Magazine Culture

(note de lecture) Jacques Barbaut, "H ! Hache ! Hasch ! Hallucinations de la lettre H", par Alain Frontier

Par Florence Trocmé

Lettre à Jacques Barbaut

[À propos de son dernier livre, H ! Hache ! Hasch ! Hallucinations de la lettre H, éditions Nous, 2016, 96 pages. On peut dire en 4e page de couverture : « Somme, compendium sur la lettre H, H ! Hache ! Hasch ! présente les hantises propres au « pied de la lettre » et les vagabondages lexicologiques, historiques, entre le H, la lettre même, la Hache — le tranchant, découpage & montage — et le Hash, soit les expériences (textuelles) d’un ou plusieurs stupéfiants. »]


Mon cher Jacques, j’adore ton livre, et l’obsession amusée qui le fait naître et proliférer à l’infini. Ton entêtement. Ta joyeuse et volontaire addiction (à l’H — comme Baudelaire et quelques autres bons poètes). J’aime ton naturel fouineur, et collectionneur. Ton érudition débridée.
Érudit n’est pas celui qui sait (et qui se plairait à étaler son prétendu savoir). Il est celui qui ignore, et qui veut savoir. Il fouine, il cherche la petite bête. Ayant aboli frontières et méthodes, il circule, sans relâche, avec gourmandise, d’une trouvaille à l’autre.  Il est un inventeur de trésor. Il collectionne. Il juxtapose. Poésie de la juxtaposition. Magie du coq-à-l’âne : quand la drôlerie vient du passage inattendu, improbable d’un objet à un autre, fussent-ils tous les deux des objets qui eux-mêmes n’en comportent pas.
L’érudition n’a cure de relier logiquement l’une à l’autre de ses trouvailles et de les mettre en perspective, comme disent les gens sérieux. Toi, tu le fais. Mais tu le fais à la faveur d’un presque rien. Toutes choses égales d’ailleurs, tu me fais penser à ce que Barthes appelait le punctum dans une photographie. Ce que tu retiens et qui prend sens à tes yeux est précisément ce qui aurait pu paraître le plus insignifiant.
Car à peine pourrait-on affirmer que la lettre h fût un signe. Un simple signal plutôt, pointant seulement un des paramètres possibles de la prosodie. En somme, elle est le degré zéro de la consonne, étant là pour l’œil plutôt que pour l’oreille : jamais elle ne se prononce. Même quand elle est dite aspirée, elle n’est le signe d’aucun son, d’aucun bruit, mais se borne à signaler la manière dont une voyelle est prononcée (avec une attaque glottale) : non liée, comme on dit en musique, mais attaquée. Cet imprononçable génère le livre tout entier. Pour un peu, tu nous l’aurais écrit à partir d’un accent ou d’une cédille. Tu es un typographe et un musicien du silence (tu fais résonner l’inaudible).
Un grand merci à toi, cher Jacques !

Alain Frontier

Barbaut_hhh
Jacques Barbaut,
H ! Hache ! Hasch ! Hallucinations de la lettre H
,
Editions Nous, 2016.


  


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18650 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines