Magazine Cinéma

Sueurs froides - 5/10

Par Aelezig

z20

Un film de Alfred Hitchcock (1958 - USA) avec James Stewart, Kim Novack, Barbara Bel Geddes, Tom Helmore

Tiré par les cheveux...

L'histoire : Scottie, inspecteur de police, est paralysé par le vertige et il laisse mourir une personne, prête à tomber dans le vide, qu'il est incapable de retenir. Il démissionne et décide de tenter de se soigner, et de réfléchir à une reconversion. Mais un vieil ami perdu de vue le contacte et lui demande de suivre sa femme. Elle a un comportement très étrange, mais avant de la confier à un hôpital psychiatrique, il voudrait avoir plus de détails sur ses allées et venues, dont elle ne garde aucun souvenir... or il travaille et n'a pas le temps, et cette affaire est si délicate qu'il ne peut la confier qu'à un ami. D'abord réticent, Scottie finit par accepter... car l'épouse est d'une beauté étourdissante. Il commence à la suivre et découvre qu'elle semble hantée par une personne, qui lui ressemble étonnamment, décédée au XIXe, et à laquelle elle multiplie les hommages tout au long de la journée : cimetière, musée...

z21

Mon avis : Au tout début, je me suis laissée prendre. C'était mystérieux, cette jeune femme qui semblait "habitée" par l'âme d'une autre, décédée un siècle auparavant. Puis très rapidement, au bout d'un quart d'heure, j'ai compris de quoi il retournait... A force de voir des thrillers en général et des Hitchcock en particulier... il suffit de prendre le problème à l'envers, et on pige tout de suite qui tire les ficelles. Donc j'ai commencé à m'ennuyer quelque peu, tout en surveillant les détails de l'intrigue, car je n'avais tout de même pas deviné TOUTE l'intrigue. Il faut dire qu'elle est tellement invraisemblable, au final, que je ne risquais pas de tout capter, c'est clair ! Il y a plein d'incohérences, un manque de précision, des questions sans réponse... 

Et la fin, avec tout dernier twist inattendu nous laisse sur notre faim : ah ah, que va-t-il se passer maintenant ? Comment va-t-il réagir ? Il va se zigouiller, ou bien au contraire, se révolter et faire éclater la vérité. C'est ouvert. Mais c'est vraiment trop gros, le coup de la bonne soeur avec sa cloche, c'est ballot, presque risible (j'ai éclaté de rire, pour ma part)... et ça ne passe pas !

Le film est composé de deux parties, un premier récit avec un épilogue et une grosse déprime, puis une nouvelle histoire qui commence, issue de la première. C'est un peu étrange comme procédé et je trouve que le réalisateur peine vraiment à trouver son rythme et des arguments pour la deuxième. Franchement, la nana, t'as envie de fouiller dans ses affaires pour voir ce qu'elle cache, tellement tout ça est gros comme une maison. Mais non lui, il plonge... avec un tel désir de retrouver son héroïne disparue que ça le rend un peu antipathique, malsain.

z22

Le couple... aussi beaux soient les deux acteurs, n'est pas très crédible. Ils ont 25 ans d'écart, ça se voit et ça ne le fait pas. On a du mal à croire à son coup de foudre à elle, pour ce vieux garçon un peu coincé (il avait 50 ans à l'époque).

Non, franchement, désolée de casser le mythe, mais j'ai été déçu. C'est loin d'être mon Hitch préféré.

La réalisation, elle (à part cette construction en deux moitiés), est plutôt honnête, avec une bonne alternance de gros plans, de plans larges, de paysage. Et la scène du cauchemar se révèle plutôt audacieuse pour l'époque : étonnante ! Avec un bout de dessin animé et des portraits de James... sous LSD on dirait ! Sacré Hitch, il avait quand même des idées à foison. Et j'ai bien apprécié la prestation de Barbara Bel Geddes, amie loyale, fidèle, dévouée... le seul personnage du film qui m'ait semblé normal !

Le film à l'époque n'a reçu qu'un accueil très mitigé. D'ailleurs Libération disait en février 1959 : "Enlevez la tournée touristique de San Francisco ainsi que celle des couturiers et des instituts de beauté, que reste-t-il ? Une histoire qui, dans le roman, m'avait paru tenir debout de justesse alors que dans le film, elle devient d'une invraisemblance vertigineuse." ce à quoi j'adhère totalement (sauf que je n'ai pas lu le roman, D'entre les morts, de Boileau-Narcejac.

z23

Ce n'est que bien après que tout le monde s'est soudainement plu à dire qu'il s'agissait d'un chef-d'oeuvre. On ne sait pas trop ce qui s'est passé dans l'intervalle pour un tel retournement... Et du coup, je soupçonne les critiques des spectateurs d'aujourd'hui qui adorent, qui vénèrent, qui admirent... d'exprimer leur louanges juste par snobisme, encore une fois, parce que c'est bien d'aimer ce célèbre Sueurs froides. Ou parce qu'ils n'ont rien pigé et qu'ils font semblant, pour faire comme tout le monde.  

Je suis dure ? Vous avez aimé ? A vous de m'expliquer... 

Ce film aura au moins le mérite de rentrer dans mon Challenge, au titre du Film sorti l'année de ma naissance.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Aelezig 127315 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines