Magazine Cuisine

Déjeuner d’exception pour winemakers d’exception

Par Gourmets&co

Vignerons & œnologues

Réunir le même jour en un seul lieu les plus grands winemakers français ressemble fort à un exploit. Ce fut pourtant le cas pour un déjeuner chez Alain Passard en son restaurant de l’Arpège. Ils sont venus, ils sont tous là : Eric Boissenot qui conseille plus de 70 propriétés dans sept pays. Hubert de Boüard, avec quelques 80 domaines dans le Bordelais, 5 à l’étranger et 1 dans le Var. Stéphane Derenoncourt, plus de 100 propriétés dans 16 pays. Denis Dubourdieu, conseille Cheval Blanc, Trottevieille, Yquem, La Lagune, etc. Michel Rolland, plus de cent propriétés dans 12 pays.

La question est : comment font-ils ? Disponibilité, organisation quasi militaire du temps et des activités, connaissance parfaite du domaine et du terroir, et tous ont une approche très humble de leur métier et ne songent en aucune manière à uniformiser les vins partout où ils passent sans nier qu’ils ont un style, une philosophie dans l’approche de la vigne et de la vinification et que l’on reconnait souvent leur empreinte sur l’évolution d’un domaine et des vins.

Les vignerons et Alian Passard - copie

Au cours de ce déjeuner unique, dont seul Alain Passard a le secret et surtout le talent, toutes les bouteilles dégustées furent peu ou prou passionnantes. Par exemple, l’ouverture avec le grandiose Laurent Perrier Grand Siècle que celui qui l’avait imaginé dans les années 1950, Bernard de Nonancourt, disait qu’il avait « assemblé le meilleur avec le meilleur pour obtenir le meilleur.» Résultat : saveur et plénitude, profondeur et fraîcheur, en font un champagne mémorable.

20160325_132942 - copie
Le Château Pape Clément blanc, ici le 2013, à base de sauvignon blanc et gris et de sémillon, sous la houlette de Michel Rolland et qui demeure un des plus beaux fleurons du Grand Cru Classé des Graves. Parfait sur un Velouté au foin de nos prairies, topinambours.

Un délicat Château Lamothe-Bergeron 2009 conseillé et vinifié par Hubert de Boüard, qui a tiré ce Cru Bourgeois vers le haut pour en faire un vin digne d’intérêt et plein d’avenir. Il faut excellent sur le fameux Sushi légumier et les Ravioles potagères du chef.

20160325_150132 - copie
Le Château Pavie Macquin 2001, Saint-Emilion Premier Grand Cru Classé fut, comme à son habitude, une pure merveille. Il fit impression sur le Millefeuille chocolat « tout chocolat » de Passard. La propriété de 15 hectares est sous la charge de Stéphane Derenoncourt depuis 1990 qui a parfaitement maîtrisé la puissance ce terroir pour lui donner une grâce qui le met parmi les grands vins de l’appellation.

Lors de cette réunion et de ce repas, il y eut d’autres vins, d’autres vignerons, d’autres œnologues qui montrent la vitalité du Bordelais mieux que tout discours. Mathieu Bordes du Château Lagrange, Laurent Méry du Château Lamothe-Bergeron, Nicolas Thienpont de Château Pavie Macquin, Véronique Sanders du Château Haut-Bailly, et Bernard Magrez du Château Pape Clément. On ne peut qu’avoir du respect pour ces hommes et ces femmes qui donnent leur vie, leur savoir-faire, et leur expérience pour nous donner des vins qui demeurent à travers les décennies, des vins d’exception. Merci à tous et bravo à Jean-François Hesse de l’agence Transversal d’avoir réussi ce tour de force.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Gourmets&co 44601 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines