Magazine Entreprise

Ports commerciaux _Se réorienter vers l’exportation

Publié le 28 mars 2016 par Ouadayazid1
Réorienter et réorganiser les ports vers les exportations. C'est le but de la journée d'étude organisée, jeudi dernier, au niveau du siège du groupe Sider, présidée par le ministre des Transports, Boudjemaâ Talai.

Le ministre a indiqué que cette rencontre, qui réunit tous les acteurs concernés par cette question, a pour objectif de mettre les ports au service des exportations, et ce, via une gestion moderne et des facilités au profit des opérateurs. " Nous savons comment importer. Maintenant, il s'agit de savoir comment exporter. 42 millions de tonnes de marchandises sont importées par voie maritime contre 5 millions de marchandises exportées. Il faut équilibrer cette balance commerciale d'un point de vue quantitatif et non d'un point de vue financier ", signale-t-il. Les exportations via les ports doivent atteindre, selon lui, 30% de cette balance d'ici à 2019. Le PDG de l'Entreprise portuaire d'Alger, Abdelaziz Guerrah, a estimé que cela est tout à fait possible. " Il suffit juste d'inverser l'opération des importations en faveur des exportations et mettre en place des mesures de facilité pour simplifier la tâche aux exportateurs tout en encourageant la production ", explique-t-il, en évoquant les dispositifs de facilitation qui sont d'ores et déjà effectifs.
A savoir l'aménagement de deux zones de transit distinctes, l'une réservée aux produits périssables, et l'autre aux marchandises en provenance de destinations lointaines. " Une franchise de 10 jours et des réductions de 50% dans les prestations, telles que l'entreposage, le relevage et la manutention, sont offertes aux opérateurs. Au mois d'avril, nous allons réceptionner deux scanners mobiles sophistiqués et nous allons nous réunir avec l'association des exportateurs algériens pour trouver des solutions à leurs problèmes ", assure-t-il. Grâce aux investissements effectués par cette entreprise, selon lui, 850.000 conteneurs ont été traités en 2015, soit 2.000 conteneurs/jour. " Les produits exportés sont les dattes, les fruits, le verre, mais en petites quantités. Comme nous avons eu une récolte exceptionnelle de pommes de terre cette année, il est impératif d'accompagner les producteurs dans les exportations. Ces producteurs risquent de réduire leur production l'année prochaine ", dit-t-il. Dans ce contexte, le ministre a déclaré que tous les conteneurs feront l'objet de dosage avant embarquement dès le mois de juillet. " Des textes réglementaires sont en cours d'élaboration pour contrôler la marchandise agricole en niveau de la production et non au niveau des ports. Ainsi, elle sera directement chargée et transportée ", précise-t-il. Pour faciliter justement l'acheminement de ces marchandises, le ministre a appelé l'ensemble des ports, à l'exception de ceux d'Oran, Alger, Skikda et Bejaïa, à dégager des investissements aux ports secs. " Les ports concernés sont Annaba, Ténès, Jijel et Mostaganem. Tous nos ports sont surchargés, et il y a un besoin réel en portssecs ", explique-t-il, soutenant que le but est de mettre en place un système de transfert des matières, relié aux ports. Les ports secs, d'après lui, qui seront reliés à des voies ferroviaires, seront réorganisés. " Il y aura un nouveau cahier des charges. Le secteur privé devrait s'y plier pour la gestion de ces ports secs. Toutes les nouvelles zones industrielles sont reliées aux voies ferroviaires. Nous allons libérer des zones de fret qui seront reliées au port sec de Bejaïa pour le transport des produits agricoles à partir de Biskra, El Oued et El Ménéa ", précise-t-il.
Une réglementation est également prévue pour permettre aux Algériens de devenir armateurs, susceptibles notamment d'affréter des bateaux pour le transport de nos marchandises. " Il faut absolument trouver le moyen d'augmenter nos capacités de transport maritime à 30% au moins au lieu de 3%, comme c'est le cas actuellement. Nous souhaitons des partenariats pour atteindre ces objectifs. Le problème, c'est que non seulement nous n'avons que six bateaux pour ce type de transport, mais qu'en plus, nous n'avons pas l'équipage adéquat ", souligne-t-il.
Farida Belkhiri

http://www2.horizons-dz.com/?Se-reorienter-vers-l-exportation


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ouadayazid1 3105 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines