Magazine Culture

La Fleur des Highlands de Anna Lyra

Par Artemissia Gold @SongeD1NuitDete

Chronique de CoxeCoxe

La Fleur des Highlands de Anna Lyra

La fleur des Highlands d’Anna LyraNombre de pages : 288 pages
Editeur : La Plume de l’Argilète
Date de sortie : 21 février 2015
Langue : Français
ISBN-13 : 979-1025501825
ASIN : B00TRCYW74
Prix Editeur : 11€
Disponible sur Liseuse : OUI

Son résumé :

Le 14 août 1561, le destin de Marguerite bascule. Simple dame de compagnie de la veuve du roi de France, l’Écossaise Marie du clan Stewart, elle accepte d’user de sa ressemblance avec elle afin de l’aider à reconquérir son trône… Pendant que la véritable Marie Stewart part à cheval déguisée en homme, Marguerite prend sa place dans le carrosse royal escorté par une délégation de Highlanders. Elle qui n’a jamais quitté la cour va se retrouver propulsée dans l’inconnu, sur les routes de France et d’Angleterre, jusqu’à cette contrée lointaine et sauvage qu’est l’Écosse. Mais de tous les dangers qu’elle devra affronter, le plus périlleux sera sans doute de se confronter aux yeux de glace d’Alistair MacDonald, et à son envoûtante virilité. Car une folle attirance pousse bientôt Marguerite vers ce guerrier séduisant ombré de mystère, au passé lourd de secrets. Tout les sépare, et l’avenir promet de les éloigner irrémédiablement. Le destin de l’Écossais resurgit soudain, contraignant Marguerite à de nouveaux choix. Doit-elle aider l’homme qui fait battre son cœur à retrouver sa place au sein de son clan, quitte à décevoir la reine Marie ? Écoutera-t-elle son cœur malgré cet amour impossible ?

Mon avis :

J’ai découvert La fleur des Highlands avec un plaisir non dissimulé. Une romance dans les hautes terres d’Écosse, un contexte historique saisissant de réalisme et un rythme trépidant ont eu raison de moi. Quant à l’écriture délicate au lyrisme maîtrisé d’Anna Lyra, elle m’a particulièrement séduit.

Marguerite est la dame de compagnie la Reine Marie et ce depuis sa tendre enfance. Marie est ce qui se rapproche le plus d’une famille pour elle. Alors quand la reine devient veuve du Roi François II de France, Marguerite va sans hésiter prendre l’identité de Marie pour voyager dans un convoi royal allant de la France à l’Écosse en passant par l’Angleterre. Un stratagème qui permettra à la digne héritière de la dynastie des Stewart de voyager anonymement de son côté et de pouvoir endosser son rôle de reine, la Reine Marie d’Écosse.

Mais un convoi royal n’en est pas un sans escorte. Marguerite va donc se voir entourée d’une horde de guerriers écossais de tous clans confondus. Ces hommes farouches venus d’ailleurs n’inspirent pas la confiance d’un premier abord, surtout ce rustre d’Alistair MacDonald malgré sa beauté étourdissante.

Ce qu’il y a de plus plaisant dans cette lecture, c’est qu’elle est composée en deux rythmes. Une cadence palpitante est lancée par la chevauchée de Marguerite et de ses protecteurs. Des embuscades et des obstacles se dressent contre eux, comme des vagues successives et de plus en plus violentes. Et ils font front à l’adversité, tous mus par une loyauté indéfectible envers leur Reine.

Cette épopée qui défile à une allure folle est contrebalancée par une romance naissante entre Marguerite et Alistair. Et celle-ci démarre doucement, mais pas forcément paisiblement. Alistair est très intimidant pour la jeune femme. Pour elle, qui n’a connu que les déclarations révérencieuses de courtois hommes de la Cour, se retrouver face à cet homme bâti comme une montagne et au regard insondable est déstabilisant. Mais devant ce highlander à l’opposé de ses idéaux romantiques qui peuplent ses rêveries, elle va se révéler être une tout autre femme. Aussi belle et piquante qu’une rose.

« Une fleur ? pouffa Alistair en s’éloignant. Je dirais plutôt un chardon ! Foghnan ! La beauté d’une fleur sauvage, mais la douceur d’un hérisson et la résistance d’un bois de bruyère. »

Alistair, sous une sévérité et une rudesse empruntées, commence à voir au-delà des fanfreluches de la jeune Française. Son courage et sa ténacité appellent au respect. De là, une graine de désir commence à se déployer au point d’occuper les toutes les pensées de nos deux héros. Leur romance se fonde davantage dans les fantasmes interdits qu’ils entretiennent l’un envers l’autre et cette tension devient de plus en plus brûlante, pour notre plus grand plaisir. Entre eux, c’est hautement sensuel. Marguerite nous régale d’ailleurs par son adorable candeur face aux sous-entendus grivois de son protecteur et cela apporte une touche contemporaine à cette histoire. J’avoue avoir gloussé sous cape plus d’une fois.

L’auteure nous dévoile les pensées de Marguerite et Alistair au travers de courts paragraphes qui s’entremêlent, dans chaque chapitre. Et tout en jouant avec de beaux mots, Anna Lyra sait extraire de ses personnages des émotions vives, intenses et justes.

La fleur des Highlands, autant dans l’intrigue historique que dans l’exquise passion qu’il exprime, est un livre abouti que j’ai apprécié jusqu’à son dernier mot. Je suis pressée de découvrir son spin off, la vengeance du Highlander qui sort au mois d’avril aux Éditions HQN.

Excellent

Acheter ce livre sur Amazon

Chronique de CoxeCoxe

La Fleur des Highlands de Anna Lyra

La fleur des Highlands d’Anna LyraNombre de pages : 288 pages
Editeur : La Plume de l’Argilète
Date de sortie : 21 février 2015
Langue : Français
ISBN-13 : 979-1025501825
ASIN : B00TRCYW74
Prix Editeur : 11€
Disponible sur Liseuse : OUI

Son résumé :

Le 14 août 1561, le destin de Marguerite bascule. Simple dame de compagnie de la veuve du roi de France, l’Écossaise Marie du clan Stewart, elle accepte d’user de sa ressemblance avec elle afin de l’aider à reconquérir son trône… Pendant que la véritable Marie Stewart part à cheval déguisée en homme, Marguerite prend sa place dans le carrosse royal escorté par une délégation de Highlanders. Elle qui n’a jamais quitté la cour va se retrouver propulsée dans l’inconnu, sur les routes de France et d’Angleterre, jusqu’à cette contrée lointaine et sauvage qu’est l’Écosse. Mais de tous les dangers qu’elle devra affronter, le plus périlleux sera sans doute de se confronter aux yeux de glace d’Alistair MacDonald, et à son envoûtante virilité. Car une folle attirance pousse bientôt Marguerite vers ce guerrier séduisant ombré de mystère, au passé lourd de secrets. Tout les sépare, et l’avenir promet de les éloigner irrémédiablement. Le destin de l’Écossais resurgit soudain, contraignant Marguerite à de nouveaux choix. Doit-elle aider l’homme qui fait battre son cœur à retrouver sa place au sein de son clan, quitte à décevoir la reine Marie ? Écoutera-t-elle son cœur malgré cet amour impossible ?

Mon avis :

J’ai découvert La fleur des Highlands avec un plaisir non dissimulé. Une romance dans les hautes terres d’Écosse, un contexte historique saisissant de réalisme et un rythme trépidant ont eu raison de moi. Quant à l’écriture délicate au lyrisme maîtrisé d’Anna Lyra, elle m’a particulièrement séduit.

Marguerite est la dame de compagnie la Reine Marie et ce depuis sa tendre enfance. Marie est ce qui se rapproche le plus d’une famille pour elle. Alors quand la reine devient veuve du Roi François II de France, Marguerite va sans hésiter prendre l’identité de Marie pour voyager dans un convoi royal allant de la France à l’Écosse en passant par l’Angleterre. Un stratagème qui permettra à la digne héritière de la dynastie des Stewart de voyager anonymement de son côté et de pouvoir endosser son rôle de reine, la Reine Marie d’Écosse.

Mais un convoi royal n’en est pas un sans escorte. Marguerite va donc se voir entourée d’une horde de guerriers écossais de tous clans confondus. Ces hommes farouches venus d’ailleurs n’inspirent pas la confiance d’un premier abord, surtout ce rustre d’Alistair MacDonald malgré sa beauté étourdissante.

Ce qu’il y a de plus plaisant dans cette lecture, c’est qu’elle est composée en deux rythmes. Une cadence palpitante est lancée par la chevauchée de Marguerite et de ses protecteurs. Des embuscades et des obstacles se dressent contre eux, comme des vagues successives et de plus en plus violentes. Et ils font front à l’adversité, tous mus par une loyauté indéfectible envers leur Reine.

Cette épopée qui défile à une allure folle est contrebalancée par une romance naissante entre Marguerite et Alistair. Et celle-ci démarre doucement, mais pas forcément paisiblement. Alistair est très intimidant pour la jeune femme. Pour elle, qui n’a connu que les déclarations révérencieuses de courtois hommes de la Cour, se retrouver face à cet homme bâti comme une montagne et au regard insondable est déstabilisant. Mais devant ce highlander à l’opposé de ses idéaux romantiques qui peuplent ses rêveries, elle va se révéler être une tout autre femme. Aussi belle et piquante qu’une rose.

« Une fleur ? pouffa Alistair en s’éloignant. Je dirais plutôt un chardon ! Foghnan ! La beauté d’une fleur sauvage, mais la douceur d’un hérisson et la résistance d’un bois de bruyère. »

Alistair, sous une sévérité et une rudesse empruntées, commence à voir au-delà des fanfreluches de la jeune Française. Son courage et sa ténacité appellent au respect. De là, une graine de désir commence à se déployer au point d’occuper les toutes les pensées de nos deux héros. Leur romance se fonde davantage dans les fantasmes interdits qu’ils entretiennent l’un envers l’autre et cette tension devient de plus en plus brûlante, pour notre plus grand plaisir. Entre eux, c’est hautement sensuel. Marguerite nous régale d’ailleurs par son adorable candeur face aux sous-entendus grivois de son protecteur et cela apporte une touche contemporaine à cette histoire. J’avoue avoir gloussé sous cape plus d’une fois.

L’auteure nous dévoile les pensées de Marguerite et Alistair au travers de courts paragraphes qui s’entremêlent, dans chaque chapitre. Et tout en jouant avec de beaux mots, Anna Lyra sait extraire de ses personnages des émotions vives, intenses et justes.

La fleur des Highlands, autant dans l’intrigue historique que dans l’exquise passion qu’il exprime, est un livre abouti que j’ai apprécié jusqu’à son dernier mot. Je suis pressée de découvrir son spin off, la vengeance du Highlander qui sort au mois d’avril aux Éditions HQN.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Artemissia Gold 67457 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines