Magazine Culture

ZAYN - Mind of Mine (review)

Publié le 25 mars 2016 par Urbansoul @urbansoulmag

Il y a un an jour pour jour, Zayn Malik annonçait officiellement sa décision de quitter les One Direction, après cinq années passées à parcourir les routes du monde entier de manière intensive. Quelques mois plus tard, il confiait à l’aube de sa carrière solo qu’il avait eu l’impression de se « tenir debout face à une toile pendant cinq ans » avec l’interdiction d’y peindre. « J’ai la peinture, j’ai les putains de pinceaux, et je ne peux pas y toucher. Maintenant, quelqu’un a enlevé le plastique et je peux enfin peindre », avait-il expliqué à The Fader. Et Zayn y a esquissé tout ce qui lui trottait dans la tête depuis ces dernières années, et plus encore, puisant dans des influences R&B à mille lieues de la pop des 1D. Ça aurait pu être un peu brouillon, mais c’était sans compter l’intervention d’une belle équipe de producteurs pour l’aider à mettre ce premier tableau en couleur.

« Vendu » comme le brun ténébreux du groupe britannique, le jeune homme de 23 ans me conforte dans l’idée que les garçons mystérieux sont toujours les plus intéressants. Mais pour mieux s’imposer individuellement et se défaire de son ancienne image, c’est tout naturellement qu’il est allé à l’encontre de son feu contrat en se décolorant les cheveux, un classique pour les ex-membres de boys bands, changeant de coupe comme on peut le faire à la fin d’une histoire d’amour. Et plutôt que l’émotion, Zayn a choisi de jouer la carte du sexe avec son premier single PILLOWTALK, bien que le thème soit récurrent tout au long de ce premier opus baptisé Mind of Mine. Mais nous y reviendrons plus tard. Parce que le chanteur sait aussi ouvrir son cœur comme il le prouve avec fragilité dans la sublime ballade iT’s YoU dont les accords d’orgue d’ouverture m’avaient poussée, à la première écoute, à écrire à ma sœur « Je ne sais pas où est Frank Ocean mais Zayn veut prendre sa place ». Les similitudes sont sans nul doute dues à la participation de Malay, gagnant des Grammy Awards 2013 pour son travail de producteur sur channel ORANGE.

Si la majorité de l’album parle d’amour, BeFoUr et son orthographe génétiquement modifiée (je ne jugerai pas les choix stylistiques de la tracklist : j’écrivais des articles entiers en alternant minuscules et majuscules sur mon premier sKyBlOg — et je me souviens à l’instant d’une amie qui avait le courage d’en faire autant pour ses sms) portent à croire qu’il s’agit là d’une référence à ses anciens camarades qui ne sont désormais plus que quatre. Visiblement grands favoris de bon nombre de médias, les titres sHe et dRuNk m’ont laissée plutôt indifférente, exception faite de la transition entre les deux morceaux qui en ferait presque un diptyque.

Quoique brève, la vraie surprise arrive au moment de l’interlude fLoWer, au cours duquel Zayn fait un clin d’œil inattendu à ses origines avec un ghazal en urdu. Son accent laisserait à désirer, paraît-il, mais je ne lui jetterai pas la première pierre : je garde encore un souvenir douloureux de mes amis pakistanais riant aux éclats lors de leurs tentatives de m’apprendre leur langue. Je reste néanmoins admirative devant cet entracte musical dont le chant carnatique apporte de l’étoffe à la voix de Zayn qui est ici presque méconnaissable. Une seconde écoute de l’album permet d’ailleurs de constater que cette touche asiatique s’est glissée subtilement sur plusieurs autres pistes, à l’instar du dernier « I don’t know why » du bridge d’iT’s YoU ou de l’outro de sHe qui me rappelle le son métissé de Jay Sean.

Dans un autre registre, rEaR vIeW a décroché mon cœur dès les premières notes de guitare malgré une production beaucoup moins (pas du tout, même) expérimentale que le reste du projet, l’autre ovni du lot étant fOoL fOr YoU qui aurait probablement mieux trouvé sa place selon moi en fermeture, après une chanson comme BLUE, qui aurait d’ailleurs dû être intégrée à la version standard. Les derniers morceaux de cette édition manquent en effet de saveurs : s’il fera probablement l’objet d’un single, le duo wRoNg avec Kehlani ne reflète pas l’étendue de leur talent (mais je salue le fait qu’il ait fait appel à un talent méconnu du mainstream là où il aurait pu tomber dans la facilité en optant pour des featurings avec des rappeurs). BoRdErSz et lUcOzAdE ne parviennent pas à maintenir mon attention, tout comme tRuTh malgré une réminiscence digne de nostalgia, ULTRA dans la dissonance. TiO « explore » quant à lui une fois de plus le sujet du sexe mais on en a vite fait le tour, là où The Weeknd se montre beaucoup plus inventif dans ses paroles. Si cela ne tenait qu’à moi, j’aurais volontiers troqué les quatre dernières pistes contre les bonus tracks plus rythmées et parmi lesquelles on compte une interpolation intéressante du Prélude de Bach sur BLUE.

Je ne crierai pas au chef-d’œuvre car je suis au regret de reconnaître que je dois plus mes coups de cœur à la forme qu’au fond, ayant particulièrement été sensible aux arrangements de manière générale. Mais, parce que toute la beauté de l’art est de le laisser ouvert à l’interprétation, il me tarde néanmoins de voir la toile de Zayn respirer en live avec des musiciens.

À écouter d’urgence : iT’s YoU, floWer, rEaR vIeW.
ZAYN Mind of Mine, disponible depuis le 25 mars (Sony Music).


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Urbansoul 6753 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines