pratiques de libération (BPL) du produit à travers les sites de production. De même que, a-t-il recommandé, la mise en place du programme de formation et de contrôle de qualité, ainsi que "l'encouragement et l'accompagnement" des industriels pour la mise en place d'unités de développement.
" Les conditions de base d'une industrie pharmaceutique réunies en Algérie "
Ali Haddad, président du Forum des chefs d'entreprises (FCE), a estimé quant à lui que les conditions "de base d'une industrie pharmaceutique sont réunies en Algérie", tout en assurant de la "disponibilité" du Forum à contribuer pour la concrétisation du pôle biotechnologique en Algérie, d'ici à l'horizon 2020. Le président du FCE a cité l'existence d'un contexte économique "favorable à l'investissement et au partenariat", un environnement technique "en nette amélioration" et enfin, un dispositif réglementaire "stable, prévisible et cohérent". Autant d'éléments qui rendent "réalisable" l'objectif d'une couverture pharmaceutique à hauteur de 70% des besoins de la population algérienne, a-t-il ajouté, relevant le caractère économiquement et socialement "sensible" du droit d'accès aux soins pour les malades. Faisant valoir l'existence d'une "réelle base industrielle" en Algérie, M. Haddad a indiqué que "d'autres projets industriels vont s'ajouter aux réalisations de ces dernières années", alors que des entreprises privées "nourrissent l'ambition" de s'inscrire dans le futur pôle biotechnologique en Algérie, le 4e à l'échelle mondiale, après ceux de Boston, d'Irlande et de Singapour. Il a exprimé, à ce propos, "la disponibilité totale du FCE à contribuer à la réalisation de ce projet", notamment à travers la connexion "efficace" liant l'organisation patronale au ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Le président du FCE a également plaidé pour davantage d'investissements américains en Algérie, déplorant la baisse du volume des échanges économiques et en même temps du nombre des sociétés américaines installées en Algérie ces dernières années. "Il faut inverser cette tendance. Nous souhaitons réaliser avec vous des choses concrètes et grandes, accélérer le mouvement de votre implication, de vos investissements et de vos transferts, pour agir concrètement sur la variété de nos échanges", a-t-il dit, renouvelant son offre de mettre au sein du FCE un desk dédié à l'accompagnement des entreprises américaines désireuses d'investir en Algérie. "Le secteur pharmaceutique représente, dans ce sens, un domaine d'investissement des plus attractifs pour ces dernières, en raison des opportunités qu'il offre", a-t-il observé, faisant remarquer l'évolution des besoins en médicaments en Algérie. Il est à noter qu'un accord de partenariat sera conclu, aujourd'hui à Alger, entre Cialfarm, une société affiliée au FCE et le leader américain Variant Medical Systems, portant sur l'accompagnement du plan national de lutte cancer 2015-2019, mis en place par les pouvoirs publics.


Salima Ettouahria
http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/92178


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Ouadayazid1 3105 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines