Magazine Beaux Arts

Exposition personnel Didier Petit au CAIRN | Digne

Publié le 25 mars 2016 par Philippe Cadu @ContempodeLArt
Du 1er Avril-3 juin 2016 -VERNISSAGE vendredi 1er avril à 18h Exposition personnel Didier Petit  au CAIRN | Digne http://musee-gassendi.org/

Le projet Habere se déploie par le biais d'une importante série de 100 dessins, en papiers découpés de coquillages, chacun représenté à l'échelle 1. Cela reprend l'idée de la collection à une vaste échelle et celle du cabinet de curiosité. Cette proposition de l'artiste marseillais Didier Petit allie le CAIRN Centre d'art ainsi que le Géoparc de Haute-Provence, faisant ainsi sens par ces caractéristiques géologiques si spécifiques.

Habere :Infinitif du verbe Habeo

Exposition personnel Didier Petit  au CAIRN | Digne

[ posséder, être maître, contenir, porter en soi, sur soi, occasionner, susciter un sentiment, ressentir une émotion, prendre et garder, tenir un territoire, une fonction, un Etat et l'administrer, savoir, connaître (avoir à l'esprit), traiter (quelqu'un, quelque chose), tenir pour, regarder comme, détenir, occuper, habiter, demeurer, passer le temps, faire, soigner, aller (en parlant de l'état d'une personne)]

" Je ne saurais tenir pour acquis les définitions proposées pour le mot Habere car elles présentent toutes les structures d'un corps (organique, inorganique, minéral, terrestre, céleste, sentimental etc...) et suscitent presque toutes les étapes de dépendance, pas à pas, de celui-ci face à lui même, à l'autre, à l'étranger et au territoire.

posséder c'est être et avoir tout à la fois, où contenir, porter en soi, sur soi, détenir revient au corps interne, comme l'on dit de l'oreille interne, tympan de soi intensément constitué qui me tient, m'édifie et m'individualise .

En être maître est déjà plus douteux, plus fragile, plus difficile à tenir .

Si j'occasionne et suscite un sentiment, c'est hors de moi, vers l'autre, avec néanmoins un ressenti toujours interne, susceptible de faire naître une émotion dans un va-et-vient diffus vers autrui que je tiens pour, que je regarde comme dans ce même espace de liens envers l'étranger ou l'étrangère, -je l'épie !

D'abord prendre et garder, tenir un territoire, pour survivre !

Y échafauder une fonction, protectrice et nourricière, l'administrer, même si cet Etat peut paraître si petit, c'est une construction morphologique si complexe, si dense, si changeable, si multiple (à tel point que l'on peut s'y perdre !), une morphogenèse prédatrice, vorace, où le corps de l'un est celui de l'autre, où occuper l'intérieur de soi, y habiter, y demeurer, c'est avoir et être, savoir et connaître cette minuscule Babel au squelette externe, où je fais passer le temps !

Être a l'intérieur de soi, avoir momifié chaque strate où le pas à franchir (l'opercule) traite la constitution comme une identification où se mêle semblance, ressemblance et dissemblance .

Le coquillage est ceci ou cela !

Alors je soigne la doublure, le " je est un autre " la demande extérieure à l'environnement avec pour seule mémoire l'assurance de l'avoir bâti !

Et la mer allée avec le soleil.... " (Didier Petit, février 2016)

CAIRN Centre d'art, 10 montée Bernard Dellacasagrande 04000 Digne-les-Bains. Tél : 04 92 62 11 73

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Philippe Cadu 34619 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte