Magazine Culture

Fanfiction Divergente 4 - Résurgence : Chapitre 1

Par Les Griffonneuses

Salut les amis !

Aujourd'hui, avec Roussette, on vous propose quelque chose de nouveau : en effet une auteur de notre connaissance se livre à l'écriture d'une fanfiction Divergente : il s'agit de notre maman ! Alors petit coup de pouce pour elle. Les épisodes seront postés par chapitre, à raison d'un par semaine. Suivez-nous pour connaître une suite alternative aux aventures de nos personnages préférés, à Chicago !

Plongez-vous dans l'histoire de Divergente 4 - Résurgence !

Suivez l'histoire sur Wattpad, elle y sera publié à la même fréquence que sur le blog, mais vous pourrez interagir directement avec l'auteur ! Suivez le lien.

#Kwetche et #Roussette

CHAPITRE UN

Chicago a bien changé.

Tobias parcourt les rues, les mains  négligemment enfoncées au fond des poches de son long manteau noir. Au début, après son emménagement dans la cité pacifiée, il y a deux ans, il évitait soigneusement les rues qui pouvaient réveiller trop de souvenirs douloureux.

Mais  l’ombre de Tris est partout dans cette ville, c’est son œuvre, la transformation n’aurait jamais eu lieu sans son courage. Le centre historique d’étude de la divergence porte son nom. Il a été installé à Chicago, près des laboratoires des Erudits, en sa mémoire. Deux ans plus tard, Tobias n’a rien oublié, pas un détail, et rien qui ne lui serre le cœur à chaque évocation. Et la dispersion de ses cendres, il y a quelques jours, lui a rappelé qu’il est des souvenirs qui ne s’éteignent jamais. Au moins, il espère que Tris serait fière qu’il ait affronté la tyrolienne en son honneur.

La guerre civile entre les factions a fait beaucoup d’orphelins et de familles déchirées. L’ancien repère des sans-faction a été entièrement rénové et transformé en centre ouvert d’accueil et de vie pour tous les enfants et les familles qui ont perdu des proches, enfants, frères et sœurs. Des travaux colossaux. Certains s’y sont définitivement installés.

-   Tobias.

Le jeune homme se retourne vivement. Perdu dans ses pensées, il n’a pas entendu qu’on s’approchait de lui. En voyant Caleb s’immobiliser près de lui, Tobias ferme les yeux brièvement. Il a toujours autant de mal à côtoyer le frère de Tris. Il a fait des efforts démesurés pour lui pardonner le sacrifice de sa bien-aimée pour lui sauver la vie. Il y est parvenu, parce que Tris l’aurait voulu. Mais ça n’a jamais rendu plus facile la cohabitation, Caleb est une réminiscence de Tris, c’est trop difficile.

-   Bonjour Caleb.

-   Je te cherche depuis un moment. Ton bureau m’a indiqué que je pourrais peut-être te trouver là.

-   J’avais besoin de marcher, de réfléchir. J’ai promis de passer à l’orphelinat. Certaines connaissances voulaient me montrer ce qu’ils ont accompli depuis… depuis deux ans.

-   Oui, je sais. Tu y es allé ?

-   Non, pas encore, j’y allais. Pourquoi me cherches-tu ?

-   L’équipe avec laquelle je travaille au centre d’étude de la divergence. Nous avons quelque chose à te montrer. Le résultat de nos recherches.

-   Je ne sais pas si je veux voir ça.

-   C’est important Tobias. Je me doute que c’est dur pour toi, mais tu dois venir. Nous avons besoin de toi.

Tobias marque une pause. Il n’a pas réussi à mettre les pieds au centre d’étude, c’est au-dessus de ses forces.

-   Je ne vois pas en quoi je pourrais vous être utile, je ne suis pas un scientifique.

-   Ce n’est pas de science dont nous avons besoin. Tobias, je…. Essaie de me faire confiance cette fois.

-   Ok, ok. C’est bon, je viendrai. Je te rejoindrai là-bas quand je serai passé à l’orphelinat.

Tobias jette un coup d’œil renfrogné à Caleb, et tourne les talons.  Il n’a jamais pu – ou voulu – atténuer les effets de la relation fusionnelle, bien que parfois conflictuelle, qu’il avait vécue avec la sœur de Caleb. A peine quelques mois, mais intenses comme une vie entière. Quand elle est morte, il ne voulait plus que la rejoindre. Ou tout oublier. Mais Tris n’aurait pas voulu qu’il y ait un seul mort de plus dans cette guerre inique. Pour elle, il a continué, un jour après l’autre. Et Christina, devenue une précieuse amie depuis, unis qu’ils étaient dans la douleur et le même manque, chacun à leur niveau, l’avait empêché de s’adonner au sérum d’oubli. Il n’imaginait pas, à ce moment-là, supporter la souffrance du manque et des souvenirs.

Aujourd’hui, il ne sait toujours pas s’il pourra. Après un soupir, il pousse la porte de l’orphelinat. La pièce à l’entrée est très spacieuse, claire, bien tenue, et égayée de nombreuses plantes vertes. Réparties sur les bords de la pièce, des petits groupes de tables accueillent des enfants, des vieillards, et des animateurs proposant des activités en tous genres. Quelques enfants crient en se poursuivant au fond de la pièce, passant d’un couloir à l’autre, disposés en étoile autour de la pièce d’entrée.

Tobias se dirige vers les bureaux sur la gauche et frappe. La voix de Donna, la directrice lui propose d’entrer. Le bureau est petit et encombré, mais des dessins d’enfants multicolores tapissent tout un pan de mur, donnant une impression joyeuse à la pièce. A côté de la fenêtre, sur un petit pan de mur, trône un tableau représentant le visage souriant de Tris. Il n’a jamais eu de photographies de la jeune femme : les Altruistes n’avaient pas le droit d’en faire d’eux-mêmes, ceci étant considéré comme de la vanité, et même après son changement de faction après la Cérémonie du Choix, la guerre n’avait ensuite pas laissé le loisir de ce genre de fantaisie.

Le dessin, semble-t-il une gravure à la plume, en noir et blanc, tout en contrastes, lui sourit. Où que l’on se place, le regard semble suivre celui qui le contemple. Tobias peine à détacher son regard de l’image.

-   C’est ressemblant n’est-ce-pas ?

-   Très, oui, répond-il d’une voix plus étranglée qu’il ne l’aurait voulu.

-   C’est la mère d’une petite divergente que Beatrice a sauvée chez les Sincères qui l’a fait.

Tobias détache ses yeux du tableau pour regarder la directrice en souriant un peu tristement. C’est une dame d’âge mûr, aux cheveux courts et blancs, son visage est doux et bon. Elle sourit en regardant aussi la gravure.

-   Tris aurait aimé cet endroit. C’est bien de l’avoir ouvert, commente Tobias.

-   Nous y tenions, et il y avait tant de besoins. Je n’étais pas sûre que vous viendriez, Tobias.

-   La mémoire de Tris est vivante, je suis heureux que personne ne l’oublie.

La directrice sourit, se lève du bureau et se dirige vers la porte.

-   Venez, je vous fais visiter.

Tobias emboite le pas à la vieille dame. Ils parcourent les couloirs, les pièces, rénovées et peintes en blanc, décorées de fresques ou de tableaux aux couleurs vives, elles abritent des ateliers, une nurserie, des dortoirs, des salons, des chambres, des sanitaires. Une aile est composée de studios pour accueillir les personnes âgées esseulées, une infirmerie assure le suivi quotidien des malades et prodigue les premiers soins de bobologie.

Tobias s’amuse de voir les enfants jouer. L’équipement est encore sommaire mais des bricoleurs ont fabriqué des jouets ou réparé ceux qui avaient souffert. Partout, des couleurs, de la joie.

-   C’est un bel établissement. Tris serait fière, félicite gentiment Tobias. Elle aimait les couleurs, la joie, l’animation. Cet endroit est très humain, comme elle.

-   Son frère nous a beaucoup aidés. En nous parlant d’elle, et de vous.

-   De moi ?

-   Oui, bien sûr. Il a beaucoup insisté sur ce que vous représentiez pour Beatrice, ce que vous lui avez apporté. Il a expliqué comment vous aviez guidé Tris.

-   Tris n’écoutait rien ni personne, répond Tobias avec un sourire, elle n’en faisait qu’à sa tête !

-   Je pense que vous vous trompez, vous sous-estimez l’exemple que vous étiez. Sa force venait de vous.

Tobias, la gorge serrée, garde le silence.

-   Si c’était vrai, j’en serais fier, finit-il par dire.

-   N’en doutez pas. On a bien plus de force quand on aime que seul. Avant de vous libérer, j’aimerais vous montrer quelque chose, suivez-moi.

Tobias jette un œil perplexe à la directrice, et la suit en silence. Tout au bout d’un long couloir ponctué de portes dans l’aile d’habitation, la directrice tape sur un boîtier fixé au mur un code qui ouvre une porte dans un petit clic.

-   Entrez.

Tobias pénètre dans la pièce. C’est un logement très simple, peint en blanc, dans un style industriel, comportant plusieurs portes coulissantes menant à d’autres pièces. Il est illuminé de fenêtres larges aux structures métalliques à croisillons. Le soleil projette l’ombre des croix comme une marelle sur le sol carrelé.

Surtout, dans chacune des deux pièces principales, salon, chambre, Tobias reconnaît son propre mobilier, celui qu’il avait dans son appartement chez les Audacieux. Le grand lit carré composé d’une simple planche épaisse posée sur des caisses cubiques. Ses armoires métalliques, sa commode, un fauteuil.

-   Caleb a demandé à ce que ce logement vous soit réservé, et que tout ce qui pouvait vous appartenir et avait pu être retrouvé soit apporté ici, explique la directrice. Dans la pièce à côté, continue-t-elle en désignant une porte du regard, ce sont les affaires de Beatrice qui ont été apportées. Si vous le souhaitez, vous êtes ici chez vous.

Tobias, stupéfait, regarde d’un mouvement circulaire de la tête, les meubles, les objets qui trônent dans les pièces. Il avait abandonné tout cela en fuyant la cité avec Tris. Seule la porte menant à la pièce contenant les affaires de sa compagne est fermée.

-   Pourquoi a-t-il fait ça ? Une torture de plus ?  murmure Tobias sur un ton sec.

La directrice n’ose pas répondre. Après un silence, Tobias reprend :

-   Je vous remercie, j’apprécie, je ne veux pas être ingrat, mais tout ça, c’est des souvenirs… douloureux.

-   Ne jugez pas trop mal Caleb, Tobias, il est rongé de culpabilité. Il n’a cessé depuis deux ans de tout faire pour se racheter et honorer la mémoire de Beatrice. Je vous laisse si vous voulez, rejoignez-moi dans le hall. La porte se verrouillera seule quand vous la fermerez.

Tobias ne répond pas, la directrice s’éloigne en silence. Le jeune homme reste planté dans l’embrasure de la chambre, les yeux perdus dans le vide. Puis, sans rien toucher, il fait le tour des pièces, détaillant les vestiges de son passé d’Audacieux. Quand son regard se pose sur la porte fermée, il serre les poings, se retourne et fuit plus qu’il ne quitte l’appartement. Il ferme la porte et s’éloigne. Ses yeux le brûlent. Il n’aurait pas pensé que ce soit encore si difficile, si frais dans son esprit. Dans le hall, le jeune homme a à peu près retrouvé son calme, il salue la directrice, ébouriffe en souriant les cheveux d’un petit garçon qui le bouscule en courant dans tous les sens et quitte l’orphelinat. La visite a réveillé des souvenirs, des émotions qu’il pensait enfouies.

Avec de profondes inspirations, Tobias essaie de retrouver une certaine sérénité. L’air frais lui fait du bien. Il relève le col de son manteau, et marche au hasard, s’approchant sans s’en rendre compte des voies de chemin de fer. Au loin, le bruit sourd et répétitif des rames se fait entendre, le train arrive. Avec un sourire, il s’approche des rails, osera-t-il monter à bord comme il le faisait avec les Audacieux ? Le train approche, il court, gêné par son lourd manteau, la première rame le rattrape. En forçant sa course, Tobias saute sur un marchepied et ouvre la porte. D’une enjambée, il est dans le wagon.

A l’intérieur, un peu essoufflé, il aperçoit deux passagers, suspendus à une poignée pendant du plafond, qui le dévisagent, sidérés. Des stations ont été ajoutées sur le trajet du train, les gens montent à l’arrêt désormais… Il sourit doucement en secouant un peu la tête, et en pensant que Tris se serait amusée de la stupéfaction des voyageurs, ils auraient ri ensemble. Il referme la porte, ces gens ne sont pas des Audacieux intrépides… Il attendra l’arrêt le plus proche du centre d’étude de la divergence pour descendre à l’arrêt, comme tout le monde, il s’est assez fait remarquer comme ça !

Le centre a été installé dans le siège des Erudits. Une bâtisse moderne de deux étages a été construite en extension. Les vitres de l’aile supplémentaire sont brillantes et opaques, les édifices voisins se reflètent sur leur surface miroir.

Les portes vitrées du centre s’ouvrent devant Tobias, il entre en sentant, malgré ses efforts, sa jugulaire taper dans son cou. L’ancien siège des Erudits a été réaménagé, le souvenir de l’immense affiche de propagande à l’effigie de Jeanine lui donne la nausée.

Les sourcils froncés, tendu, Tobias s’adresse à l’accueil.

-   Bonjour. Caleb Prior m’attend. Pouvez-vous le prévenir ?

-   Bonjour Monsieur. Oui, je le préviens. Puis appuyant sur un bouton de sa console, il annonce : Caleb, votre invité est arrivé.

Caleb rejoint Tobias puis l’entraîne en silence dans un long couloir menant à l’extension.

-   Caleb, qu’est-ce-que je fais ici ? demande Tobias.

-   Une minute de patience, je vais tout t’expliquer. Nous arrivons. Tiens, entre, répond Caleb d’un ton grave, en ouvrant la porte de ce qui semble être un laboratoire, en présentant sa pupille devant le laser de contrôle.

Tobias le suit. Sur les paillasses immaculées dans le laboratoire, du matériel de pointe attend de servir. Deux chercheurs s’affairent sur des écrans tactiles. Au centre de la pièce, une table est entourée de quelques chaises. Caleb s’installe devant un écran intégré à la table et prie ses collègues de les laisser seuls quelques minutes. Tobias, les bras croisés, suit des yeux les chercheurs quittant la pièce, puis reste debout, le regard neutre, attendant que Caleb lui explique cette étrange invitation. Sa tête légèrement penchée informe Caleb sans équivoque qu’il attendra là avec circonspection ce qu’il peut bien avoir à lui dire.

-   Tu ne veux pas t’asseoir ? propose Caleb.

Mais devant le mutisme et les sourcils froncés du beau jeune homme, il n’insiste pas et poursuit.

-   Depuis deux ans, une équipe travaille sur un important projet de biologie cellulaire. Nous nous sommes appuyés sur des travaux entamés au XXe et XXIe siècle et les avons poursuivis avec des techniques récentes.

-   En quoi cela me concerne ? Va au but, Caleb.

-   A l’origine, l’objectif, continue Caleb sans relever l’impatience de Tobias, était la sauvegarde d’espèces menacées ou éteintes, végétales comme animales. Il y a été fait appel de nombreuses fois après la Guerre, pour rétablir les espèces dévastées, et assurer l’auto-subsistance de notre ville. C’est un espoir immense pour l’environnement et la biodiversité. Des progrès énormes ont été réalisés.

Caleb marque une pause, ne sachant semble-t-il pas comment formuler la suite de son exposé.

-   Puis on m’a demandé de collaborer à un projet plus… important. On a reçu des échantillons, et on m’a donné des moyens pour faire un travail d’une importance capitale. Nous travaillons sans relâche depuis deux ans, jour et nuit, en nous relayant. Et ce dans le plus grand secret. Tobias, nous avons réussi. Nous avons cloné un être humain.

-   Quoi ? s’étrangle Tobias en tapant du plat de main sur la table. Après qu’on ait été exploités comme des cobayes, manipulés comme des animaux de laboratoire, drogués par des sérums, trompés par toute une civilisation, vous avez remis ça en jouant les apprentis sorciers ? Vous êtes cinglés !

En appui sur ses bras, penché sur la table, son visage anguleux, crispé par la révolte, fixe Caleb.

-   Tobias, nous avons en quelque sorte essayé de continuer l’œuvre de mes parents, ils sont morts pour sauver les divergents, pour aider l’humanité à se réparer de ses propres fautes. Les divergents représentaient un espoir, il ne faut pas que tous ces morts l’aient été pour rien.

-   Ce sera sans moi, jeta Tobias en se retournant pour sortir, il y a eu assez de morts, de souffrance, je ne remettrai pas ça.

-   Tobias ! Attends, c’est Beatrice.

La main sur la porte du laboratoire, Tobias se fige comme une statue. Il se retourne à moitié, lève les yeux au ciel  puis revient fixer Caleb dans les yeux, en espérant ne pas avoir compris l’allusion.

-   Répète ça… Qu’est-ce-que tu as dit ? articule-t-il, livide.

-   C’est ce que j’essaie de te dire, le patrimoine génétique de Beatrice était unique, toute l’expérience des factions avait été créée dans cet objectif qu’elle avait presque atteint. On ne voulait pas perdre ça, qu’elle ne soit pas morte pour rien !

Brusquement, Tobias se jette sur Caleb et le soulève comme un pantin par le col de sa blouse. Il recule violemment et le plaque au mur.

-   Qu’est-ce-que tu as fait Caleb ? crie Tobias.

-   Lâche-moi Tobias ! Laisse-moi finir !

La rage à fleur de peau, les yeux bleu foncé, assombris de colère de Tobias scrutent ceux de Caleb, la respiration courte. Caleb, les mains sur le torse de Tobias, essaie sans succès de le repousser, à moitié étranglé.

-   Je t’en prie, Tobias, laisse-moi te montrer, nous avons besoin de toi maintenant ! S’il te plaît ! Lâche-moi ! articule Caleb, en essayant de desserrer le joug de Tobias.

Tobias lâche soudain Caleb, qui s’affaisse en toussant, les mains sur les genoux. En se redressant, il croise le regard de Tobias : incrédule, hagard, il fixe Caleb sans indulgence, à quelques centimètres de lui, les poings le long du corps, serrés jusqu’à blanchir ses jointures. Caleb lui glisse :

-   T’es calmé ? Tu veux venir voir ou pas ?

-   Si ça ne me plaît pas, je te tue Caleb.

Le frère de Beatrice, décomposé, glisse sur le côté pour sortir de l’emprise de Tobias qui le suit des yeux en le fusillant, et se dirige vers une porte en face de l’entrée du laboratoire, au fond de la pièce, le verrouillage biométrique réagit, passe au vert et la porte coulisse. Tobias hésite, perdu, ravagé par la remontée de souvenirs provoquée par la révélation de Caleb.

Ce dernier attend patiemment dans le couloir, tête baissée, que l’ancien petit ami de sa sœur se décide. Tobias bouge en sa direction, hésitant et sur la défensive.

Le couloir est sombre, peu profond, uniquement balisé par des tubes fluorescents bleus aux arêtes des plafonds, à l’image de ceux qui éclairaient faiblement les couloirs aveugles du siège des Audacieux. Au bout du petit couloir, une paroi vitrée sécurisée protège l’entrée d’une autre pièce, vaste, sans éclairage. Caleb déclenche l’ouverture de la paroi de verre dépoli à l’aide d’un code et se retourne vers Tobias :

-   Viens.

Tobias approche à pas lents, hésitants, les yeux presque exorbités, le visage défait. Dans un grand bac ovoïde transparent aux parois de verre épais rempli de liquide translucide, il distingue à quelques centimètres devant lui, dans la quasi-obscurité, une forme humaine flottant entre deux eaux. Plusieurs électrodes fixées à différents points de son corps relient la créature à un ensemble informatique comme le jeune homme n’en a jamais vu. Des tubes et des cathéters entrent et sortent de son corps à plusieurs endroits. Seules quelques faibles lampes projettent sur l’aquarium une lueur rougeâtre diffuse.

Devant le bac, Tobias retient un cri rauque et tombe à genoux.

Dans le trouble de son bain biologique, une jeune femme ressemblant étrangement à Tris, semble dormir paisiblement. Il distingue vaguement ses traits, ses sourcils bien dessinés, les lèvres charnues, les pommettes hautes. Les cheveux longs et sombres flottent doucement autour du visage, remuant à peine au gré de courants invisibles du liquide. Le corps est mince, presque maigre. Il pose les mains sur la vitre, appuie son front et ferme les yeux. Les larmes roulent sur ses joues, il n’arrive pas à les retenir.

-   Qu’est-ce-que c’est que ça, Caleb ? articule Tobias d’une voix presque inaudible, les yeux et la voix embués.

-   Le Bureau avait gardé l’ADN de Beatrice et de notre mère, en secret, explique Caleb. Il était le plus abouti qu’ils aient jamais pu obtenir. Cette jeune femme est une copie conforme de Beatrice, comme des jumeaux monozygotes pourraient l’être, mais obtenue par clonage reproductif. Nous avons procédé par transfert de noyau de ses cellules adultes. Son corps s’est développé en accéléré pendant des mois, comme un fœtus puis un nouveau–né, dans un bain de culture presque identique au liquide amniotique humain. Le procédé a permis de récupérer absolument toutes les caractéristiques biologiques que portait Beatrice au moment du prélèvement de l’ADN. C’était peu de temps avant qu’elle ne se fasse tuer. C’est sa jumelle.

Tobias rouvre les yeux et regarde la femme qui n’a jamais quitté son esprit dormir dans cette boîte de laboratoire. Il lève la tête vers Caleb, debout près du bac, il ne pense même pas à essuyer ses yeux. Jamais il n’aurait voulu ça, et il n’est pas sûr du tout que Tris l’aurait voulu non plus. Mais cette chose est là, devant lui, c’est un fait, elle existe.

-   Est-ce que c’est humain ? Vivant ? Est-ce que c’est… Tris ? prononce Tobias avec difficulté.

-   C’est biologiquement un être humain comme n’importe quel autre, avec les mêmes fonctions, les mêmes faiblesses aussi. Oui, elle vit, pour l’instant comme un fœtus, son cerveau fonctionne et son cœur bat. Ses fonctions vitales sont celles d’un jeune adulte de son âge. Son sang est nettoyé et oxygéné comme le ferait un placenta dans l’utérus d’une femme. Son squelette a besoin de se renforcer, ainsi que ses muscles, comme un astronaute qui aurait vécu longtemps dans l’espace, mais pas pire. Ses muscles sont stimulés par électrodes pour préparer sa sortie.

Caleb marque une pause.

-   Mais ce n’est pas réellement Beatrice, poursuit-il, son cerveau n’a pas, ou peu, de mémoire, ni le vécu qu’a eu ma sœur. C’est une personne à part entière.

-   Vous avez créé un légume humain pour vous amuser ? Ou pour la livrer au Bureau comme un rat ? crache soudain Tobias en se redressant.

-   Ne crie pas Tobias, elle entend tout, comme un fœtus le ferait ! Non, pas du tout. Elle a tous les gènes de Beatrice, son cerveau fonctionne de la même façon et est capable d’apprendre avec les mêmes capacités, voire plus encore. Nous lui transférons toutes les connaissances que pouvait avoir acquises Beatrice. Nous avons tout commencé à zéro, par le langage, et tout ce qui peut s’apprendre par la mémorisation. Tout cela a été codifié informatiquement et lui est transmis à un rythme soutenu, mais respectant la biologie, la fatigue, le repos, comme tout être humain.

-   Comment savez-vous qu’elle apprend tout ça ? objecte Tobias sèchement à voix basse, sans pouvoir détacher ses yeux du corps flottant.

-   Je ne suis pas biologiste, mais je peux te dire que son cerveau réagit normalement, les zones stimulées par l’apprentissage sont les bonnes, et quand des notions déjà transmises lui sont envoyées à nouveau, son cerveau les reconnaît, elles sont acquises, répond doucement Caleb. Matthew nous aide, avec ses recherches sur la psychologie et la mémoire.

Tobias, bouleversé, recule d’un pas et passe nerveusement ses mains dans ses cheveux. Il n’arrive pas à croire ce qu’il voit et ce qu’il entend.

-   Pourquoi ? s’inquiète-t-il. Pourquoi encore cette expérience, pourquoi elle ? C’est quoi la suite ?

-   Si tu pouvais ressusciter Louis Pasteur ou Martin Luther King, est-ce-que tu le ferais ? argumente Caleb. Ces hommes ont inventé des médicaments qui ont sauvé des millions de vies, ou généré des courants de pensée révolutionnaires, qui ont influencé le monde entier. Ma sœur était l’espoir génétique de l’humanité. Enormément de divergents ont été assassinés par Jeanine et…

-   Et avec ta complicité ! crie Tobias en l’interrompant.

-   Je sais, je donne tout ce que je peux, je consacre ma vie pour essayer de racheter mes fautes…

-   Vous voulez l’utiliser comme animal de laboratoire ? enrage Tobias.

-   Non, pas du tout. Juste prolonger cet espoir, donner une chance à l’humanité, à travers elle, de s’améliorer. Je sais qu’elle aurait tout fait pour essayer. David avait fait des prélèvements sur les divergents « purs », pour comprendre leur évolution.

Tobias respire à peine, par à coups saccadés, suffoqué par ces révélations. Tris, sa Tris, ou presque, dort devant lui comme un bébé. Ses yeux bleu sombre papillonnent sur la silhouette diffuse, tant chérie.

-   Pourquoi elle est encore là-dedans, pourquoi elle dort ? Pourquoi elle respire pas seule ? jette Tobias.

-   On ne sait pas exactement. Pendant toute la croissance, elle réagissait comme un fœtus in utero. Depuis plusieurs mois, son évolution ralentit. Elle est presque à un niveau normal pour son âge maintenant, c’est-à-dire le même que celui de Beatrice au moment du prélèvement. La transition vers l’éveil semble se profiler, nous le voyons à l’activité de son cerveau, mais nous ne pouvons pas l’anticiper précisément. Elle est veillée vingt-quatre heures sur vingt-quatre.

Tobias lève la tête vers les caméras de surveillance, et les moniteurs enregistrant la moindre de ses fonctions.

-   Si ce clone est identique à Tris, avec son intellect et son âme, vous croyez qu’il apprécie d’être scruté de cette façon indécente ? lâche-t-il d’un ton accusateur. Et Tris n’aimait pas l’eau, une de ses peurs les plus ancrées était liée à la noyade ou à l’étouffement dans un bocal plein d’eau ! Si ce clone pense comme elle, elle doit mourir de peur !

Caleb ne peut retenir un faible sourire.

-   Sortons, Tobias, si tu veux bien. Nous essayons de limiter les intrusions qui peuvent induire des confusions ou des altérations de ses fonctions vitales.

Tobias regarde intensément la femme naïade, et suit Caleb qui se dirige déjà vers la sortie, en la suivant du regard aussi longtemps qu’il le peut. Caleb il ajoute :

-   Tu la protèges déjà… Tu as raison, nous allons faire en sorte de respecter son intimité, et voir ce que nous pouvons faire pour ne pas la laisser dans un environnement aqueux. C’est pour ça que nous avons besoin de toi maintenant. Tout ce que je pouvais faire à mon niveau de frère, je l’ai fait. J’ai été séparé de Beatrice après la Cérémonie du Choix, nous souhaitons lui transmettre tout ce que Beatrice et toi partagiez chez les Audacieux, c’est son capital familial aussi. Tout ce que ma sœur a appris à tes côtés en somme. Ton histoire et tes compétences en informatique nous seraient précieuses.

Les deux hommes retournent dans la première salle. Tobias s’affale sur une chaise, les coudes sur la table et la tête dans les mains. Le frère de Beatrice s’assied également et précise :

-   Tobias, tu dois te faire à l’idée que ce clone ne te reconnaîtra pas, ni moi, ni personne, elle n’aura pas la mémoire visuelle des dix-sept années que Beatrice a vécues. Enfin, sans doute pas.

-   Sans doute pas ? Que veux-tu dire ?

-   Nous ne savons pas comment un être humain peut survivre sans rien avoir dans sa mémoire, à part son processus de création, et ce qu’elle entend depuis que son système auditif fonctionne. Nous pensons que c’est ce qui manquait, depuis des décennies, aux clones animaux qui sont maintenant répandus, pour réussir parfaitement le clonage. Une histoire, une généalogie. Nous aimerions essayer de nous connecter à elle, comme vous l’avez fait, toi et Beatrice, chez les Audacieux, au cours de simulations. Matthew pense qu’il faut lui fournir des souvenirs pour aider à développer une conscience, et stimuler son envie de vivre.

-   Un transfert de mémoire ? Encore un sérum chimique ?

-   Ainsi qu’une connexion informatique, comme les simulations des Audacieux. Je sais que ce n’est pas idéal, mais nous n’avons pas trouvé d’autre solution, nous pensons qu’il serait dangereux qu’elle… naisse, sans contenu dans sa mémoire, sans base sur laquelle elle puisse s’appuyer pour se forger une identité. Il est possible que cette absence de mémoire ait mené les essais dans ce domaine, dans le passé, à une somatisation des sujets. Ils se rendaient malade, car ils se sentaient sans âme. Par la suite, nous pourrons utiliser un patch mémoriel, comme il y en avait au Bureau, Matthew en a, mais il faut les reconfigurer et ils sont hautement protégés.

-   Elle a un nom ? coupe Tobias, indifférent aux détails scientifiques.

Caleb réfléchit une seconde puis répond :

-   Je pense qu’elle nous a entendus parler de sa gémellité avec Beatrice. C’est ainsi que nous lui présentons les choses. Mais il est vrai que nous ne l’avons pas baptisée.

-   Vous ne croyez pas que c’est une étape primordiale dans sa recherche d’identité ? lâche Tobias. Vos faites de sacrés scientifiques !

-   Merci pour ton aide, coupe Caleb avec autant de diplomatie que possible, tu as raison. Nous lui donnerons cette information. Le mieux est de l’appeler Tris, je pense, pour qu’elle se sente connectée à ma sœur autant que possible.

Un silence lourd s’installe quelques secondes. Tobias scrute la porte menant au couloir au fond duquel dort le sosie de sa bien-aimée, abasourdi, en tenant son visage entre ses mains.

-   Avez-vous réfléchi aux conséquences ? interroge Tobias violemment. Les gens ne comprendront pas pourquoi on ne les aide pas à ressusciter tous leurs morts !

-   Tous les êtres humains n’avaient pas de sauvegarde génétique. Il faut en effet réfléchir à ce que nous dirons. Beaucoup de familles on choisi le sérum d’oubli pour ne plus souffrir, il y a deux ans. Ceux-là seront moins difficiles à raisonner. D’autres non. Peut-être faudra-t-il beaucoup argumenter, expliquer, ou… partir. Garder secrète un moment l’existence de Tris. La meilleure explication à donner est la congélation d’un embryon jumeau. Le procédé a été souvent utilisé dans le passé.

Tobias est comme en état de choc, incapable de penser.

-   A terme, nous pensions… te la confier, si elle va bien, reprend Caleb. Vous étiez si proches, Beatrice et toi. Nous avons l’espoir que cette alchimie puisse aider Tris à trouver sa place.

-   Quoi ? Tu es cinglé Caleb ! Je ne suis pas une nurse ! Et je n’ai pas envie de me torturer chaque heure, chaque jour, en regardant une Tris qui ne l’est pas !

-   Nous pensons que tu es le mieux placé pour lui donner envie de vivre, c’est tout.

-   Ben voyons ! Il fallait y penser avant, à ce genre de détail ! Et un mariage arrangé aussi ? Dans le petit nid que tu m’as préparé ? Qu’est-ce-que vous croyez ?? crie Tobias. Tris sera une nouvelle personne, pas Beatrice, et je ne serai rien pour elle ! Et elle, rien pour moi ! Rien ne dit que ça se passera comme ça, on pourrait se détester !

Tobias gémit et pose sa tête sur ses bras croisés. La douleur indicible qu’avait provoquée en lui la mort de sa Tris lui remonte en bouffées incontrôlables à la poitrine. L’espoir peut être un ennemi redoutable.

-   J’en suis là aussi, essaie d’argumenter Caleb. Je me sens déjà proche de… Tris, mais je pourrais souffrir si elle me rejette. Et elle aurait toutes les raisons de le faire. Nous essayons de lui transmettre l’amour que beaucoup lui portaient, en l’en informant, mais nous ne savons pas comment elle va réagir.

-   Et vous avez trié les informations ? Hein ? Donné que les bonnes ? Celles qui vous arrangent ? insinue Tobias, les larmes aux yeux.

-   Nous nous sommes limités à la connaissance pendant son évolution. Nous n’avons pas voulu perturber sa croissance et son développement avec des conflits moraux ou psychologiques. Mais je ne veux rien lui cacher. Les émotions, même négatives, sont humaines, et on ne peut pas l’en épargner. Nous lui transmettons des informations plus abstraites depuis plusieurs semaines.

Soudain, Tobias, n’y tenant plus, se lève, et quitte le laboratoire, ivre de colère, de douleur, et d’impuissance. Trop d’émotions, d’informations, d’enjeux, de questions se bousculent dans sa tête. Il fuit par les couloirs, sort du bâtiment et court jusqu’à ce que ses jambes ne le portent plus. Exténué, il s’aperçoit qu’il est arrivé dans l’ancien quartier des Altruistes. Les petites maisons grises encore debout sont moins uniformes, des fantaisies personnalisées par les occupants sont venues égayer le quartier.

Toutes les révélations, les informations, les enjeux, les conséquences, tout tombe sur lui comme ça s’était déjà produit au Bureau quand on lui avait expliqué sa déficience. Mais là, ce n’est pas lui, c’est Tris, et c’est pire. Tobias s’effondre sur une petite pelouse à l’écart, et pleure comme il n’a pas pleuré depuis deux ans et demi.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Les Griffonneuses 2402 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines